Les pourparlers d’Oslo et le syndrome généralisé du manque de préparation

barenboim.jpg
.
La semaine prochaine, à l’occasion des 20 ans des accords d’Oslo de septembre 1993, les médias vont nous reparler de cette conférence et vont tartiner à l’infini sur cette “promesse de paix non tenue et le fol espoir qu’avait fait naître la poignée de main entre Itzhak Rabin, premier ministre israélien, et Yasser Arafat, président de l’OLP”, etc…

Je vous ressort donc ce vieux post de 2007 car, depuis des années, je me casse la tête pour essayer de comprendre pourquoi, non seulement à mon bureau mais partout en France, les choses merdent et n’avancent pas. Et je crois que j’ai trouvé la réponse dans une explication passionnante faite en avril 2006 à la BBC par Daniel Barenboim, intitulée “In the Beginning was Sound”.

[je ne peux malheureusement pas l’uploader ici car elle dure plus de 50 minutes, mais je vous résume les propos et vous mets, ici sur Soundcloud, un minuscule petit extrait de 3 minutes]

Barenboim parle de son ami Edward Said et précisément des longues discussions passionnées qu’il avait avec lui à l’époque des pourparlers d’Oslo sur le règlement du conflit israélo-palestinien.

Said y était opposé depuis le début, mais Barenboim espérait encore que quelque chose de positif en sortirait. Et un jour, Barenboim dit à Said : “Tu sais Edward, finalement ça n’a aucune importance qu’Oslo soit une bonne ou une mauvaise chose, parce que ça ne peut pas marcher ! Parce que la relation entre le contenu et le temps, le tempo est erronée. Et ça, c’est la musique qui me l’a appris”.

Et Barenboim de rappeller que le travail de préparation de la conférence d’Oslo avait été pratiquement inexistant et beaucoup trop rapide. Et, à l’inverse, le processus de discussion lui-même, une fois les travaux commencés, beaucoup trop lent : les discussions avaient été interrompues, puis les participants déclarèrent qu’ils se réuniraient le mardi d’après, puis ils annulèrent le lundi, puis ils se rencontrèrent à nouveau un mois plus tard, avant de reporter encore… Bref, le processus de paix n’avait aucune chance.

– “Je me suis assis au piano, poursuit Barenboim, et je lui ai montré ce que je voulais dire – ce que je vais faire pour vous maintenant en vous jouant des extraits de la Pathétique de Beethoven que beaucoup d’entre vous connaissent bien”. [je vous mets la partition ici si vous voulez suivre :

La sonate commence par une introduction très majestueuse et lente. [Barenboim joue quelques mesures] – … et cette introduction se poursuit pendant un certain nombre de mesures… Et puis il y a le mouvement principal – l’allegro. [Barenboim joue quelques mesures de l’allegro] …

J’ai dit à Edward Said :

“l’équivalent d’Oslo, tu vois, ce serait comme si je jouais l’introduction très vite sans la moindre préparation”.[Barenboim joue quelques mesures de l’introduction très rapidement, comme si c’était un allegro] “Vous ne comprendriez évidemment rien si je jouais ce mouvement lent à cette vitesse!
Et puis, ensuite, j’aborderais l’Allegro principal ainsi… [au lieu de jouer allegro, Barenboim joue trois notes hésitantes et s’arrête…] [éclats de rires] [Puis il joue encore quelques notes, discontinues, puis s’arrête à nouveau. Et encore deux notes… et marque une pause… et recommence avec une note puis s’interrompt… etc] [applaudissements dans la salle]

– “Et à partir de ce moment là, le débat entre Said et moi s’est arrêté au sujet d’Oslo, car nous avons tous deux admis que ça ne pouvait pas fonctionner. Parce qu’il doit y avoir une relation profonde, permanente entre le contenu et le tempo”. [Rires]

Voilà, écoutez bien, cet entretien de la BBC qui vaut son pesant de cacahuètes et, accessoirement, ça vous aidera à comprendre pourquoi ça merde partout en France (notamment à mon bureau et sans doute aussi dans le votre) car c’est, semble t-il, un problème assez général.

—-
Le fichier de la conférence est trop lourd mais vous pouvez écouter l’extrait en vous rendant A cette adresse sur le site de la BBC (enfin je ne sais pas si ce lien existe encore car ce post date de décembre 2007!). Comme la conférence dure une heure, avancez rapidement le curseur vers le dernier quart, jusqu’à 50:17.

A tout hasard, je vous mets, ici sur Soundcloud, un minusculepetit extrait de 3 minutes

—–
JS Bach et non pas Beethoven, donc rien à voir mais structure musicale aussi :
Structure et organisation le week-end, désordre et désorganisation le lundi matin

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: