Contrairement à ce que pensent les politiques, c’est peut-être la honte qui mettra le feu aux poudres !

Marx_Honte
.
Je suis tombé par hasard sur cette phrase de Karl Marx qui me parait très intéressante. Quand en mars 1843 il écrit à Arnold Ruge, Marx ne parle évidemment pas de la situation politique française en cette fin de 2013. Mais il se pourrait bien que les prochains soulèvements (appelons-les comme ça provisoirement) soient très différents de ce que nos politiciens dérisoires imaginent…

Pendant longtemps, on a pensé que les gens se révolteraient quand …. quand la baguette passerait à 1 euro. Ça n’a pas été le cas. Ou qu’ils feraient la révolution quand il y aurait 1 million de chômeurs. Ça n’a pas été le cas non plus, et pourtant on est aujourd’hui à 5 millions ! Non, les gens ne se révolteront pas pour ça. Ils raclent les fonds de tiroir pour payer leurs impôts parce qu’ils ne peuvent pas faire autrement mais ils ne feront pas la révolution pour ça. Ils prennent moins de vacances et sortent moins parce que leur pouvoir d’achat s’effondre, mais ils ne feront pas la révolution pour ça. Ils sont d’ailleurs trop soucieux de trouver un emploi pour commencer à ramasser des pavés et préparer des barricades !

Mais quelque chose est manifestement en train de basculer et et ce qui pourrait mettre le feu aux poudres ressemblera sans doute davantage à un mélange d’humiliation et de déshonneur qu’à des jaqueries paysannes (pour plus du pain), ou consuméristes (pour plus de produits dans les caddies)…

Le vieux Marx pourrait donc bien être prémonitoire, et la prochaine révolution être celle de la honte. Dans les cafés, dans les taxis, dans les blogs, partout je sens s’exprimer et monter un sentiment encore diffus mais croissant d’accablement, de désillusion, d’indignation. De honte surtout.

Dans le paragraphe suivant, il faudrait remplacer partout le mot “honte” par “exigence de dignité”. Mais c’est un peu comme en juin 1940, il a d’abord fallu l’humiliation de la défaite avant que ne se lève la résistance. Comme un “préalable” au sursaut

Honte de voir que la France qui était une grande puissance rayonnante soit devenue un petit pays qui s’enfonce dans l’inertie, l’immobilisme et la médiocrité ; Honte de voir certaines “valeurs” disparaître (je sais qu’il faut prendre le mot avec des pincettes mais j’ai enfilé mes gants en caoutchouc) ; Honte de voir la nullité crasse des politiques qui nous gouvernent depuis des décennies — avec la même langue de bois, les mêmes combines, les mêmes ficelles, les mêmes promesses jamais tenues… Honte devant des parlementaires serviles ou tricheurs. Honte devant des ministres inculpés ou menteurs. Honte devant des médias complaisants et serviles. Honte devant la gabegie financière dénoncée tous les ans par la Cour des Comptes. Honte devant la faillite du système de soins, des retraites, de l’éducation, de la formation professionnelle… Honte devant la violence qui gagne tous les jours du terrain ; devant le chômage qui augmente ; devant un futur qui semble éteint et qu’on ne sait même plus comment rallumer… Bref, honte devant l’effondrement de ce que l’autre appelait une certaine “idée de la France”…

Les gens sentent pourtant qu’un vent de résistance est en train de se lever. Encore faible, mais il se lève. Il se lève à gauche, avec les déçus du “changement c’est maintenant” ; il se lève aussi à droite, avec la honte de voir qu’aucun dirigeant ne semble à la hauteur d’une France qu’ils ont laissé tomber tellement bas dans le caniveau qu’elle est maintenant à leur niveau c’est à dire à leur hauteur de nains.

Partout les lignes bougent, dans tous les domaines les cartes sont en train de se redistribuer, partout les esprits basculent pour s’adapter, partout tout se reconfigure … Il n’y a que les politiques qui ne bougent pas, tétanisés, congelés dans des attitudes théâtrales surannées, incapables de sentir que le monde a changé et qu’eux-aussi doivent bouger et s’adapter sous peine de disparaître.

Il y a pour l’instant une immense lassitude du Peuple. Mais cette lassitude et ce sentiment de honte se transformeront bientôt un une claire et puissante exigence de dignité !

On ne sait pas encore ce qui mettra le feu aux poudres, mais les hommes politiques devraient y regarder à deux fois avant de continuer un jeu qui leur a certes toujours réussi (mentir sur la réalité et dissimuler les problèmes pour sauver leurs carrières) mais qui risque de ne plus marcher très longtemps car la patience des citoyens a été poussée à ses limites ultimes.

Comme disait Marx, “la honte est une sorte de colère, de colère rentrée. Et si toute une nation avait tellement honte, elle serait comme le lion qui se ramasse sur lui-même pour bondir.”

Le jour où la Nation se ramassera sur elle-même pour bondir, il se passera alors vraiment quelque chose :-)

Après Marx, je ne vois que Bob Dylan pour dire ce que je pense !

2 responses to “Contrairement à ce que pensent les politiques, c’est peut-être la honte qui mettra le feu aux poudres !

  1. Pingback: Dette publique française à 246% du PIB : honte aux politiciens | Contrepoints

  2. Pingback: Dette publique française à 246% du PIB : honte aux politiciens

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: