Ne le dites à personne mais j’ai vu les fesses de la joconde !

joconde_dos1.jpg C’est marrant, mais je vois toujours ce que je ne devrais pas voir (j’en ai déjà parlé ici pour ma plus grande honte). Aujourd’hui, j’ai vu le dos de la Joconde que je vous présente en exclusivité sur ce cliché secret du Louvre : reculez-vous légèrement ou froncez légèrement les sourcils et vous verrez très nettement le dos de Mona Lisa, ses omoplates, l’ombre le long de la colonne vertébrale, la chute des reins et les deux fesses de la Joconde…. Le cliché est authentique et je vous jure que je n’ai pas triché ni bidouillé la toile dans Photoshop. Ce que vous voyez en exclusivité est vraiment le dos de la Joconde. Oui, bon, d’accord, à force de regarder, carrément hypnotisé par ce que je voyais, j’ai attrapé un torticoli et j’ai peut-être un peu menti. Mais vous pouvez voir ce que j’ai vu en penchant la tête à 90°… ou en cliquant sur le lien ci-dessous “continue reading”

Bon, ce ne sont évidemment pas ses fesses mais les lèvres du fameux sourire de la Joconde. Mona Lisa avait donc un deuxième sourire, dans le bas de son dos, au creux de ses reins… Je suis assez content d’avoir pu voir, dans l’intimité de la Joconde, ce qu’aucun conservateur du Louvre n’avait encore pu voir jusqu’à aujourd’hui.

joconde_dos.jpg


Et pendant que je suis dans la Joconde, en voici une autre que je trouve également très belle et sous-estimée…

3 responses to “Ne le dites à personne mais j’ai vu les fesses de la joconde !

  1. C’est faux: Cela avait été déja constaté il y a plusieurs années et repris à la fois par les médias de l’époque mais aussi par des artistes et autres … Vilain, va ! !!!

  2. La Joconde ne parle aucunement de Mona Lisa ni de sourire. Mais d’un amour particulier de Léonard de Vinci (cf. Suzanne Giroux et sa ‘trouvaille’ exposée dans VSD, n°840 du 7 au 13 Octobre 1993).

    La Joconde… Pourquoi, au Louvre, tant de visiteurs fascinés ? Mais qui déambulent si vite ! Le sourire pour La Joconde ? Oui, précisément, le sourire. Par tout le soin qu’il a mis à le peindre, ce sourire, Léonard l’a chargé du mystère qu’il y celait. Duchamp avait raison. LHOOQ. Son sourire est le ” fondement ” même de la sexualité de Vinci.

    La Joconde (huile sur bois de peuplier, 77 x 53 cm) est commencée probablement en 1503 et achevée à une date très imprécise. 1506, 1510 ? Carlo Pedretti, Martin Kemps, Carlo Vecce et Pietro Marani pensent que le tableau n’est achevé qu’en 1513-1514, voire 1516. Léonard n’y aurait-il pas travaillé encore et encore en France, au Clos Lucé ? De nombreuses couches, fines, de peinture prouvent un long processus de travail. Onanisme ? Les deux mains reposant l’une sur l’autre sont-elles bien ici le signe d’une conduite pudique exigée d’une femme ? Il y a bien du mystère là-dessous ! Le sourire dressé à la verticale est-il la clé de la crypte secrète ? Peut-être l’a-t-il conservé jusqu’à sa mort.

    http://dame-licorne.pagesperso-orange.fr/VERSION%20LONGUE/31-%20postface.htm

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: