Ces hommes qu’on ne peut pas ne pas entendre…


Je lisais ce soir ce magnifique texte de C.F. Ramuz :

“Il y a des hommes qui parlent et il y a des hommes silencieux.
Les hommes silencieux copient les hommes qui parlent quand il leur arrive de parler.
Ils n’ont pas l’habitude de parler ; ils se servent pour s’exprimer de phrases toutes faites.
En gros, et pour simplifier, il y a les hommes de la ville et les hommes de la campagne : ceux qui expriment des idées qu’ils n’ont pas, ceux qui n’expriment pas les idées qu’ils ont.
Ceux qu’on ne peut pas ne pas entendre et qu’on voudrait bien ne plus entendre ; ceux qu’on voudrait entendre et qu’on n’entend jamais.

Tant d’hommes épars dans les champs, dans les vignes, et superposés sur les terrasses qui dominent le lac, dont on dit justement qu’ils ne pensent pas, parce qu’ils restent silencieux, – ceux que j’aime, et qui portent peut-être en eux une conception du monde et sont par là secrets ; ceux qui ne sont pas retenus seulement par une difficulté qu’ont ont, mais par une pudeur qu’on devine, et grandis par elle ; car ils ne peuvent pas cacher quand même le mépris qu’ils ont pour les “beaux parleurs”.
Ceux qui vivent dans la nature, et qui se sentent ainsi à chaque instant “dépassés” et dépassés par elle en tout sens, dans ses dimensions, dans son mystère, dans sa toute-puissance, mais par là augmentés et anoblis.
Ce qui les condamne au silence, ce n’est peut-être pas leur pauvreté, mais leur richesse même ; ils ont appris de la nature à se taire, de sorte qu’il faut les deviner ou qu’ils faut les inventer” ; […]

C.F. Ramuz
Besoin de Grandeur
Coll. Les Amis de Ramuz

Je dois avoir l’âme Suisse…
Le renard de Gustave Roud
Les hommes qui mesurent leur vie en matins

Quelques petits bouts de silence, en vrac…
Je vais demander l’asile politique chez les esquimaux
The sound of silence
Le silence des voitures sans roues…
Le silence, lorsque les mots ont disparu…
Les espaces c’est comme l’écho des choses…
Ces hommes qu’on ne peut pas ne pas entendre…
Quand les mots disparaissaient
Et si on écoutait enfin les sourds-muets ?
“Vaut mieux être sourd que d’entendre ça !”
Le silence, lorsque les mots ont disparu…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: