“Exception française” vraiment ?

Je suis sur le cul : je viens de voir que l’université de Berkeley avait décidé de tourner ses cours en vidéo et de les basculer carrément sur YouTube.

berkeley.jpg

Donc imaginons que vous soyez berger en Lozère (ou jeune dans un quartier deshérité), eh bien vous pouvez suivre et voir les cours de tous ces grands professeurs d’université sur votre iPod en continuant à garder vos moutons (ou vos rollers dans votre ZEP). Des cours devant le tableau noir : de biologie, de physique, sur la relativité, la radioactivité, les atomes ou le corps humain, mais aussi la poésie, l’histoire ou le journalisme etc… Totalement géant. Mais bien sûr ce sont des cours de professeurs américains parce que, chez nous, rien de tout cela : le berger de Lozère (ou les jeunes des quartiers) peuvent rester incultes, le ministre de l’Education n’en a rien à faire ; ces nouvelles technologies d’éducation de masse, ce n’est pas son truc. Les présidents d’universités non plus, qui n’ont pas été foutus d’intégrer cette dimension de l’enseignement à distance dans leurs projets. La Sorbonne c’est encéphalogramme plat dans ce domaine. Il n’y a que le Collège de France (dont j’ai téléchargé tous les podcasts sur mon iPod) qui sauve l’honneur de l’université française. Le monde bouge et notre université reste inerte et dort comme un rat mort. Tout ce qui intéresse le ministre français de l’Education, en ce moment, alors que la bataille numérique fait rage, c’est de savoir si les enfants du primaire doivent travailler le samedi matin ou non… Et pendant que ces gaulois se gargarisent d’exception française et prétendent donner des leçons au monde entier, on passe à côté de la plus grande chance éducative du XXIe siècle. Shame !

Berkeley sur YouTube c’est ici

Le programme de cours de Berkeley c’est ici

Les podcasts audio du Collège de France c’est ici

Et pour ceux qui pensent que les universités françaises sont dans le top ten, c’est ici

Je parle du ministre de l’Education parce que, pour moi, il n’y a qu’une seule tuyauterie du début à la fin de la formation (si ça fuit au début, ça ne coule plus à la fin). Mais je sais bien qu’ils ont découpé le tuyau en morceaux et qu’il y a une ministre des Universités qui s’occupe de la fin du tuyau (où plus rien ne coule puisque c’est entartré par son collègue de l’amont). Et donc ça renvoie au lien ci-dessus qui montre qu’aucune de nos Zuniverités n’apparait dans le top ten mondial. Vraiment pas de quoi être fiers.

Et c’est encore beaucoup mieux à Yale !
Sans parler de iTunes-U (U pour Université)

5 responses to ““Exception française” vraiment ?

  1. rolandx

    Bien vu l’article… franchement je suis du même avis que vous, je trouve qu’en Europe on se repose sur nos lauriers alors que la bataille fait rage!

  2. Uld

    C’est bien beau d’avoir des cours de physique quantique à l’oeil sur youtube, mais encore faut il pouvoir les comprendre. Une vidéo sur youtube ne remplacera JAMAIS le contact physique avec le professeur, pouvoir lui poser ses questions en direct, discuter avec lui dans son bureau après les cours ou avoir accès au polycopié de cours qui regorge de bien plus d’explication que ce qui est dit en amphi.
    Ceci dit, tu as raison, les cours sur internet c’est bien, mais avec le prix que coûtent les inscriptions en fac aux USA (plusieurs dizaines de milliers de dollar) c’est un minimum. Je préfère étudier en France et avoir la qualité d’enseignement que l’on me fournit ici qu’étudier chez eux et commencer ma vie active avec 30 000$ de dettes.
    Et attention il ne faut pas se tromper, nos universités ne sont peut être pas dans le top 10, mais un ingénieur ou un docteur qui a suivi son cursus scolaire en France a une très grosse côte sur le marché international, notre niveau d’éducation est très bien percu à l’étranger.
    Après reste encore à pouvoir retenir nos cerveaux en France, mais ça c’est un autre problème.

  3. Switchie2

    [Switchie2] — Tu as raison et, comme toujours, j’exagérais un petit peu…
    Mais ce que tu oublies, c’est le côté irremplaçable des nouvelles technologies (vidéos ou podscasts) pour toucher les gens aux périphéries : ceux qui précisément n’ont PAS accès aux cours dont tu parles. Parce qu’ils sont trop à l’écart géographiquement ou trop loin socialement. Alors, avoir le contact privilégié avec les profs c’est bien, évidemment et je ne le nie pas. Mais c’est encore un privilège de privilégiés ! C’est avoir accès aux cours eux-même qui devient crucial pour ceux qui, sans les nouvelles technologies n’y auraient tout simplement PAS accès du tout ! Je parlais évidemment du “berger de Lozère” comme d’un symbole. Et là, YouTube ou les podcasts c’est carrément génial. Les politiques disent que l’éducation dans les banlieues deshéritées a besoin d’un plan Marshall (qui ne viendra jamais). Moi je pense qu’elles ont besoin surtout de fibres optiques et de très haut débit :-)

    Quant au classement, je ne comprends pas très bien. Si la boucherie est super mal classée, tout en bas de la liste, je ne vois pas très bien comment il faudrait que j’admette que les steaks sont délicieux et qu’on se les arrache ! Je dois être maso, mais je préfère tout de même aller acheter mes steacks dans les boucheries côtées comme étant les meilleures au top ten !

  4. Spif

    ouais… y’a quand même le bon vieux Canal-u en France : http://www.canal-u.com et l’université de tous les savoirs, c’est pas mal aussi !
    ———
    [SW2 : Oui, bien sûr mais ce que je demandais, plus qu’un site bidon général et étatique comme ça, c’est que CHAQUE grande école ou fac bascule ses propres cours en vidéo sur le web : l’école de chimie, l’école des mines, normale sup, l’agro, sciences-Po, véto ou HEC…….. Peu importe mais que chacune le fasse et qu’on puisse suivre les cours bon dieu ! c’est tout ce que je demande : ils donnent les cours dans leurs amphis, ils filment les cours et ils les mettent sur internet. C’est tout].

  5. Mirnes

    Salut,

    Comme on ne peut pas compter sur le ministre de l’éducation, pourquoi on ne traduirait pas nous même les vidéos de l’université de Berkeley en français ? Si on attend sur le ministre de l’éducation les vidéos des universités françaises, on les aura que dans 30ans !
    —-
    SW2 : il n’y a hélas pas que Berkeley ! C’est tout le système éducatif américain qui est sur internet et iTunes. Je suis encore allé hier voir les podcasts de l’université de Yale sur iTunes U (http://tinyurl.com/dbpk5g) c’est totalement jubilatoire et bien organisé. Les podcasts de la Sorbonne en comparaison (suffit de taper “podcasts Sorbonne” sur iTunes) c’est nul et la pétaudière. Dans vingt ans, à ce régime d’irresponsabilité, nos dirigeants (politiques et culturels) auront formé des nuls. C’est pathétique et tragique.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: