Rêve chinois N°2

chinoismain3
.
La vieille chinoise avait pris ma main dans la sienne, la regarda longuement et commença à lire dans ma paume comme sur la carte d’un vieil atlas

“Tu vois, Eric, cette montagne là, cest le mont Xien Meng ; les matins de printemps, il est couvert d’un voile de buée de la couleur du bol de faïence dans lequel je mange mes petits poissons grillés.

Et là, ce tracé au creux de ta main, c’est le Yuan Jing où les boeufs blancs viennent boire à la fin du jour et se vautrer dans la boue chaude des soirs d’été.

Cette petite colline, ici, à côté de ta ligne de tête, c’est celle où je vais chercher du bois les matins d’hiver quand le froid gerceles lèvres et la neige tombe en gros flocons sur mes cheveux”.

Elle serra ma main un peu plus fort et accentua une petite courbe tout près de ma ligne de vie :

“cette ligne de crête que je vois de la fenêtre de ma chambre, c’est c’est celle où les nuages se mélangent à la fumée des grands feux de l’automne”…

Elle serra ma main encore plus fort et me regarda.
Je vis que les prunelles de ses yeux étaient carrées ;
Des corneilles y tournoyaient lentement autour des grands platanes centenaires…

.
Quelques rêves
La clé sous le paillasson !
«Sturzkampfflugzeug»
Clac clac je vais te couper la tête !
Transformation imminente en dindon ?
Hôtel Matignon, chambres à la journée…
Planter des rudbeckias jaunes
Parfois rêver c’est dur…

One response to “Rêve chinois N°2

  1. Pingback: “Pardon Monsieur, la station de Métro Caraïbes, s’il vous plait ?” | Switchie5

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: