Chic : un Discours de politique générale de plus. On en a de la chance !

poules_dscoursPolGenealer
.
Ceux qui me suivent connaissent l’intérêt que je porte aux “Discours de politique générale” d’un nouveau Premier ministre dont c’est parait-il l’examen de passage”. Qu’est ce que ça me fait plaisir : j’adore le blabla, la parlotte, les allocutions, les conférences de presse, les boniments, les palabres, les laïus et le prêchi-prêchas … alors vous imaginez combien je suis impatient d’entendre un discours de plus — et surtout “de politique générale”. En fait, quand j’y réfléchis, je déteste les trois mots : d’abord que ce soit un “discours”, ensuite qu’il soit “de politique” et enfin qu’il soit “général”. J’aimerais que ce soit très exactement l’inverse : de “l’Action concrête et précise”. Donc vous voyez, je suis plutôt mal en ce moment :-)

Le Gouvernement Manuel Valls est le trente-septième gouvernement de la Cinquième République. 37 Gouvernement qui nous ont déjà tout dit et tout promis :

37 Gouvernements qui ont déjà dit : “on va relancer la croissance”.
37 Gouvernements qui ont déjà dit : “on va enrayer le chômage”.
37 Gouvernements qui ont déjà dit : “on va créer des entreprises”.
37 Gouvernements qui ont déjà dit : “on va améliorer la compétitivité”.
37 Gouvernements qui ont déjà dit : “on va alléger les charges”.
37 Gouvernements qui ont déjà dit : “on va sauver les retraites”.
37 Gouvernements qui ont déjà dit : “on va réduire les dépenses”.
37 Gouvernements qui ont déjà dit : “on va faire des économies”.
37 Gouvernements qui ont déjà dit : “on va renforcer la justice sociale”.
37 Gouvernements qui ont déjà dit : “on va moderniser le pays”.
37 Gouvernements qui ont déjà dit : “on va résorber la dette”.
37 Gouvernements qui ont déjà dit : “on va améliorer pouvoir d’achat”
37 Gouvernements qui ont déjà dit : “on va rendre l’Etat plus efficace”.
37 Gouvernements qui ont déjà dit : “on va réduire les déficits”.
37 Gouvernements qui ont déjà dit : “on va s’attaquer au mille-feuille”
37 Gouvernements qui ont déjà dit : “on va simplifier la vie des citoyens”.
37 Gouvernements qui ont déjà dit : “on va aller plus vite, plus fort”.
37 Gouvernements qui ont déjà dit : “on va redresser les comptes”.
37 Gouvernements qui ont déjà dit : “on va sauver l’éducation”.
37 Gouvernements qui ont déjà dit : “on va redonner confiance”.
37 Gouvernements qui etc. etc. etc…

Un “Discours” de plus, vraiment ?

Oh mais tu exagères ! Il faut bien qu’un Premier ministre annonce sa politique tout de même, c’est obligé …

Un “Discours” solennel de plus — qu’il soit bien rédigé ou non, qu’il soit “réenchanteur” ou non, qu’il soit approuvé ou non — ne changera strictement rien. La preuve : c’est le 37e Gouvernement qui nous fait le même discours inlassablement répété sur le thème du “combat contre le fatalisme et la résignation ; du combat pour l’avenir, l’espoir et la confiance dans notre destin”… blah, blah blah … Un de plus vraiment ?

On a déjà identifié les problèmes, on sait très bien comment les résoudre. Mais — après les “discours” — le vrai boulot n’est jamais fait. Pourquoi ?

1 – Parce que les élus ne feront jamais les réformes difficiles. D’abord, ils ne le veulent pas (ils profitent à fond du système des prébendes). Ensuite ils ne le peuvent pas : car, s’ils s’attaquent aux “zavantages zaquis”, les “professions” descendront dans la rue (genre manifs ou grèves) et bloqueront la “paix sociale” : les politiques en ont une peur panique. Donc, pour éviter tout problème, ils retirent tous leurs projets de réforme. Ça fait des decennies que c’est comme ça : blocage total.

2 – Parce que les réformes ne se feront que si c’est le Peuple Souverain qui les impose. Le “Peuple souverain”, c’est un trop gros morceau pour que quelques professionnels-de-l’agitation-avec-drapeaux-rouges descendent dans la rue pour s’opposer à une décision voulue et imposée par le Peuple lui-même. Bloquer la rue contre une réforme du Gouvernement, les syndicats le peuvent car ils savent que la Police ne va pas tirer contre la foule ! Mais descendre dans la rue contre le Peuple Souverain qui — à une majorité écrasante — aurait décidé une dizaines de réformes-clés, ce serait difficile ;-)

3 – Il faut donc recourir au référendums. Pour — comme en Suisse où le Peuple est est sollicité constamment lors de “votations populaires” — imposer les réformes nécessaires que les Parlementaires n’oseront jamais engager. Même au lendemain d’un grand discours de politique générale. Il n’y a que si c’est le Peuple Souverain qui impose les réformes que ça marchera. Pas seulement parce que des Parlementaires auront applaudi bruyamment (en se disant en silence : “Mieux veut approuver un discours et ne rien faire après, que dire non et se retrouver devant nos électeurs qui nous jetteront !”

“Aux actes citoyens” !

Le citoyen de base — le Peuple souverain — n’attend plus rien des discours politiques. Il sait très bien ce qu’il faut faire et a eu sa dose de promesses. Il attend simplement qu’on lui rende le pouvoir qui lui a été confisqué par des représentants et des politiciens bavards et inefficaces. Son rôle est écrit en toutes lettres dans la Constitution. Article 2 : le principe de la République est “le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple”. Et article 3 : “la souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum”.

Donc qu’ils arrêtent avec leurs “Discours” en vase clos. Ils ne changeront rien et la France a perdu assez de temps. Plus de discours par pitié : des actes !

L’alternative à l’overdose de discours
Plus de “Discours” : des référendums !
Les nouveaux “Socio-Démagogues”
L’arme à 3 coups de Valls
Tralali tralalère ils ne manquent pas d’air
# Hashtag Remaniement

11 responses to “Chic : un Discours de politique générale de plus. On en a de la chance !

  1. elie

    Mais le discours est le mode d’action du politique. Il est dans son registre, et ne peut pas en sortir, sinon c’est un chef d’entreprise et il doit se colleter avec le réel, ce qui est nettement moins “glamour”.
    D’ailleurs je trouve intéressant que “glamour” soit devenu une unité de mesure des politiques, c’est un signe révélateur du temps présent.

  2. Christian

    Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et fondamentaux de ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir.
    Pierre Dac

  3. ="_"=

    Dans la copropriété où je vis, les décisions sont prises en assemblée générale par les copropriétaires. La majorité l’emporte. Oui, mais quand la majorité est une bande de cons, on fait quoi ? quand la majorité décide de ne pas changer de syndic, âpre au gain et en plus incompétent, parce que c’est fatiguant et compliqué (qu’elle dit) d’en chercher un autre; quand l’entreprise d’entretien de l’ascenseur malhonnête se contente de coller un mot “passé” sans avoir rien révisé, qu’on suggère de changer d’entreprise et que là aussi la majorité rétorque que c’est compliqué et fatigant et ainsi de suite, on fait quoi ? moi, des fois, j’ai envie de les étrangler !

    Alors en Suisse, oui, on vote, à travers des referendum, c’est même le peuple qui peut amener le sujet sur le tapis. Il suffit de lancer une initiative et de récolter la quantité de signatures exigée. Mais depuis que les socialistes, sournoisement, en rampant, envahissent petit à petit l’Helvétie et bercent le peuple d’illusions à coups de slogans plus pervers les uns que les autres et que ce même peuple peu à peu se met à croire aux miracles, on peut commencer à avoir peur des résultats des referendum. Alors, on fait quoi ? En bonne démocratie, on s’incline devant la décision de la majorité même si elle est complètement débile ! et je suis gentille ! Cela dit, vive le referendum, au moins a-t-il le mérite d’exister… par contre, au cas où la majorité ne serait pas contente des conséquences de ses propres choix, et bien, qu’elle les assume ! et ne vienne après gueuler ! (Mille excuses pour ma grossièreté, mais tout ça me gonfle…)

  4. Christian

    C’est bien là que se situe le gros drame de la démocratie : elle est entre les mains de tous, donc forcément une majorité qui n’est pas équipée ” bac plus 5 “.
    C’est grace à ce postulat que nous sommes dans la mouise. C’est aussi pour cela que les petits penseurs gauchos de Terra Nova ont fait supprimer les tests de langue française préalablement à l’acquisition de la nationalité ( au cri muet de ” plus t’es con, moins tu en sais, mieux tu votes bien ” )

    • Guillaume_rc

      Oui en même temps le fait d’être “bac5” ou même “bac+12” n’est pas nécessairement une référence qui garantit un vote intelligent ou une quelconque maturité politique. Quelques exemples ?
      JP Sartre, normalien, a toujours défendu les régimes les plus sanguinaires du XX° s
      BHL, normalien aussi. No comment c’est trop facile
      Bruno Mégret ou Alain Lipietz : polytechniciens
      Aragon, immense poète : soutien indéfectible du PCF et de Staline
      F Hollande : ENA + HEC , là aussi no comment
      Heidegger, philosophe de référence du XX° s : membre du parti nazi
      Je pourrai continuer longtemps comme ça.

      Sans tomber dans l’excès inverse, j’aime bien cette phrase de Montesquieu : «J’aime les paysans, ils ne sont pas assez savants pour raisonner de travers».

  5. Pingback: Chic, un discours de politique générale de plus. On en a de la chance ! | Contrepoints

  6. Pingback: Chic, un discours de politique générale de plus. Quelle chance ! | gold is money

  7. Pingback: Infovrai – Chic, un discours de politique générale de plus. On en a de la chance !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: