Deux nouveaux “ponts habités” sur la Seine d’ici trois à cinq ans …

pont_paris2
.
La capitale va lancer un ambitieux appel à projets innovants d’architecture et d’urbanisme pour la construction de deux nouveaux ponts enjambant la Seine “d’ici à trois à cinq ans”. Deux ponts habités — comme au Moyen Âge — mais en version XXIe siècle. Assez éloignés du célèbre ponte Vecchio de Florence, ces deux “immeubles ponts” résolument avant-gardistes accueilleront des logements et des hôtels. Ils relieront les 12e et 13e arrondissements à l’est, les 15e et 16e arrondissements à l’ouest. L’idée émane de Jean-Louis Missika, le maire adjoint chargé de l’urbanisme, de l’architecture, du Grand Paris, de l’attractivité et du développement économique. [je vous copie-colle carrément l’intégralité de l’article de Bertrand Gréco publié dans Le Journal du Dimanche du dimanche 22 juin 2014]

Le Moyen-âge version XXIe siècle

pont_habite_C
.

Nous allons lancer, début septembre, un appel à projets innovants afin de faire émerger à Paris l’architecture et l’urbanisme du futur,” confie Jean-Louis Missika. Je ne veux pas de tours géantes, comme à Londres ou à Abu Dhabi, ni de simples gestes architecturaux, mais des bâtiments extraordinaires qui réinventent la ville, avec ses nouvelles façons d’habiter, de travailler ou de commercer. Ces constructions serviront de vitrine à la fois pour Paris et pour les porteurs de projets.” La direction de l’urbanisme est en train de recenser, pour commencer, “entre 15 et 20 sites” appartenant à la Ville, qui seront ensuite mis en vente. Ce sont 100.000 m² à construire – surface de plancher – qui seraient ainsi développés.

“Il y aura aussi bien des parcelles vierges que des bâtiments à rénover, des hôtels particuliers et des immeubles des années 1960, des sites au centre-ville et en périphérie”, précise l’adjoint d’Anne Hidalgo. Sans oublier les franchissements. Un troisième immeuble-pont est prévu au-dessus du périphérique ; celui-ci abritera des bureaux.

Un jury international en avril 2015…

Le choix des lauréats ne se fera pas sur le seul critère du prix des terrains, mais sur celui de l’innovation urbaine. Un jury international, composé d’architectes, d’universitaires et d’élus (de gauche comme de droite), sans doute présidé par la maire, se prononcera en avril 2015. Les candidats auront donc un peu plus de six mois pour répondre. L’appel à projets s’adresse au monde entier. Un site Web et des encarts dans les journaux étrangers inviteront les investisseurs des quatre coins de la planète à participer. Les consortiums, privés ou publics, pourront être composés de promoteurs, de grandes entreprises, mais aussi de bailleurs sociaux, d’universités, de centres de recherche… associés à des architectes, urbanistes, spécialistes de l’agriculture urbaine, du e-commerce, du numérique, et autres experts des sciences humaines. “Nous voulons être surpris. Le mot d’ordre sera : laissez libre cours à votre imagination”. Avec quelques figures imposées tout de même : tel site sera dédié au tertiaire, tel autre à l’habitat, celui-ci devra intégrer 30 % de logements sociaux, celui-là 15 %, ou encore une crèche ou un hôtel. (…)

Des “immeubles innovants”

”Il faut repenser la façon d’habiter, intégrer les changements de la population parisienne, le vieillissement, les nouveaux liens sociaux”, souligne Jean-Louis Missika qui imagine des immeubles comprenant des espaces partagés, tels des chambres d’amis, un sous-sol mutualisé pour faire la fête ou du sport, un potager sur le toit, ou plus classiquement une buanderie commune. Le monde de l’entreprise est aussi en pleine mutation. Le maire adjoint parle de “réindustrialisation de Paris”, avec les “fab-labs” ou les sites d’impression 3D. Les futurs bâtiments devront s’adapter au travail mobile, au télétravail, au co­working (des salariés d’entreprises différentes travaillant ensemble). Ils disposeront de home offices, de data centers décentralisés ou de petits incubateurs d’entreprises… Idem pour la “façon de commercer” ou la logistique urbaine : “Le e-commerce réinterroge sur ce qu’est un magasin : un showroom partagé, une boutique éphémère, un lieu pour l’événementiel ?”

Enfin, un “immeuble innovant” se reconnaît aussi par sa faible consommation énergétique. Il peut être à énergie positive, “zéro déchet, zéro carbone”, efficace dans sa gestion de l’eau… Il peut jouer sur les différents temps d’usage, chauffer les logements avec les ordinateurs des bureaux. Il peut encore utiliser de nouveaux matériaux : immeuble tout en bois, façades en microalgues, etc. “L’innovation architecturale s’est souvent développée à l’occasion d’expositions universelles, indique Jean-Louis Missika. Nous voulons stimuler l’inventivité, valoriser notre patrimoine foncier, et ainsi doper notre compétitivité, en utilisant ce levier exceptionnel qu’est Paris. La Seine et ses futurs immeubles ponts incarneront parfaitement ce “nouveau modèle des villes-monde de demain. Et nous devons être les premiers à le développer.”

[article de Bertrand Gréco – Le Journal du Dimanche – 22 juin 2014]

pont_habite_B_change

pont_habite_C

pont_habite_D

pont_habite_E_vecchio2

pont-thames

pont_paris2

beige

2 responses to “Deux nouveaux “ponts habités” sur la Seine d’ici trois à cinq ans …

  1. Christian(54)

    Il reste à espérer que les projets, du moins leur localisation, ne viendra pas nuire aux perspectives déjà si amochées à Paris (comme la tour Montparnasse qui a totalement dénaturé la perspective de l’Ecole Militaire et surtout celle des Invalides, comme d’ailleurs certaines vues du Marais).

    Je crains les architectes modernes dans des villes comme Paris.

  2. Guillaume_rc

    Je rejoins le commentaire précédent. Ne restons pas bloqués et passéistes mais soyons circonspects quand même.
    N’oublions pas que le Pont Neuf est ainsi appelé parce qu’il a apporté une révolution esthétique (copiée partout ailleurs – à l’époque on copiait la France…) : ne pas avoir d’habitations pour libérer la perspective.
    Et aujourd’hui encore, malgré toutes les élucubrations des uns et des autres (comme l’immondice qu’est le centre de la danse près d’Austerlitz) remonter ou descendre la Seine ou flâner sur un pont, reste un vrai plaisir. Espérons que les évolutions à venir ne le gâcheront pas.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: