Le vote du budget, j’adore : un “moment fort” comme ils disent !

budget_2014
.
Vous savez quoi ? J’adore quand arrive octobre : c’est l’époque où le Gouvernement fait voter son budget pour l’année suivante. Ça revient tous les ans, à la même époque, un peu comme le Beaujolais nouveau ou le Carnaval de Venise : les ministres mettent des masques pour mentir à leur aise à la tribune, et les députés se jettent des sacs de farine dans l’hémicycle… Bref, un grand “moment fort” comme ils disent : un rituel qui occupe les journalistes pendant quelques jours. Et ensuite, évidemment, on passe très vite à autre chose. Parce que, forcément, tout est déjà pré-emballé et on ne va tout de même pas y passer l’hiver !

En tout cas, à chaque fois, le Gouvernement nous présente son projet de Budget comme “l’acte majeur de la vie politique” ; comme LE moment décisif du débat parlementaire où la Nation se fixe ses “grandes priorités”…. Ils sont Étatistes, Keynesiens, interventionnistes, Colbertistes et surtout dépensiers et donc le budget c’est sûr, c’est leur grand truc ! Et donc, hier, 25 septembre, ça n’a pas manqué : le Gouvernement nous a présenté ses “grandes orientations” pour 2014″. Et on a appris qu’après le budget de “souveraineté de 2013” (comment ? vous ne vous souveniez pas que le budget de l’année dernière était un “budget de souveraineté” ?), le projet de budget 2014 sera lui un budget … au service du “redémarrage de l’emploi.” Cool non ?

Je vous passe la ritournelle des phrases creuses du communiqué officiel (pour que vous puissiez rire avec moi, je vous mets le lien ici ). Retenez seulement que le Gouvenement va “poursuivre l’effort de redressement”, qu’il “veillera à préserver la croissance” ; qu’il conduira un “effort structurel de réduction des déficits”, et que, naturellement, il “demandera des efforts aux Français” – mais attention, ces efforts seront … “justes et partagés” ! etc etc. Bref le jargon habituel où ils déplient des phases toutes préparées.

Le charabia rituel dont raffolent les journalistes

En fait, allez, je vous vends la mèche : ils mettent les phrases dans une boite, ils la secouent, et ensuite ils les mettent bout à bout : et ça donne ce genre de charabia dont raffolent les journalistes car ils n’ont plus qu’à les recopier pour faire leurs papiers ou interroger les ministres à la radio.

Par exemple, si le Premier ministre est interviewé au Journal de 20h et qu’on lui demande :
“mais est ce que ce n’est pas un budget d’austérité ?”
— le Premier Ministre répond : “non c’est un budget au service du redémarrage de l’emploi”
C’est pas génial ça ? Et si le journaliste courageux ose un :
…mais ce budget ne demande-t-il pas trop d’efforts aux Français ?”.
— le Premier ministre répond avec gravité : … des efforts seront effectivement demandés mais ils seront justes et partagés”.
C’est pas cool ça ? Les burettes ont été préparées, tout est bien huilé, les phrases sont prêtes (dans les Cabinets, quand ils les rédigent sous forme de fiches, ils appellement ça “des éléments de langage”).

Tous les ans on vous dit que les efforts demandés aux Français vont enfin payer !

que c’est pratiquemet gagné, que les problèmes des Français, le Gouvernement en a fait la “priorité des priorité” ; que les résultats sont là… ; Bref, vigilance, détermination, boum boum, le Gouvernement prend tout en charge et – si le budget est voté – c’est gagné : la croissance repart, l’emploi repart, le pouvoir d’achat repart, la réussite scolaire revient, la sécurité revient, l’immigration revient, euh, non, elle repart, enfin on ne sait plus très bien dans quel sens elle va car la fiche n’est pas claire, mais bon, le Gouvernement est vigilant et déterminé…. etc.

Juste 3 chiffres à garder en mémoire et une seule question à vous poser !

• Depuis le début de la Ve République, il s’est écoulé exactement 54 ans, 11 mois et 20 jours…
• Depuis le début de la Ve République, il y a eu 36 gouvernement qui nous ont raconté les mêmes balivernes et fait les mêmes promesses.
• Depuis le début de la Ve République, il y a eu 55 budgets votés où tout était prioritaire et, juré craché, on allait sortir du tunnel et on allait voir les résultats !

Bref, en 54 ans, ils ont largement eu le temps de régler les problèmes de la France : l’éducation, les banlieues, la sécurité, la dette, le pouvoir d’achat, l’emploi etc etc.

Alors ces prochains jours, quand vous entendrez parler du budget pour l’année prochaine, posez-vous juste UNE seule question : comment se fait-il qu’au cours de ces 55 années, avec 36 équipes ministerielles differentes et 55 budgets votés, ils n’aient été capables que d’une chose : augmenter les impôts, fabriquer une dette de 2000 milliards et, j’allais oublier l’essentiel, mettre 5 millions de gens au chômage ?

Voilà, c’était mon petit couplet joyeux sur le thème : “chic c’est l’automne, le beaujolais nouveau projet de budget arrive et le Gouvernement va nous dire que tout baigne et que ça va aller mieux. Demain !”.

Peut-être une bonne grippe va nous épargner tout ce cirque ?
Comment purger la bureaucratie sans mettre les fonctionnaires dans la rue ?
Peut-être la France ne se redresse pas à cause d’autre chose

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: