Les baromètres du Gouvernement sont bloqués sur “beau fixe” !

barometre4
.

Si on écoute le Gouvernement, tout va bien. Le chômage augmente, mais le Premier ministre vous affirme qu’il baisse. Vous faites vos courses et constatez que les prix augmentent, mais le Gouvernement vous dit qu’il n’y a pas d’inflation ! Vous allez réduire vos cadeaux de Noël parce que vous n’avez plus d’argent, mais le Gouvernement vous dit que votre pouvoir d’achat progresse. Les plans sociaux s’accumulent mais le Gouvernement vous assure que la croissance repart. Vous apprenez tous les jours que la violence augmente, mais pour le Gouvernement c’est uniquement un “sentiment” : là aussi tout va bien, et c’est vous qui vous trompez. Comme pour l’immigration, etc… vous avez tout faux : tout va bien. Et le Gouvernement a ses chiffres pour vous le prouver !

Le Gouvernement se félicite tous les jours

En fait c’est Sophie de Menthon qui a raison ; Dans un papier très amusant, elle montre que le Gouvernement se félicite de tout. Même de ce qu’il ne fait pas. Et il a raison de le faire parce qu’il ne faut pas qu’il compte sur les Français pour le féliciter de quoi que ce soit. [je vous mets son texte en bas de ce post]

Tous les baromètres du Gouvernement sont détraqués !

Les statistiques et les indices — tout comme les thermomètres ou les baromètes — sont précisément faits pour indiquer des tendances, pour permettre de rectifier des trajectoires, corriger des erreurs, revenir au réel et surtout informer l’opinion publique de façon impartiale… Mais le Gouvernement considère que tous ces outils statistiques sont ses instruments de propagande ; et pas des outils lui permettant de s’informer sur ce qui se passe réellement dans le pays !

Il fabrique ses propres chiffres, il bidouille ses statistiques, et — au lieu de regarder ce qui ne va pas dans le Pays — il nous présente, tous les mois, les merveilleux résultats de sa politique en les emballant dans du beau papier de soie rose bonbon ! Et, naturellement, il s’en félicite ! Forcément tout va bien…

Arracher les statistiques des pattes du Gouvernement

Le Gouvernement ne doit évidemment pas être juge et partie ! Il ne faut donc pas que l’INSEE — qui dépend du Gouvernement — publie les résultats du chômage, ou des prix, ou du commerce extérieur… Tout comme il ne faut pas que ce soit le Ministre de l’Intérieur — un ministre politique — qui publie les chiffres de la sécurité, ou de l’immigration ou des sans-papiers…

Attention : je dis bien il ne faut pas que ce soient eux qui publient. Ils peuvent et doivent continuer à les calculer, mais — avant leur publication — il faut que les chiffres soient vérifiés et certifiés par des autorités indépendantes du Gouvernement. Et comme ça on aura enfin des séries correctement présentées, des indicateurs pas biaisés, et des chiffres pas manipulés pour prouver quelque chose ou justifier une idéologie. On veut les chiffres, tous les chiffres et rien que les chiffres : pas les “commentaires” d’un Ministre ! On est assez grands pour les comprendre et quand ils augmentent — comme les chiffres du chômage avant-hier — on a certainement pas besoin qu’un Ministre viennent nous expliquer qu’ils baissent !

On le comprend très bien cette exigence quand on parle du contrôle des dépenses par la Cour des Comptes. On ne peut pas être à la fois juge et partie et donc il est bon que ce ne soit pas le ministère du Budget qui se “félicite” de sa maîtrise des dépenses ! Il faut que ce soit des juges indépendants. Pareil dans tous les autres domaines : les Ministères sont malheureusement devenus des instances politiques — et dangereusement politisées — et donc on ne peut plus leur faire confiance.

Une démocratie transparente a besoin d’institutions indépendantes !

Il faut des institutions indépendantes et des informations transparentes. On ne peut plus accepter que les chiffres essentiels — comme ceux du chômage ou des prix ou de l’immigration — soient “habillés” ou “commentés” ou “maquillés” par un Ministre qui est un homme politique au service d’une idéologie ou de son Parti.

Une démocratie moderne doit être transparente. Elle ne peut pas regarder le temps qu’il fait sur des baromètres dont les aiguilles ont été bloquées sur “Beau fixe” par un Gouvernement.

Il faut séparer les pouvoirs ! Et surtout ne plus compter sur les journalistes et les médias qui ont trahi leur mission, perdu leur indépendance et sont devenus des “passeurs de plats” subventionnés par un État qu’ils ne peuvent dès lors plus critiquer.

*

Ci-dessous, le papier de Sophie de Menton dont je parlais au début sur “l’autocongratulation des politiques” :

“Une autocongratulation politique qui se décline sur tous les tons à chaque occasion. Plus la France part à vau-l’eau, plus nos ministres se félicitent. Ils se félicitent avec componction et conviction, il faut les comprendre, qui d’autre qu’eux-mêmes pourrait le faire ?

Ainsi le ministre concerné se félicitera que la police ait su démanteler un réseau de trafiquants de drogue (qui sévissait depuis quinze ans) ou que l’on ait arrêté un tireur fou qui menaçait les médias. Un autre se félicitera que la grève ait cessé : il se félicite du sens de la responsabilité de ceux qui ont cessé de faire grève, mais il se félicite aussi quand même de la grève, preuve que la démocratie fonctionne.

Le ministre des Finances (qui tombait des nues) s’est félicité de ce que le premier ministre se félicite du fait que le président de la République décide de remettre à plat la fiscalité. François Hollande se félicite que l’équipe de France de football ait gagné, car en France, quand ça va vraiment mal, on sait réagir. Le ministre du Travail se félicite que le chômage n’augmente pas (au passage, pourrait-il féliciter les chefs d’entreprise ? ).

Après avoir fait honte aux Français supposés être racistes, on se félicite d’avoir proposé Christiane Taubira comme “femme de l’année.” On attend que la neige fonde pour s’en féliciter, et si elle ne fond pas, la ministre du Tourisme pourra se féliciter de l’ouverture précoce des stations de ski. En revanche, je ne vois pas grand monde se féliciter de la politique menée ?”

Pendant la crise l’irresponsabilité continue

One response to “Les baromètres du Gouvernement sont bloqués sur “beau fixe” !

  1. Pingback: Courbe du chômage : la réalité derrière les apparences | Contrepoints

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: