Les mails, les lettres et la la silhouette du facteur

Je tombe sur ce petit paragraphe d’une lettre de Maiakovski :

“Maintes fois, je m’avancerai jusqu’à la barrière et là, triste, protégeant d’une main décharnée mes yeux des rayons obliques du levant, je fixerai l’horizon, guettant, parmi les nuages de poussières, l’approche de la silhouette familière du facteur”.
Valdimir Maiakovski.
Lettres à Lili Brik,
Moscou, mi-décembre 1917

Quand je pense à la façon dont mes emails m’arrivent toute la journée, j’ai un peu honte pour la technologie.
mail.jpg

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: