«Sturzkampfflugzeug»

ONU
.
Rêve humiliant. Le président me disait : “Eric, j’ai besoin de vous pour une mission très importante”

Comme je ne suis pas le genre diplomate à qui on confierait même la présentation du Journal de 20 heures sans déchaîner des émeutes en France, j’ouvre des yeux tout ronds mais bon, je me dis qu’après tout si le président de la République me le demande c’est qu’il sait ce qu’il fait. C’est son problème !

Et en gros il m’explique que la divergence entre la France et l’Allemagne est gravissime, qu’on est au bord d’un terrible conflit mondial, que nos satellites espions avaient repéré que la Wehrmacht positionnait déjà des panzers sur la frontière, bref, qu’il fallait vite aller à l’ONU pour calmer les allemands avant qu’ils n’envahissent la France et bouzillent son bilan d’un an. Et il me chuchote à l’oreille : “les traducteurs du PS sont une vraie catastrophe, ceux de l’ONU sont pro-Merkel et Ayrault – qui sait l’allemand – ne veut faire qu’un tweet”, donc je ne vois que vous pour traduire exactement et fidèlement ce que je dirai… Vous seul pouvez sauver l’europe du conflit armé et des heures sombres qui s’annoncent…”.

Comme je le connais je me dis “bon, c’est un grand blagueur et il est en train de m’en balancer une énorme”, mais pas du tout :

trois types des services secrets m’embarquent brutalement dans l’avion présidentiel et pof, on arrive dans la grande salle de conférences de l’ONU. Le discours est long et chiant à mourir et je traduis fébrilement en m’épongeant le front avec un mouchoir (genre keffieh d’Arafat dont le motif à carreaux blancs et noirs me tracasse vraiment car je n’utilise jamais de mouchoirs comme ça). Peu importe car tout semble aller comme sur des roulettes…

Mais tout à coup, je comprends que je ne dois pas bien traduire et que les formules diplomatiques m’échappent complètement. Quand Hollande dit : “Et c’est la raison pour laquelle, ma chère chancellière, la France propose à l’Allemagne une paix fraternelle et durable…”, je traduis en hurlant des histoires de Stukas et de camps nazis dans lesquels la grosse Merkel n’a qu’à aller se faire foutre, ce genre de trucs… C’est la consternation générale, je vois les diplomates se lever, s’injurier, en venir aux main, les journalistes partir en courant pour appeler leurs rédactions… Les sirènes commencent à mugir et je découvre la stupeur dans les yeux égarés de Hollande qui me dit : « Sturzkampfflugzeug ! really ? »… Moi je fixais ses pieds et voyais qu’il avait enfilé des palmes. Les Stukas ont commencé à lâcher leurs bombes sur Paris et je me suis réveillé…


[« Sturzkampfflugzeug » — composé de trois mots : Sturz (‘chute’), Kampf (‘combat’) et Flugzeug (‘avion’) — soit en français « avion de combat en piqué », abrégé en “Stuka”]

Youpi, depuis hier je sais parler ours !
Armes chimiques : Moscou et Téhéran sont terrorisés !

Quelques rêves
«Sturzkampfflugzeug»
La clé sous le paillasson !
Transformation imminente en dindon ?
Rêve chinois N°2
Hôtel Matignon, chambres à la journée…
Planter des rudbeckias jaunes
Parfois rêver c’est dur…
Clac clac je vais te couper la tête !

%d bloggers like this: