Mensonges par omission

S’il n’y avait pas la saucisse dans le hot dog (si je l’avais effacée dans Photoshop par exemple), vous le verriez tout de suite. Et vous diriez : “tiens, c’est bizarre, il n’y a pas de saucisse dans le hot dog”. Et on s’embarquerait dans une discussion sur la partie de droite, vulgaire (la saucisse) qui empêcherait de parler du sujet de gauche, poudré et raffiné : “mais pourquoi diable cette belle élégante du XVIIe siècle fait elle de la pub pour une marque de bière alsacienne ?” –

mensonge.jpg

Après plusieurs années d’alzheimer, j’ai compris qu’il ne faut surtout pas parler d’alzheimer : ce n’est pas un sujet poudré et élégant. Les gens n’aiment pas les détails parce que ça les ferait descendre aux Enfers et c’est mal éclairé et ça ne sent pas très bon. Dans un blog c’est pareil : il faut uniquement parler de la partie amusante, enjouée, poudrée et élégante, – psychologiquement admissible – de ce qui peux se dire sur la maladie d’alzheimer et ses terribles effets collatéraux. Dire la vérité vraie serait trop lourd – pour moi comme pour les lecteurs qui seraient choqués, baisseraient la tête, fermeraient les yeux et se boucheraient les oreilles : les gens n’aiment pas entendre les choses difficiles à avaler. Ils veulent que ce soit fun. Donc je mens inlassablement dans ce blog – par omission. Je parle “d’alzheimer” bien sûr – je prononce le mot – souvent – mais je n’aborde guère ce que les médecins appellent la “démence sénile”… Pour tout le monde, Alzheimer c’est simplement la perte de la mémoire ou ce qu’on leur montre à la télé dans des émissions grand public : des vieux sympathiques assis sur des fauteuils qu’on distrait avec des cubes ou de la pâte à modeler… Mais la partie cachée de la maladie, tous les effets collatéraux sur l’entourage (by the way l’entourage c’est moi tout seul), faut pas en parler, les gens n’aiment pas les voir. C’est pas drôle, pas poudré ni raffiné.

Raison pour laquelle je mens par omission sur ce qui rend la vie si lourde, si triste, si impossible à vivre. Il faut absolument le taire parce que (pour se protéger et ne surtout pas s’impliquer) les gens vous veulent absolument en forme et positif. Ce qui est assez habile d’ailleurs car si vous êtes en forme, ils n’ont pas besoin d’aider (comme Simon de Cyrène dont j’avais déjà parlé en 2003). Pour se convaincre que vous n’avez pas besoin d’aide, il vous certifient d’ailleurs que vous allez super bien : incroyable le nombre de gens que j’ai vu au cours des quatre dernières années qui m’ont dit : “mais tu sais Eric, t’as l’air en pleine forme ! ça fait plaisir à voir ; je t’assure ; tu as vraiment bonne mine”. Tu parles ! On voit qu’il ne connaissaient pas les plaisirs de la conversation ! Ma tête c’est Dresde après le bombardement de février 1945. Mes nuits sont noires, les journées sont noires, tout est noir. Mais faut pas leur dire quand ils vous demandent comment ça va parce que ça foutrait la saucisse au milieu de la discussion. Et c’est moins beau, moins poudré et moins raffiné que la belle élégante du XVIIe siècle qui fait de la pub pour une marque de bière alsacienne ! Voilà, c’est dit !

———–
Visuel : pub pour la bière alsacienne AKDamm, Agence Caldas Naya, Barcelone

4 responses to “Mensonges par omission

  1. Peut être que tu devrais en parler une fois pour toute dans un long article, précédé de la mention “âme sensible s’abstenir”.
    Ca te ferait surement du bien de te lâcher, et ceux qui lisent assument, ils sont prévenus.
    Tu éludes tellement le sujet, mais ta douleur est tellement palpable, que j’ai parfois l’impression que c’est toi qui es malade.
    Tu souffres d’Alzheimer, aucun doute.

  2. En parler davantage ? non car je n’ai strictement RIEN à dire. Ni sur ça ni sur le reste d’ailleurs. Mais ce qui me tue, quand je vois ce qu’impose alzheimer 24h sur 24, c’est que des autres, qui ont une vie totalement pépère, aient le toupet de se plaindre, comme si leur vie était finie, parce qu’il leur arrive un détail infinitésimal : genre le boulanger est fermé et ils n’ont pas leur baguette. Ou il pleut un ou deux jours alors qu’ils prennent quinze jours de vacances dans des endroits de rêve ! Ce genre de truc. Je vois bien qu’Alzheimer a profondément modifié mon échelle des valeurs (de ce qui st important et pas important) mais qu’ils se plaignent, ça me fout par terre ! Mais bon, je sais que j’ai tort de m’énerver.

  3. reinedespommes

    Le propre de l’être humain semble en effet de se plaindre pour un oui pour un non …
    et surtout de ne pas savoir apprécier les petits plaisirs de la vie, ils préfèrent largement faire d’une taupinière une montagne … pour se faire plaindre ? pour se rendre intéressants ?
    Je vous rassure, il existe des gens qui savent relativiser, voir qu’une baguette de pain se remplace facilement par autre chose, voire rien !
    J’ignore si c’est vous qui souffrez d’alzheimer ou un proche, mais je vous souhaite beaucoup de courage, je sais qu’il en faut, j’ai vu … pas top du tout non.

    Pomme

  4. kellouza

    “Mon histoire, en moi, s’effiloche. Je retrouve parfois des petits bouts chez les autres, et ça m’interpelle, ravivant une mémoire morte. Ceux que je croise, que j’ai fréquentés un temps et que je rencontre aujourd’hui par hasard; ceux que je lis. Ces gens qui font partie d’un passé que je ne comprends plus, dont j’ai perdu le fil. J’ai parfois l’impression de me rencontrer furtivement.[…] ”

    La suite ici :
    http://kellouza.wordpress.com/2008/03/30/pieds-noirs-dalgerie-2010-ou-les-neo-black-sabbath/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: