Eric y en a marre de tes critiques !

rails.gif Mes collègues trouvent que parfois je suis trop critique ; que j’exige trop d’organisation ; que c’est impossible dans le monde actuel. Qu’ils sont sur des chantiers tous plus urgents les uns que les autres, qu’il ne faut pas rêver, qu’on ne peut pas tout planifier, qu’il ne faut pas vouloir aller plus vite que la musique, que la pente est forte mais que la promesse est au bout du chemin, etc… En fait, je vois qu’ils ne comprennent pas très bien ce que je veux dire. Je ne veux pas aller plus vite que la musique, j’aime simplement sentir que les plans sont bien tracés. Et surtout, surtout que, faute d’anticipation, on ne va pas se planter ! Cette illustration de Richard Hess dit tout ce que je pense. Donc je n’ajoute rien. C’est évidemment moi qui ai tort : puisque la promesse est au bout du chemin, il ne faut pas critiquer un travail en cours : il n’y a en effet qu’à attendre la fin du chantier :-)

Autres aspects de la vie au bureau…

Mode d’emploi pour désamorcer les critiques
attention séminaire, loups indésirables
Vivent les séminaires !
Retour de séminaire en chien de berger
Les grands sauts qu’on fait au bureau !
Les hommes politiques ne supportent pas la moindre critique !
Eric c’est pas sûr que le 345e domino va tomber !
Eric sois donc positif !
ceux qui bougent le piano et ceux qui bougent le tabouret
Va falloir supprimer les courses de relais
Le pilote du Titanic était positif !
Les pourparlers d’Oslo et le syndrome du manque de préparation
Le fer à repasser au bureau
Les coquelicots et les bleuets
Ubu ou le sapeur camembert

4 responses to “Eric y en a marre de tes critiques !

  1. reinedespommes

    Certains naïfs répondraient : “ben quoi ? on avance en faisant des erreurs” !
    Quelle idée de vouloir réfléchir dans un monde où les gens ont oublié que l’action doit suivre et non précéder la réflexion !
    Pomme

  2. switchie2

    Oui on avance en faisant des erreurs. Au début et avec les débutants. Mais il y a un truc qui s’appelle l’expérience, qui fait qu’au bout d’un moment, on a vu les erreurs, on a établi des recettes et on ne fait plus les erreurs ! Une fois que la recette de la tarte Tatin est arrêtée, il ne faut plus faire l’erreur de la cuire à l’envers ! Pareil dans presque tous les domaines. On ne peut pas perpétuellement répéter les mêmes erreurs et dire “oh mais on avance en faisant des erreurs”. Si à déjeuner le garçon m’apporte un steack calciné et que je refuse de le manger, il n’aura pas le toupet de me dire : “oh mais monsieur, ils avancent à la cuisine en faisant des erreurs”. C’est une méthode absurde. Tiens ce matin au bar, le garçon a mis de la Javel dans mon café. Je lui ai répondu : oh mais ce n’est pas grave, on avance en faisant des erreurs”. Stupide ! Et le chirurgien qui vous ouvre le ventre et se trompe d’organe en vous laissant estropié, il doit aussi vous dire : “oh mais vous savez Monsieur, j’apprends en faisant des erreurs !”. Arrgghh !

  3. reinedespommes

    Mais euh, c’était de l’ironie ! évidemment qu’on traine dans un monde où l’expérience n’apprend qu’aux gens qui regardent devant … mais sont-ils si nombreux ?
    Je ne connais pas beaucoup de milieux où on cherche à évoluer… on en crève !
    J’ai rêvé de faire un métier tout spécial où j’irais visiter les entreprises pour faire un point sur leur dysfonctionnement, d’un oeil objectif et positif… j’ai rêvé…

    Pomme

  4. Pingback: Résumé | Switchie5 | un nouveau monde libre

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: