Ce moment jubilatoire où Henri Michaux lit un extrait de Plume…

Michaux

.
Déjà l’histoire de Plume au Restaurant était étonnante. Mais l’entendre lue par Henri Michaux est carrément immense. Écoutez le ton de sa voix : c’est, je trouve, totalement jubilatoire !

Je vous mets ici, sur Sound Cloud le court extrait (1:07 min) diffusé par Laure Adler au cours d’une émission de février 2010 où elle s’entretenait avec Armand Gatti. Et le texte est là :

“Plume déjeunait au restaurant, quand le maître d’hôtel s’approcha, le regarda sévèrement et lui dit d’une voix basse et mystérieuse : “Ce que vous avez là dans votre assiette ne figure pas sur la carte.”
Plume s’excusa aussitôt.

– Voilà, dit-il, étant pressé, je n’ai pas pris la peine de consulter la carte. J’ai demandé à tout hasard une côtelette, pensant que peut-être il y en avait, ou que sinon on en trouverait aisément dans le voisinage, mais prêt à demander tout autre chose si les côtelettes faisaient défaut. Le garçon, sans se montrer particulièrement étonné, s’éloigna et me l’apporta peu après et voilà…
Naturellement, je la paierai le prix qu’il faudra. C’est un beau morceau, je ne le nie pas. Je le paierai son prix sans hésiter. Si j’avais su, j’aurais volontiers choisi une autre viande ou simplement un œuf, de toute façon maintenant je n’ai plus très faim. Je vais vous régler immédiatement.

Cependant, le maître d’hôtel ne bouge pas. Plume se trouve atrocement gêné. Après quelque temps relevant les yeux… hum! c’est maintenant le chef de l’établissement qui se trouve devant lui.
Plume s’excusa aussitôt.
– J’ignorais, dit-il, que les côtelettes ne figuraient pas sur la carte. Je ne l’ai pas regardée, parce que j’ai la vue fort basse, et que je n’avais pas mon pince-nez sur moi, et puis, lire me fait toujours un mal atroce. J’ai demandé la première chose qui m’est venue à l’esprit, et plutôt pour amorcer d’autres propositions que par goût personnel. Le garçon sans doute préoccupé n’a pas cherché plus loin, il m’a apporté ça, et moi-même d’ailleurs tout à fait distrait je me suis mis à manger, enfin… je vais vous payer à vous-même, puisque vous êtes là.

Cependant, le chef de l’établissement ne bouge pas. Plume se sent de plus en plus gêné. Comme il lui tend un billet, il voit tout à coup la manche d’un uniforme ; c’était un agent de police qui était devant lui.
Plume s’excusa aussitôt.
– Voilà, il était entré là pour se reposer un peu. Tout à coup, on lui crie à brûle-pourpoint : “Et pour Monsieur? Ce sera…?” – “Oh, un bock”, dit-il. “Et après?” cria le garçon fâché ; alors, plutôt pour s’en débarrasser que pour autre chose : “Eh bien, une côtelette.”
Il n’y songeait déjà plus, quand on la lui apporta dans une assiette ; alors, ma foi, comme c’était là devant lui…
– Écoutez, si vous vouliez essayer d’arranger cette affaire, vous seriez bien gentil. Voici pour vous.
Et il lui tend un billet de cent francs. Ayant entendu des pas s’éloigner, il se croyait déjà libre. Mais c’est maintenant le commissaire de police qui se trouve devant lui.
Plume s’excusa aussitôt. (…)

Henri Michaux, Un certain Plume

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: