Ce soir, j’ai fait un sérieux travail d’arpentage de mon univers : le Luco

Luco_superficie
.
Voilà, je viens de finir l’état des lieux de mon Luco et j’y vois un peu plus clair sur la taille de mon univers mental : je vis dans un espace finalement relativement minuscule :

Mon jardin du Luxembourg fait 600 mètres de large. Il fait 23 hectares avec avec 54 000 m2 de pelouses ; et le périmètre intérieur fait 2 km. Si je suis heureux dans ce petit mouchoir de poche (où je peux aller tous les jours à pied), pourquoi prendre des avions pour aller ailleurs ?

Et mon univers a des dimensions encore beaucoup plus réduites puisque si je mesure la distance qu’il y a entre mes deux tempes,
.
taille_univers-mental6
.
ça fait 18 cm (je n’ai pas calculé exactement, j’ai mis 18 cm un peu au pif et n’importe comment je crois que ce genre de trucs ça se calcule en centimètres cubes mais c’est au-delà de mes forces). Wikipedia me dit que c’est en gros 1260 cm3 pour l’homme (et 1130 pour les femmes).

En tout cas, la conclusion de tout ce travail d’arpentage c’est qu’il vaut mieux être heureux dans sa petite tête qu’avoir un bel intérieur spacieux où on s’ennuie. Ce qui rejoint en fait ce que disait Jean Dubuffet à Jean Paulhan dans une lettre du 20 avril 1960 que j’ai sous les yeux :

“Pas de danger que j’aille me fatiguer à courir au loin pour trouver toujours la même chose. Mon champ de tourisme se rétrécit de plus en plus et ne dépasse plus quelques mètres carrés.

Et, à mesure que s’en rapetisse la dimension, s’en augmente considérablement l’échelle”.

Je pense évidemment comme lui. Et d’ailleurs, il y a des moines japonais qui restent assis en méditation en fixant uniquement le mur qui est en face d’eux… Alors j’ai tout de même de la chance, non ?

N’importe comment avec le rétrécissement de mon champ de vision, dans très peu de temps je ne verrai même plus le mur !


Ce que Glenn Gould disait de l’enfermement qu’il considérait comme un test de sa propre mobilité intérieure.

Le Luco :
Les horaires d’expulsion du Paradis
Je n’aime pas être expulsé du Paradis

One response to “Ce soir, j’ai fait un sérieux travail d’arpentage de mon univers : le Luco

  1. Fausto Consolo

    Univers réel = 23 ha + chemin aller retour pour y arriver + appartement…

    Veinard : tout le monde n’a pas un jardinet de 23 ha bien entretenu à portée de main !

    Et le chemin pour y aller compte parmis les plus charmant de Paris : donc du monde.

    Jean D. pose un bel axiome avec rétrécissement = augmentation d’échelle… Justesse, clarté.
    Nul besoin de posséder l’ espace. La charge d’une propriété de famille, d’une terre agricole est différente, mais pourquoi vouloir s’enfermer quand on peut marcher à loisir au Lux, dans le massif des Diablerets, vous qui aimez la Suisse ; ou bien dans sa tête, quand on l’a vaste, genre Glenn. Existe t il une alternative au Lux ? Allez lecteurs, qui préfère le parc A. Citroën ? le Jardin des Plantes ? Monceau ? Montsouris ? Et celui dans le 19e tout en collines ? Le Père Lachaise compte, la place des Vosges non. Qui évoque la pyramide du Louvre sera exécuté façon Joseph K. Versailles hors concours.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: