Ce matin, la pluie m’a réveillé avec un bruit de perles…

Pluie_bruit_perles
.
C’est la pluie ce matin qui m’a réveillé. Elle tambourinait depuis des heures comme un bruit de perles sur le toît gris tourterelle de l’immeuble. Du coup, juste à cause de cette sonorité joyeuse et fraîche — car il n’y avait évidemment pas de truites sous le tilleul de la cour — j’ai repensé à ce poème de Maurice Fombeure :

Il grèle avec un bruit de perles,
Perles du soleil, perle des lacs,
Truite étrusques et de l’Iran,
Au dos d’or, au ventre de laque,
Reines des vergers transparents,
Elles glissent sous les reflets des peupliers qui tremblent.
Les ballerines du silence.

— Quand je vais promener en barque,
La tête lourde d’avoir pleuré,
Je vous nourrirai, mes carpes,
Je vous nourrirai.

Les oiseaux oscilent, se penchent
Et jouent sur leurs triangles d’or.
Mais les truites en robe fauve
Traversent les arbres des morts.
Tout le paysage est tombé dans l’eau :
Les truites nagent entre les arbres.

Les oiseaux glissent sur les vaguers
Et les écluses chantent, chantent
Sur ce monde renversé.
Il grèle avec un bruit de perles…
Mais l’aurore, d’un sourire,
Rouvrira ces vergers chantants.

Maurice Fombeure, A dos d’oiseau. Eté : les truites – juin 1928

Je stipule dit le roi ….

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: