Mais non voyons, le matraquage fiscal des entreprises ne détruit pas la compétitivité !

nacelle-Fr_A
.
Avant je n’osais pas, je faisais comme tout le monde, mais désormais, quand je dîne avec des amis, je leur dit carrément que je suis résolument et farouchement capitaliste et libéral (en gros pour la libre entreprise et contre le dirigisme étatique). Si vous pouviez voir leurs têtes : ils se bouchent le nez devant des mots aussi vulgaires et nauséabonds. Pour libéral, ils ajoutent même “sauvage” pour montrer combien je suis dangereux pour la Société. Et capitaliste — mais vous n’y pensez pas, mon Dieu, quelle horreur ! Ils me citent toujours Churchill à propos de la démocratie (vous savez : «le pire des régimes – à l’exception de tous les autres déjà essayés dans le passé»), mais le capitalisme, non, pas la moindre indulgence de leur part : c’est le mal absolu. Je reconnais que par les temps qui courent, s’avouer capitaliste est presque un délit tant il est de bon ton de mépriser et agonir d’injures un système qui leur permet pourtant d’acheter leurs frigidaires, leurs voitures, leurs tablettes, leurs iPhones et – surtout – d’avoir un emploi. Et c’est là justement, à propos de l’emploi, que je sors de mes gonds …

Mais qui donc a décidé que les entreprises étaient là pour servir de tirelires à l’État ?

La taxation des entreprises parait à tous mes amis tout à fait normale. Ils trouvent même qu’elles ne sont pas assez taxées, qu’elles font trop de bénéfices et que les capitalistes touchent trop de dividendes

• Je ne reviens même pas sur cette notion de dividende qu’ils ne comprennent pas : le dividende est la contrepartie du capital prêté. Tout comme une banque prête à intérêt, il faut rembourser celui qui vous avance de quoi payer les investissements, point à la ligne. Si vous trouvez le capital sans le rémunérer, tant mieux pour vous. Mais bon, je n’insiste pas, ils ne comprennent pas les rudiments de l’économie marchande.

Les bénéfices c’est autre chose. Avec toute cette idéologie socialiste ambiante, on a complètement oublié que les entreprises ne sont pas là pour servir de tirelires à l’État ou de boites-à-sous pour financer ses dépenses publiques (toujours plus massives et dont la gabegie est dénoncée tous les ans par la Cour des Comptes). Les entreprises sont là pour faire des bénéfices ! Elles ne sont pas une “assiette fiscale” où l’Etat peut venir manger et se servir à sa guise pour boucler ses propres fins de mois ou ses déficits !

Le système capitaliste (qui a fonctionné pendant des décennies avant l’arrivée des États-dits-”Providence”) n’est pas un miracle et il est très simple à comprendre : les entreprises fabriquent et vendent des produits ou des services ; elles doivent faire des bénéfices : pour créer des emplois, distribuer des salaires aux travailleurs et investir en rémunérant en dividendes les apporteurs de capitaux. Elles doivent gagner de l’argent si on veut que la machine à produire de la richesse continue à fonctionner. Si l’Etat détourne cette richesse à son profit, il fait dérailler le système. Aussi simple que ça.

Le matraquage fiscal pénalise la compétitivité et donc l’emploi !

Ce n’est pourtant pas sorcier à comprendre : quand l’État ponctionne la richesse des entreprises, elles ne disposent plus de ces sommes qui sont distraites du circuit marchand. Et tout s’écroule évidemment. Pour payer ses propres dépenses improductives, l’État crée des impôts sur les bénéfices, et des impôts sur les plus-values et des prélèvements sur ceci et sur cela, et des taxes et cotisations un peu partout… Et donc les entreprises font moins de bénéfices, et puis elles doivent déposer leur bilan et envoyer leurs salariés à Pôle Emploi (où l’État les paye en “contrats d’avenir” financés par ces mêmes impôts qui sont précisément à l’origine de la destruction des entreprises).

L’entreprise n’est pas là pour fournir son argent de poche à l’État. L’entreprise est un système performant mais très fragile : la compétition internationale est extrêmement dure, les parts de marché sont de plus en plus difficiles à obtenir et le dernier rapport de l’OCDE vient encore de stigmatiser la non-compétitivité Française. Alors que l’État laisse les entreprises faire leur métier : en ne les accablant pas de taxes, de charges et d’impôts en tout genre qui les empêche de se battre à armes égales avec leurs concurrents. Qu’il les laisse créer de la richesse et des emplois !

Et comme mes amis n’arrivent pas à comprendre ce dont je parle quand je dis que le poids des charges et de la fiscalité empêche les entreprises d’être concurrentielles, j’ai fait ces images pour les aider à comprendre la notion de compétitivité. Mais même avec ça j’en doute puisque Montebourg, Ayrault, Hollande et les autres nous affirment tout les jours le contraire, sous les applaudissements entendus des médias béats d’admiration devant l’déologie de l’interventionnisme de l’État (l’État Keynesien, l’État Colbertise, l’État-Providence) et le matraquage fiscal des entreprises qui “sont riches et peuvent payer” ! Arrrgghhh !
.
nacellle_Fr_B
nacelle_All_2

*

— C’est l’État le problème. C’est donc lui qu’il faut réformer de toute urgence!
Pourquoi le Darwinisme économique de Hollande ne peut pas marcher
Il est temps de choisir : Capitalisme ou Étatisme !
l’État providence c’est tout simplement magique !
Compétitivité : il ne faut surtout pas changer de cap !
Du capitalisme performant à la déroute de l’État-Providence
La poule capitaliste et la création de richesse
Une “Commission de la Hache” pour tailler dans les dépenses publiques
L’État-“Providence” détruit par les illusions idéologiques.
Quand la perfusion de l’État-providence s’arrêtera
La France en soins palliatifs ?
Leur anti-capitalisme a enfin tué le sale rat de capitaliste !
La culture anticapitaliste de ce pays est terrifiante !
L’Allemagne n’a pas besoin de tous ces rapports pour être compétitive

4 responses to “Mais non voyons, le matraquage fiscal des entreprises ne détruit pas la compétitivité !

  1. Romain

    Le point manquant dans ton raisonnement et qui fait que je ne suis pas d’accord avec toi sur la taxation des entreprises (dans des proportions acceptables et pas contre-productives) et que l’action de l’état génère des externalités positives dont les entreprises comme les individus bénéficient. Il est donc normal que comme les individus, les entreprises participent au financement de l’état et de ses actions. Je ne vais pas m’étaler mais pour moi c’est déjà une raison suffisante pour justifier l’existence de taxes sur les entreprises, ce n’est pas simplement traire la vache…

    • Le point ne “manque pas dans mon raisonnement”. Je connais cette objection. Juste cette précision (inutile si tu lis mes posts précédents) : quand on a plusieurs MILLIONS de chômeurs inscrits à Pôle emploi, on essaye, EN PRIORITE de voir ce qui est essentiel. Et là deux possibilités :
      – ou l’État se dit : je ne change rien à mes dépenses, et donc je continue à sur taxer les entreprises (qui ne seront plus compétitives, déposeront leur bilan et multiplieront les plans sociaux)
      – ou il se dit : merde, il y a le feu à Pôle emploi, il est impératif que les entreprises vident d’ABORD Pole emploi de ses chômeurs sinon ce sera la ruine.
      Et là tu vas forcément me dire : “mais baisser les dépenses c’est bien joli mais TOUTES les dépenses de l’Etat sont indispensables”. Et là j’ai déjà répondu dans des dizaines de posts et notamment à propos des policiers et des infirmières et aussi de la Commission de la Hache !
      Donc, dans l’ordre :
      1) réduire massivement les dépenses inutiles (Commission de la Hache)
      2) alléger les charges des entreprises (compétitivité, concurrence)
      3) dynamiter Pôle emploi pour le forcer à faire proprement son travail !
      4) refonder totalement le système de formation professionnelle
      5) arrêter de penser que l’Etat doit tout contrôler et piloter du haut de ses bureaux !
      etc. Pas le temps de développer plus car c’est tout le système d’un Etat omniprésent qu’il faut réformer et je passe mon temps à en parler dans ce blog :-)

  2. Pingback: Le matraquage fiscal des entreprises expliqué à mes amis | Contrepoints

  3. Pingback: Le matraquage fiscal des entreprises expliqué à mes amis | gold is money

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: