Ceux qui bougent le piano, et ceux qui bougent le tabouret…

tabouret_piano.jpg

Dans la République dans laquelle je travaille (cette fois je précise bien République au sens large et pas “à mon bureau” car je ne veux pas que mes collègues pensent que je les critique), il y a deux sortes de gens :
• il y a d’une part ceux qui pensent qu’il faut rapprocher le piano du tabouret ;
• et d’autre part ceux qui suggèrent que rapprocher le tabouret du piano serait peut-être finalement plus simple…
Le résultat est évidemment le même mais l’effort est différent et surtout, (en tout cas dans la République dans laquelle je travaille), si on propose de tirer le piano, ça fait évidemment un projet beaucoup plus massif, c’est plus ambitieux que si vous proposez simplement de rapprocher bêtement le tabouret; ça prend des allures de grand défi, ça demande du temps, ça implique des équipes plus lourdes, faut nommer un coordonnateur, on peut rédiger des notes, consulter des agences, bref, ça a de l’allure et on vous admire. Mais tout le monde transpire, on s’y reprend à plusieurs fois tellement c’est lourd et finalement on n’arrive pas forcément à tirer le piano qui est peut-être effectivement un peu trop lourd…
Le pire (mais j’ose à peine le dire) c’est que je crois que je dois faire partie d’une troisième catégorie :
• celle qui pense qu’il n’y a peut-être même pas à bouger le piano, ni le tabouret ! Si on abat carrément le mur de la pièce d’à côté, le piano se retrouvera ipso facto au centre de la salle de concert ! Mais abattre une cloison, vous n’y songez pas mon bon ami : ça pourrait faire tomber du plâtre, et surtout modifier l’organigramme, ou nous obliger à travailler avec les gens de la pièce d’à-côté (et on les connait à peine), et puis il faudrait repeindre après… Impossible ! Conclusion : chacun reste derrière sa cloison car, dans la République dans laquelle je travaille, c’est la cloison qui commande :-) Envisager de bouger le tabouret est déjà très, très problématique, alors le piano, n’y pensez même pas ! Quant au mur, mieux vaut ne même pas l’évoquer sinon vous êtes considéré comme un dangereux terroriste et votre sécurité est compromise ! Dommage car avec mon système on aurait repositionné les choses pour les dix prochaines années au lieu de mettre du sparadrap sur des structures inadaptées.

Autres aspects de la vie au bureau…

Mode d’emploi pour désamorcer les critiques
attention séminaire, loups indésirables
Vivent les séminaires !
Retour de séminaire en chien de berger
Les grands sauts qu’on fait au bureau !
Eric on veut des critiques constructives !
Eric y en a marre de tes critiques !
Eric c’est pas sûr que le 345e domino va tomber !
Eric sois donc positif !
Va falloir supprimer les courses de relais
Le pilote du Titanic était positif !
Lundi matin désordre
Les pourparlers d’Oslo et le syndrome du manque de préparation
Le fer à repasser au bureau
Les coquelicots et les bleuets
Ubu ou le sapeur camembert

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: