Deuil de Freud

Rien à voir cependant avec le “travail du deuil” dont le difficile concept s’est échappé du livre de Freud : Deuil et Mélancolie (1915) pour infiltrer un discours beaucoup plus commun. Freud, en effet, distingue trois moments qui se résument ainsi :

1. accaparement du sujet par sa douleur, ses regrets, ses remords et par l’image incessante de l’autre… et tenté par son propre anéantissement .

2. le moi, désireux néanmoins de rester en vie, surinvestit les liens qui le retiennent à l’objet et les délie un à un , si bien qu’on a pu dire que …

3. … le travail du deuil consistait à “ tuer le mort ”.

Posted in sensible

Tags: , , ,

Permalink

Comments are closed.

%d bloggers like this: