Partir dans la huitième forêt, après le troisième fleuve qui coule au nord de l’avenir

blancheNeige
.
Vous je ne sais pas, mais quand je suis fatigué ou déprimé, je me plonge dans un conte : je tourne la première page, commence à lire :“il était une fois”,… ma tête bascule et — pof — je suis catapulté ailleurs, dans des contrées lointaines peuplées de rois, de princes à cheval et de belles princesses endormies :-). Les soucis et les tristesses de la terre cessent aussitôt. Et je pars à la recherche du dragon vert qui garde l’entrée d’un château imprenable en crachant un feu qui vous transformerait vite fait en chichekébab ! Bien sûr il faut déjouer les tours de vieilles sorcières édentées qui vous tendent des pommes écarlates en ricanant mais sinon, c’est magique : plus de déclaration d’impôts, plus de découvert bancaire, plus de dépassement de forfait, plus de gouvernement débile… Je vous assure : les contes c’est magique : plus de soucis sinon celui de monter sur son cheval et de partir à la recherche du méchant dragon vert qui se trouve dans la huitième forêt au-delà du troisième fleuve qui coule au nord de l’avenir….

Je suis complètement idiot de faire confiance !
Je t’attends ce soir à Samarcande…
Youpi tout va mal
Les petits copeaux de bois que Tristan envoie à Iseult
-Paul Celan et une langue au nord de l’avenir

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: