Procrastination

Hervé est marrant : il ne se presse jamais. Moi je fais tout tout de suite et ça m’épuise. Lui remet toujours tout au lendemain et ça ne le dérange pas. La seule chose qui le tracasse c’est qu’il vient d’apprendre que cette tendance à tout remettre à plus tard se nommait procrastination. Et vous savez quoi ? ce n’est pas son attitude qu’il entend corriger mais le mot qui ne lui plait pas ! Il trouve que dire qu’on “souffre de procratination” ça fait vraiment maladie honteuse, inavouable et infâmante comme les lèpreux qui devaient agiter des clochettes au moyen-âge : “attention, n’approchez pas : Hervé est atteint de procrastination”, beurk ! Quoi qu’il en soit, l’essentiel est de faire le travail au bon moment, n’est ce pas ? Dans une lettre du 24 sept. 1908, Rilke dit qu’il doit rédiger un article sur Rodin. Et, à propos de ce travail, il écrit au sculpteur : “je le réaliserai au moment où il aura atteint la force intrinsèque qui le fera naître en toute force et nécessité”. Tu vois Hervé, finalement ce n’est pas tant de savoir si on fait les choses tout de suite ou plus tard, mais si on les fait au moment où elles s’imposeront avec le plus de promesses ! Voilà, t’es rassuré sur ta maladie ? Plus la peine de te cacher derrière les parasols quand on dîne ensemble !

Procrastination : n.f. du lat. procrastinatis, de pro-, et crastinus “du lendemain”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: