Curiacer les problèmes

david.jpg Quand on essaye de traiter tous les problèmes en même temps – surtout à la dernière minute – on fait des sacs de nœuds et on merde sur tous les sujets. L’idée est donc (oui, toujours mon obsession de l’organisation) de prendre les problèmes dans un ordre logique et de leur tordre le cou l’un après l’autre. Il y a un bon exemple du succès implacable de cette méthode, c’est l’histoire des Horaces et des Curiaces qu’on m’a apprise à l’école quand j’étais petit. Je vous raconte : plutôt que de s’épuiser dans des luttes stériles, Albe et Rome désignent des champions qui se battront pour elles. (on devrait d’ailleurs généraliser cette méthode : par exemple trois américains et trois irakiens ; ou trois palestiniens et trois israéliens… ça ferait moins de morts, mais bon c’est un autre sujet). Dans chaque armée donc, trois frères sont tirés au sort : trois Horaces pour Rome, trois Curiaces pour Albe. Au premier affrontement, paf, deux des Horaces sont tués et les trois Albains blessés. Resté indemne, le troisième Horace simule alors la fuite, puis, faisant soudain volte-face, triomphe l’un après l’autre de ses adversaires qui le suivaient à distance inégale à cause de leurs blessures. Donnant ainsi la victoire à Rome. J’appelle cette méthode “curiacer” les problèmes… Faut absolument que je fasse lire Tite-Live aux gens de mon bureau. Des fois que ça leur donne des idées.

David, le Serment des Horaces (1785).

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: