C’est fou les grands sauts qu’on fait au bureau !

A mon bureau (mais pas  seulement) quand on ne fait pas des séminaires, on fait des réunions. Hier c’était réunion. Généralement c’est pour faire le point d’avancement de quelque chose qui est totalement planté. C’est planté parce qu’on ne bosse pas dessus sérieusement et de façon logique et méthodique mais il ne faut surtout pas le dire, ce serait négatif (surtout si ce sont d’autres collègues qui ne bossent pas dessus). Donc silence sur ce qui ne va pas : ce qui est important c’est la réunion ! On y redit en une heure ce qu’on aurait pu se dire par téléphone en cinq minutes ou la fois précédente. Mais ça ne permettrait pas de dire qu’on a fait une réunion sur l’avancement du projet… Donc réunion. On aborde rapidement ce qui ne va pas (mais on le dit de façon très “positive” sinon ce serait avouer qu’on s’y est mal pris et qu’il faudrait changer nos méthodes ce qui n’est pas évidemment pas le but de la réunion). Ensuite on aborde une sorte de répartition des rôles (forcément, comme ça n’avait pas été clairement arbitré à la réunion précédente, les gens n’ont pas avancé parce que chacun croyait que c’était l’autre qui devait le faire. Donc on redit ce qu’on avait déjà dit et qu’on aurait pu dire au téléphone en cinq minutes. Mais comme on le dit en réunion, on pourra faire un relevé de décision, preuve que la réunion était totalement justifiée ! Enfin on sort de réunion (moi totalement éreinté cérébralement) et tout le monde se félicite de ce que ça a été vraiment positif (“mais Eric, pourquoi est ce que tu tiens absolument à évoquer les causes de ce qui ne va pas ? sois positif !”). Donc au final on a fait un très grand saut de puce :doubledecimetre_02.jpgon a sauté très haut mais on est retombés juste à trois millimètres du point de départ. Si vous dites qu’on n’a pas fait grand chose ils froncent les sourcils et vous trouvent très négatif : “au contraire Eric, on a fait un formidable saut !”. Si vous trouvez comme moi que tant qu’à sauter on aurait mieux fait de le faire en avant (et pas en arrière), ne le dites surtout pas : ce serait négatif. Donc sur le relevé de décision on aura la magnifique courbe du saut en hauteur. Qu’on ait reculé n’a strictement aucun intérêt. La réunion a eu lieu. Donc on avance ! Allez, je vais aller m’acheter du doliprane rouge !

Autres aspects de la vie au bureau…

Mode d’emploi pour désamorcer les critiques
attention séminaire, loups indésirables
Vivent les séminaires !
Retour de séminaire en chien de berger
Eric on veut des critiques constructives !
Eric y en a marre de tes critiques !
Eric c’est pas sûr que le 345e domino va tomber !
Eric sois donc positif !
ceux qui bougent le piano et ceux qui bougent le tabouret
Va falloir supprimer les courses de relais
Le pilote du Titanic était positif !
Lundi matin désordre
Les pourparlers d’Oslo et le syndrome du manque de préparation
Le fer à repasser au bureau
Les coquelicots et les bleuets
Ubu ou le sapeur camembert

3 responses to “C’est fou les grands sauts qu’on fait au bureau !

  1. Switchie2

    Et ça continue ! A la suite de ce post, j’ai déjà reçu cette réaction me disant:
    “Avec ça tu fais vraiment avancer le schlimblick. Super.”
    C’est donc bien ce que je disais : il ne faut RIEN dire et surtout ne pas évoquer ce qui ne va pas. Car “ça ne fait pas avancer le schmilblick” ! Donc ne surtout jamais s’intéresser aux causes. Exactement le contraire de ce que mon professeur de latin disait : “Felix qui potuit rerum causas cognoscere” (heureux celui qui comprend la cause des choses). Mais peut-être je suis déformé : j’ai été élevé dans une famille où les gens jouaient de la musique de chambre. Et ils ne passaient pas leur temps à dire qu’il fallait être positif pour ne pas parler des fausses notes ou à refuser de voir ce qui clochait dans une interprétation : ils travaillaient les partitions inlassablement, ils réfléchissaient sur la structure des pièces inlassablement, ils répétaient inlassablement, ils perfectionnaient inlassablement ! Et ça donnait de magnifiques quatuors ! Si, à mon bureau, les gens qui me reprochent de dire qu’il y a des fautes jouaient de la musique, ce serait une cacophonie. (mais il ne faut pas le dire car ce n’est pas “positif” ! Donc ils jouent une musique qui est un ravissement :-)

  2. reinedespommes

    Rire !!!! moi, j’adorais les réunions dans mon ancienne entreprise … pour une raison bien simple : j’étais nommée rédactrice du bilan de la réunion ! youpi !
    Alors, non seulement, on en sortait vidés, énervés par le café, mais en plus, moi, j’avais la lourde tâche de devoir revivre le cauchemar par l’intermédiaire de mes écrits !
    Je me faisais un plaisir de distribuer … et le nec plus ultra, l’en faut un … c’est qu’à la réunion suivante, on était interrogés sur le compte rendu de la réunion précédente ! haaaaaa celle là, elle est unique non ?! et pourtant, véridique !

    Pomme

  3. aya

    vous m’avez fait bien rire, vos talents de narrateurs sont tels que j’avais l’impression d’y assister :-))
    merci pour ce bon moment .

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: