Instituts de sondage : eux non plus ne se remettent jamais en cause !

Sondages
© Elke Vogelsang.
.
Les instituts de sondage n’auront donc rien vu venir de la débâcle socialiste. Depuis des années — avec une arrogance incroyable — ils prétendent se substituer au Peuple souverain, prédire d’avance le résultats des scrutins, connaître les intentions de vote mieux que les électeurs eux-mêmes… Et ils n’ont rien vu venir !

Des prévisions régulièrement démenties mais jamais sanctionnées

Pour cette première élection depuis l’arrivée de la Gauche au pouvoir, les “sondeurs” n’ont donc rien vu venir :
• Ils n’ont pas vu venir que le PS se prendrait une claque monumentale ;
• ils n’ont pas vu venir que, sur 16 ministres candidats, 2 seulement seraient réélus dès le permier tour ;
• ils n’ont pas vu venir qu’à Marseille le PS – qui espérait créer la surprise – serait devancé par le FN ;
• ils n’ont pas vu venir à Paris qu’Anne Hidalgo arriverait en deuxième position seulement derrière NKM ;
• Et, surtout, ils n’ont pas vu venir l’absention – dont le taux historique a atteint 38,72% au premier tour – un record sous la Ve République, pour un scrutin normalement très mobilisateur.
Trop cool les instituts de sondages !

“Les sondeurs ont la gueule de bois”

C’est Jean-Marc Lech, co-président de l’institut IPSOS, qui a finalement lâché le morceau au Journal de 13h de France-inter le lendemain de l’élection :

A cette heure-ci les sondeurs ont la gueule de bois, pourquoi ? Parce qu’il y a environ 80 sondages qui ont été faits et qu’aucun n’a mesuré les phénomènres majeurs qu’on constate aujourd’hui – sauf la poussée du Front national dans ses zones de forces”.
“Ce que nous n’avons pas vu du tout – tous autant que nous sommes – c’est qu’il y avait beaucoup plus d’absentention à Gauche qu’à Droite, parce que les sondés ne le disaient pas ! Entre les abstentionnistes de Gauche et de Droite, l’écart devait être de 4 ou 5 points or la réalité du différentiel de participation a été hier de 10 points !”
Quel aveu de faillite tout de même ! (mais il faut bien continuer à gagner sa vie n’est ce pas)

Ils se trompent mais ne se remettent pas en cause !

Pas anticipé ? Ah bon ? Et avec un différentiel de 10 points en plus ! Ils avouent leur inefficacité et pourtant — comme les politiques avec qui ils fricotent — ils ne se remettent pas en cause.

Les “sondeurs” continuent à jacasser sur les plateaux des soirées électorales, à commenter leurs prévisions fausses et donc inutiles, à nous faire la leçon sur la manière dont les citoyens votent, à nous expliquer que leurs sondages sont aussi fiables – mais plus économiques – qu’une consultation en « grandeur nature ». Tu parles !

Et comme les élections n’ont lieu en France que tous les 5 ou 6 ans, les “sondeurs” peuvent se la couler douce pendant cinq ou six ans en nous assomant de “sondages” complètement bidons mais coûteux qui n’ont pour but que de rassurer les politiques qui les commandent, et de manipuler l’opinion en influençant les citoyens à qui ils font croire que les mesures qui sont prises vont dans le sens de ce qu’ils souhaitent — alors qu’ils pensent très exactement le contraire (mais on ne le découvrira que six ans après, lors de l’élection suivante. Six ans de perdus !). Le gag absolu.

Et c’est ainsi que tous les hommes politiques et les ministres claquent l’argent des contribuables pour “sonder” les citoyens à grands coup de méthode des “quotas”, de techniques de “redressements” et sur des échantillons dérisoires de moins de 1000 personnes ! Ils se trompent et trompent les citoyens. Mais le Français est content et reste en pamoison. Pendant la crise de la démocratie, les sondages continuent ! Yay !

Pourquoi payer si cher des résultats aussi nuls ?

Comme l’heure est aux économies budgétaires, je propose de carrément supprimer tous les crédits des ministères destinés aux sondages. Ce sera déjà un début. S’il y a des postes où on peut commencer à faire des réduction de dépenses inutiles c’est bien ceux-là. Sinon il faudra taxer les contribuables ou piocher dans la poches des retraités et donc je préfère qu’on commence par couper dans les branches inutiles.

Les sondages marketing des entreprises je m’en moque. Je fais allusion ici aux sondages politiques réalisés par l’Elysée, Matignon et les ministères qui faussent la démocratie en manipulant l’opinion. Car il s’agit bien de manipulation en fait : non seulement ils posent les questions qui appellent les réponses qu’ils attendent (pour justifier leurs mesures), mais en plus ils dissimulent les réponses qui ne leur conviennent pas (ce serait “nauséabond” comme ils disent). C’est ça le problème finalement : la manipulation par des sondages pipés.

En tout cas, si les politiques ne savent pas gouverner sans l’aide des instituts de sondages c’est tout simplement qu’ils ne descendent pas assez sur le terrain ou que le Parlement ne fait pas son boulot !

Qu’on fasse moins de sondages et davantage de démocratie !

S’ils veulent vraiment savoir ce que pensent les Français, il y a deux méthode très simples :

• Il y a d’abord les parlementaires dont la mission est précisément de “représenter” leurs électeurs et de faire entendre en haut-lieu la grogne qu’ils sentent monter de la France profonde ! Les circonscriptions où ils ont été élus sont précisément là pour ça : pour leur rappeler qu’ils sont les élus du Peuple et que c’est lui qu’ils doivent servir. Et pas l’inverse. Qu’ils y aillent davantage, ça leur fera prendre l’air ! Ça permettra au Parlement d’être ce qu’il n’aurait jamais du cesser d’être : une vraie “caisse de résonnance” de l’opinion exacte des citoyens. Et je ne parle même pas des Préfets qui ont – eux aussi – pour mission de faire remonter “la grogne” des Français. Pas besoin de sondeurs coûteux pour ça !

• Il y a aussi et surtout une méthode radicale et beaucoup plus efficace que tous les sondages : les votations populaires fréquentes et régulières comme en Suisse ! Là, on ne se trompe pas sur un échantillon de 600 personnes avec un différentiel de 10 points ! On consulte le Peuple et, à 20h00 pile, on a la réponse réelle, officielle, concrète ! Et sans la moindre marge d’erreur ! C’est ça la démocratie !

*

En Suisse ils consultent le Peuple !
Des référendums !
Une démocratie plus digitale

4 responses to “Instituts de sondage : eux non plus ne se remettent jamais en cause !

  1. Orage

    Arf! Je suis entièrement d’accord avec vous! Le pire c’est qu’on nous bassine avec ces prétendus sondages truqués et ce n’est pas innocent.
    Combien d’années avons-nous entendu “Noah, en tête des préférences des Français” (voir RTL, radio gauchiste et manipulatrice). Noah, gauchiste dans le droit fil de la bien-pensance…à part qu’il ne paie pas ses impôts ici, tiens donc!
    Ces institus de sondages ne servent qu’à manipuler les Français parce qu’évidemment cetains faibles d’esprit se laissent influencer.
    Mais pas toujours…la preuve, et là je me marre!
    Je n’ai jamais été “sondée” mais si d’aventure ça m’arrivait, je raccrocherais vite fait!

  2. Pingback: Instituts de sondage : eux non plus ne se remettent jamais en cause ! | Contrepoints

  3. Pingback: Instituts de sondage : eux non plus ne se remettent jamais en cause ! | gold is money

  4. NP

    Ce qui explique pourquoi il n’y aurait jamais eu de référendum sur la question du mariage pour tous. Les sondeurs savent et le pouvoir politique aussi, que l’opinion ne voulait pas de cette réforme de civilisation.

    Aujourd’hui ils se prennent une fessée, amplement méritée.
    La prochaine fois, ils seront privés de dessert …

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: