Sept ans qui défilent en trois secondes…

rouchie.jpg Parfois il existe un abîme entre le lundi et le mardi. Mais sept ans peuvent défiler en trois secondes : le temps qu’il faut pour déplacer le coffre de l’entrée et trouver une lettre arrivée il y a sept ans, tombée derrière le meuble le jour même de son arrivée, couverte de poussière, jamais ouverte… et à laquelle on n’a donc évidemment pas répondu. L’expéditeur ne pouvait pas savoir que nos vies dépendent d’un détail aussi imprévu mais le cachet de la poste fait foi : le compte à rebours du destin y est tamponné de façon irréfutable ! Pardon à l’expéditeur.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: