Je viens d’apprendre que Dieu était à court de pigment à base de potassium de cobalt…

bleu_smalt_A
.
Septembre est bien engagé, et il y a peu de chances qu’on retrouve les beaux ciels bleus de cet été. Mais il y a une explication qui est liée au fait que Dieu serait à court d’un pigment bleu appelé smalt. J’ignorais totalement ce qu’était le smalt, mais c’est un mélange de poudre de cobalt qu’on fond à 1150° C pour obtenir une masse de verre d’un noir bleuâtre profond, qui est finalement broyée en une fine poudre, et c’est ce bleu que Dieu utilise pour ses ciels. Mais là, pas de bol, il n’a pas été livré et c’est pour ça que les ciels de septembre laissent à désirer…

Souvent, en regardant des toiles du XVIIe siècle, on pense que le peintre a voulu un ciel gris ou qu’il a délibérément cherché à signifier un ciel nuageux. Mais pas du tout : il a peint un beau ciel bleu, mais ce sont les pigments utilisés dans sa peinture qui se sont décolorés au fil des siècles du fait de réactions chimiques avec l’environnement.

Vous voulez un exemple ? À la fin des années 1600, pour colorer le ciel bleu et peindre les nuages ​​qui entourent la figure de Dieu dans ses “Trinités célestes et terrestres”, Bartolomé Esteban MURILLO avait utilisé du cobalt en poudre de verre (le fameux smalt). Mais au fil du temps, ce smalt s’est dégradé et les bleus sont devienus gris.
.
bleu_smalt_B
.
Le ciel de Paris aujourd’hui est exactement comme le ciel de Murillo, marbré dans des tons de gris et de bleu dégradés. Murillo n’a pas voulu un ciel gris. C’est son smalt qui a perdu sa couleur. Des scientifiques ont passé tout ça à la spectroscopie des rayons X et ont démontré que le smalt avait perdu sa couleur à cause d’un ion présent dans le pigment. Le potassium a réagit avec l’environnement, et pfouit, il s’est déstabilisé et s’est lentement infiltré dans la peinture, lessivant les bleus lumineux en les transformant en gris ternes… Voilà pourquoi le ciel est gris ! Et maintenant vous savez tout sur les ciels de Paris en septembre. Le gris est beau aussi !

– Moi, c’est différent, je suis un professionnel : Je suis dérouleur du ciel !
– Le lien vers “Les Trinités célestes et terrestres”, de MURILLO
Mes yeux bleus vont aussi devenir gris !

Dans une lettre à Clara datée du 14 septembre 1905, Hôtel du quai Voltaire, Rainer Maria Rillke écrivait ceci :

“… il me faut aller sur le balcon pour ne pas manquer l’avènement du gris”.

Je trouve que c’est une phrase magnifique, surtout en ce moment où le gris s’installe majesteusement au-dessus de Paris. Combien de gens à votre bureau vous ont dit aujourd’hui : “il faut aller sur le balcon pour ne pas manquer l’avènement du gris”. Pas beaucoup n’est ce pas ?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: