“Intérêts catégoriels” … Et si on exigeait la défense de “l’intérêt général” ?

marianne_oeuf_
.
Et voilà, la France barbote à nouveau dans la défense archaïque de revendications catégorielles (cheminots, taxis, intermittents, fonctionnaires …etc). Et, comme de bien entendu, le Gouvernement cède à chaque fois : quelques syndicats en colère et il cède ; quelques manifestants en grève et il cède ; quelque revendications catégorielles et il cède ; quelques statutaires arqueboutés sur leurs privilèges et il cède. Il cède parce qu’il est devenu l’incarnation officielle de la trouille en politique et de l’immobilisme soigneusement rebaptisé “dialogue social avec les partenaires sociaux” . Il cède parce qu’il a complètement perdu de vue ce qu’était “l’intérêt général” et qu’il a trop longtemps fait passer Marianne après ses propres intérêts partisans. Il va donc falloir que les électeurs lui rafraîchissent très vite la mémoire car le Peuple souverain, lui, sait très ce qu’est “l’intérêt général”. Il le sent évidemment confusément, mais croyez-moi, il a sa petite idée. Il suffit de lui demander !

Ils ont trop longtemps cédé sur “l’intérêt général”

Encore une fois c’est Didier Migaud , le président de la Cour des comptes, qui sur Europe 1 vient de balancer une évidence qui devrait pourtant crever les yeux de tous : “la somme des intérêts catégoriels, ça ne fait pas l’intérêt général”. Eh oui et qu’il faille le rappeler en 2014 est pathétique. Si la société Française est aujourd’hui complètement bloquée et au bord de l’explosion, c’est que, depuis des décennies, les politiques ont piétiné “l’intérêt général” pour s’attacher les faveurs de micro-électorats catégoriels !

Ils ont tellement pris l’habitude de cèder sur l’intérêt général qu’ils cèdent maintenant avant même de se battre. Écoutez ce que vient de déclarer Michel Sapin chez Jean-Jacques Bourdin sur RMC à propos de la réforme ferrovière : “le statut des cheminots sera évidemment maintenu”… “Evidemment” ? Ah bon ? Ce ministre qui devrait défendre avec honneur l’intérêt général est vraiment pathétique.

Une notion floue mais cruciale

Oui — je sais que la notion d’intérêt général est abstraite et complexe ; je sais qu’elle n’a pas de réelle valeur constitutionnelle et qu’elle n’est vraiment définie nulle part… Je sais aussi qu’elle permet trop souvent à l’État de porter atteinte aux libertés individuelles ou même de limiter les libertés publiques. Mais je sais aussi que l’intérêt général est la seule notion qui donne une justification à tous ces ministres à qui on demande d’agir dans l’intérêt général ! Pas de défendre leurs clientèles électorales ou de sauver leurs petites carrières de politiciens.

Même s’il est difficile d’en définir le contenu exact, “l’intérêt général” est la finalité même de l’action de l’État. Et même si les ministres n’en comprennent pas bien le sens, on exige qu’ils soient guidés par cette notion qu’ils n’ont pas à piétiner par manque de courage. Défendre l’intérêt général devrait êtres pour eux une ardente obligation.

L’intérêt général, ce n’est pas seulement la somme des intérêts particuliers. C’est ce qui transcende les intérêts individuels. C’est même le fondement de l’action du Gouvernement qui devrait y puiser sa justification, en tirer sa légitimité et l’autoriser à réformer la société. “L’intérêt général” est en fait seule la référence qui, aux yeux du citoyen, puisse légitimer l’utilisation de tout l’appareil de l’État, de ses moyens dérogatoires au droit commun et de tous les impôts qu’ils nous piquent. C’est au nom de l’intérêt général que l’État doit agir, déposer des projets de loi, édicter des normes réglementaires ou gérer les services publics… S’il ne le fait pas — si l’État n’agit plus au nom de l’intérêt général — alors on lui déniera jusqu’au monopole de formulation du bien public qu’il s’est attribué abusivement.

Le Peuple saura placer le curseur entre “intérêts catégoriels” et “intérêt général”

L’intérêt général, ce n’est pas une blague : c’est ce que les ministres doivent faire prévaloir inlassablement et courageusement dans leur action quotidienne. Et s’ils ne savent pas ce que c’est — s’ils ne voient que les intérêts catégoriels qu’ils défendent par peur de ne pas se faire réélire — alors il faut qu’ils dégagent. Et qu’on demande aux électeurs de trancher. Car, contrairement aux Ministres, le Peuple souverain sait très bien ce qu’est l’intérêt général. Il n’en a évidemment pas une définition précise de juriste ou de constitutionnaliste, mais je vous fiche mon billet que — sur tous les sujets — il a sa petite idée et qu’il saura faire la différence entre “intérêts catégoriels” et “intérêt général”. Il suffit de lui poser la question par référendum et il répondra sans problème : sur les statuts privilégiés, il saura parfaitement répondre où est l’intérêt général ; sur les professions protégées, sur les intermittents, sur l’immigration ou le vote des étrangers, il dira aussi où est “l’intérêt général” ; sur le périmètre de l’État et le nombre de ministères à supprimer, sur la gabegie financière dénoncée par la Cour des Comptes, croyez-moi, le Peuple saura dire où est “l’intérêt général” ! Les ministres n’y arrivent pas, mais le Peuple arrivera instinctivement à placer au bon endroit le curseur entre “intérêt catégoriels” et “intérêt général”. C’est ça qui est bien avec les référendums, c’est une question de proportion : quand on demande à 40 ministres, on n’a pas de réponse. Quand on demande à 577 députés, on n’a pas la réponse. Mais quand on demande à plus de 43 millions d’électeurs, on a la réponse massive, immédiate et spontannée ! 43 millions d’électeurs ça fait tout de même une sacrée différence quand on hésite à placer le curseur au bon endroit entre “intérêt catégoriel” et “intérêt général” !

*

L’intérêt général n’est pas une blague qui puisse faire rigoler Hollande et ses ministre : si les ministres ne sont plus garants de l’intérêt général face à la diversité des intérêts particuliers et les impératifs du court terme, alors il faut qu’ils s’en aillent. S’ils ne sont plus capables de faire la synthèse entre les égoïsmes catégoriels et l’intérêt général — et pas seulement celui d’aujourd’hui mais celui des générations futures dont ils plombent l’avenir en laissant croître la dette de façon indigne — alors oui, il faut qu’ils s’en aillent. Aussi simple que ça. Contrairement au Gouvernement, le Peuple souverain a sa petite idée sur ce qu’est “l’intérêt général”. Il suffit de lui demander — avec la seule procédure démocratique simple qui évitera l’explosion : le référendum

beige

7 responses to ““Intérêts catégoriels” … Et si on exigeait la défense de “l’intérêt général” ?

  1. Christian(54)

    Toujours pareil… Toujours prêts à se coucher devant des syndicalistes qui font les gros yeux. Mais quand va t’on se débarrasser de ces minables ?

  2. Reblogged this on No One Is Innocent… and commented:
    Le corporatisme tue la France

  3. Pingback: Hollande ne comprend toujours pas pourquoi sa politique ne marche pas | Contrepoints

  4. Pingback: Hollande ne comprend toujours pas pourquoi sa politique ne marche pas | gold is money

  5. Pingback: Intermittents : 20 ans de non-réformes politiques sans courage | Contrepoints

  6. Pingback: Intermittents : 20 ans de non-réformes politiques sans courage | gold is money

  7. Pingback: Intermittents : 20 ans de non-réformes politiques sans courage | Contrepoints

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: