Je t’attends ce soir à Samarcande…

cheval_tao2
.
Conte arabe : Il y avait une fois, dans Bagdad, un Calife et son Vizir. Un jour, le Vizir arriva devant le Calife, pâle et tremblant :

“Pardonne mon épouvante, Lumière des Croyants, mais devant le Palais une femme m’a heurté dans la foule. Je me suis retourné : et cette femme au teint pâle, aux cheveux sombres, à la gorge voilée par une écharpe rouge était la Mort. En me voyant, elle a fait un geste vers moi. Puisque la mort me cherche ici, Seigneur, permets-moi de fuir me cacher loin d’ici, à Samarcande. En me hâtant, j’y serai avant ce soir”

Sur quoi il s’éloigna au grand galop de son cheval et disparu dans un nuage de poussière vers Samarcande. Le Calife sortit alors de son Palais et lui aussi rencontra la Mort. Il lui demanda :

“Pourquoi avoir effrayé mon Vizir qui est jeune et bien-portant ?”

– Et la Mort répondit :

“Je n’ai pas voulu l’effrayer, mais en le voyant dans Bagdad, j’ai eu un geste de surprise, car je l’attends ce soir à Samarcande”

——–
Vous je ne sais pas, mais moi, chaque fois que je l’entends, cette histoire me glace le dos, littéralement.

Youpi tout va mal
Les petits copeaux de bois de Tristan

4 responses to “Je t’attends ce soir à Samarcande…

  1. Bonjour
    Moi ça ne me fait rien. Le déterminisme absolu n’existe pas ailleurs que dans l’esprit de certains humains. C’est pourquoi il fleurit dans les contes : s’il appartenait au réel, on le trouverait pas aussi souvent dans la fiction.
    Le destin n’est jamais que la somme de ce qui nous arrive, une fois que c’est arrivé !
    Merci pour cette histoire orientale qui nous montre aussi qu’à une époque, on pouvait aller de Bagdad à Samarcande en une journée de chameau.
    L

  2. Bonjour SWITCHIE2,

    Je connaissais ce conte sous une autre forme. La mort est notre dernière maîtresse, nous ne pouvons lui échapper de façon perpétuelle: opérations chirurgicales, sauvetages des pompiers… c’est du dérisoire: on y passera tous, un jour où l’autre.

    Obambé

  3. Catherine de Médicis s’est laissé dire par un astrologue qu’elle mourrait près de Saint-Germain et elle a passé sa vie à éviter tous les bleds portant ce nom.
    Quand elle est tombée malade, on a fait venir un prêtre qui s’est présenté à la reine “Je m’appelle Saint-Germain”.

    Il paraît que l’histoire est vraie…
    L

Leave a Reply to Jérôme Lebrun Cancel reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: