Je dois souffrir du grave syndrome des plumes d’oies …

Nils_Phil3
.
C’est un syndrome bizarre : d’abord une envie de dormir permanente qui me terrasse partout et tout le temps, même quand je me ballade au Luco comme aujourd’hui par un temps d’hiver (désolé Odile) … Ensuite le besoin répétitif et bizarre d’être accroché au cou d’une oie (ça je sais d’où ça vient : c’est un vieux souvenir d’enfance des merveilleux voyages de Nils Holgersson de Selma Lagerlöf). Enfin l’envie d’être carrément une oie cendrée pour pouvoir survoler le Hokkaïdo en plein hiver, le cou tendu en avant, volant les yeux mis clos à travers de gros flocons épais comme une neige meringuée…

Ce rêve est rémanent et on m’a déjà prévenu à l’époque : “Warning ! Transformation imminente en dindon ? ou aspiration au cocooning !. Pas faux (toujours ce vieux besoin de tendresse), sauf que je ne veux pas être dindon mais oie cendrée ! Très certainement à cause de la blancheur de leurs plumes qui me rappelle la couleur du glacage au kirsch des Basler Läkerli dont je m’empifrais à Noël quand j’était petit…

A propos de la couleur des oies, je me rappelle que Claude Hagège disait quelque part

que les Eskimaux avaient 36 expressions différentes pour caractériser le blanc. Et effectivement, sans parler de toutes les couleurs de la neige, il y a le blanc des mouettes, celui des nuages, celui des plumes qui me piquent la joue dans mon oreiller, le blanc du papier (sauf chez Actes Sud), celui des meringues, le blanc des yeux, le blanc des terra incognita (de moins en moins), les blancs de la mémoire (par ex. en ce moment où je cherche des blancs que je ne trouve pas), le blanc du lait, des oeufs battus en neige, des oies sauvages évidemment, de la chantilly, le blanc des naines blanches (jamais vu, trop loin), celui des bouleaux, de la lune, celui de Kenneth White etc…. Ce qui me fait penser que dans Flash ou les éditeurs html que j’utilise, ils sont carrément indigents : ils ne me donnent que le #FFFFFF comme blanc. Vraiment pauvre comme nuancier !

flash_nuancier
.
Ce qui donnerait raison à ceux qui me disent que le web est une régression culturelle – mais bon, c’est comme ça. Bientôt d’ailleurs on ne trouvera même plus d’oreillers en vraies plumes d’oies ou de canard, juste des trucs synthétiques qui vous donnent la migraine… Tragique. Moi qui ai tellement sommeil !

Je veux et j’exige des nuits de 14h24…
Des ailes pour planer au-dessus de la vie
La différence entre la neige et la pluie
Vivre avec des gens chaleureux
A propos de Hokkaïdo il faut absolument aller là

timbre_Nils_Holgersson

2 responses to “Je dois souffrir du grave syndrome des plumes d’oies …

  1. Pingback: Vivre avec des gens chaleureux | Switchie5

  2. Pingback: Vivre avec des gens chaleureux | Switchie5

%d bloggers like this: