J’avoue que ma joie d’être au Luco s’apparente à une sorte de folie obsidionale :-)

christo_luco_sept13_A

.
Si vous cherchez la définition dans un dictionnaire, la folie obsidionale c’est un désordre mental qui frappe la population d’une ville assiégée. Eh bien pour moi, le Luco, c’est exactement ça : un lieu assiégé, une sorte de paradis de poche encerclé par des abrutis bruyants mais qui, fort heureusement, restent à l’extérieur avec leurs motos, leurs voitures et leurs pétarades… Les oiseaux par chance sont dedans, avec les fleurs, les poneys et les enfants ! Et ma folie obsidionale, c’est cette sorte d’effervescence mentale qui me frappe à la seconde même où je m’introduis dans le Jardin, comme dans une sorte d’enclos de paix et de silence, protégé par de belles grilles à pointes dorées et où règne une tranquillité de jardin d’Eden… Contrairement aux gens qui sont assiégés, je reconnais que moi je vais m’y constituer prisonnier volontairement mais bon, le résutlat est le même non ? C’est peut-être aussi ça la folie obsidionale. Peut-être je suis fou ? :-)

Quoi qu’il en soit, ce que j’aime bien — outre cette douce folie obsidionale permanente justement — c’est la répétition à l’infini des mêmes choses : les petits poneys qui tournent en rond avec leurs enfants sur leur dos, les joggers qui tournent en rond dans les allées périphériques, les gens qui mangent les mêmes gaufres, jouent aux échecs ou aux boules aux mêmes endroits ; moi-même, quelle que soit la saison, je tourne en rond comme un derviche tourneur, dans un mouvement perpétuel qui m’hypnotise et me ravit et m’arrache au monde extérieur dominé par des fous. Et je m’émerveille inlassablement des mêmes choses que je note inlassablement sur ce blog qui lui aussi tourne en rond…

En tout cas, pour en venir enfin à la photo en tête de ce post, je constate qu’en septembre, les jardiniers tournent aussi en rond et replantent les pelouses : ils font ça tous les ans, et tous les ans je me fais la même réflexion sur ce blog : si c’était Christo ou un artiste qui faisait une “installation” comme ça, les gens feraient la queue et s’extasieraient. Mais là ce sont de simples jardiniers du Luxembourg qui plantent de l’herbe, et tendent ces grandes bâches blanches, alors rien à voir, circulez ! Mais cette couverture argentée qui brille dans la lumière pâle de septembre, que voulez-vous, je trouve ça vraiment très beau.

L’arpentage de mon univers…
.
christo_luco_sept13_B

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: