“L’extrême-droite aux portes du pouvoir” ? Ah bon ? Et les oies du Capitole n’ont pas crié ?

oies_capitole-B
.
”Nous devons agir autrement” a déclaré Manuel Valls le 7 septembre à Bologne, car “l’extrême droite et Marine Le Pen sont aux portes du pouvoir !” C’est effectivement un constat terrifiant et effrayant — mais à qui la faute ? Il n’a vraiment rien vu venir ? Sincèrement, il découvre la lune ?

“Agir autrement”… Mais que ne l’a-t-il fait avant ?

“Agir autrement” pour éviter la montée des extrêmes ? Mais il plaisante. Il croit qu’on ne sait pas que toute la stratégie politique de Hollande est précisément fondée sur la montée du FN. Et “Agir autrement” c’est précisément ce que les Français demandent depuis bientôt deux ans ! Il ne l’a pas entendu ? La voix du Peuple s’exprime pourtant avec de plus en plus de force : aux municipales, aux européennes, dans les sondages… Les scrutins se succèdent mais le Pouvoir reste sourd et muré dans ses certitudes. Les Français tonnent mais le changement de politique leur est toujours refusé (pas question de “changer de cap”). Désormais 13% seulement des Français soutiennent encore le Président mais ce sont les citoyens qui ont tort : il ne faut rien changer ! Toute critique est rejetée comme une provocation nauséabonde, une démarche de sécession, une tentative de déstabilisation du Président, voire même un “coup d’État” contre les institutions ! Même Montebourg – que je n’aimais pas – a été viré parce qu’il pensait autrement et avait surtout le culot de dire qu’il pensait autrement ! En réalité ni Hollande ni Valls ne peuvent entendre la moindre critique. Ils sont sourds et autistes. Il faut se taire et ne jamais rien dire. Pareil pour les “députés frondeurs” : à la niche et silence dans les rangs ! Comment s’étonner alors qu’après avoir mis un baillon sur la liberté de critiquer — et un couvercle sur la cocote minute politique — elle finisse par exploser sous une pression populaire trop longtemps contrainte.

Ils se couvrent de goudron, puis se roulent dans les plumes, et ils s’étonnent ?

Tous les hommes politiques — et pas seulement les idéologues de la Gauche la plus sectaire — ne supportent jamais la moindre critique. Quand il y a un problème, on ne peut jamais les mettre en garde ou suggérer des solutions alternatives (sur la montée du chômage, la catastrophe de la dette, la réduction des dépenses, la redéfinition du périmètre de l’État ou n’importe quoi…). Outre qu’ils considèrent qu’il n’y a pas de problème, et qu’il n’y donc pas de raisons “changer de cap”, ils le prennent toujours très mal. Surtout Valls et Hollande qui, prenant le boomerang dans la figure, se plaignent aujourd’hui de la catastrophe alors qu’ils ont tout fait pour la provoquer.

On ne peut jamais les critiquer : ce n’est jamais le moment: ni avant, ni pendant, ni après !

• Si on émet des critiques AVANT, ils disent que vous leur faites un procès d’intention !
• Si vous les critiquez PENDANT, ils disent que ce n’est vraiment pas le moment de les démoraliser ou, pire, que vous leur donnez un coup de poignard dans le dos pendant qu’eux, ils se défoncent !
• Et si vous les critiquez APRÈS, ils disent que c’est trop tard, qu’il fallait le dire avant, et que c’est facile maintenant de le dire après !

Si vous ne pensez pas comme eux n’importe comment, vous êtes contre eux. Et donc vous êtes négatif, pessimiste et réactionnaire puisqu’eux – forcément – sont “positifs”, “progressistes” et résolus à “aller de l’avant”. Bref – à aucun moment – vous n’avez le droit de leur dire que leurs méthodes pour lutter contre le chômage ou faire redémarrer la croissance ne sont pas bonnes : si vous tirez la sonnette d’alarme vous êtes un dangereux terroriste, voire un fasciste. En tout cas vous devez vous taire car ils ont toujours raison.

Ils vivent entre-eux, repliés sur leur idéologie, adeptes de la pensée-unique et moulés dans un conformisme terrifiant. Ils refusent de voir les sondages, ne font jamais la moindre auto-critique. Ils ne tirent jamais les leçons des scrutins qui les envoient pourtant systématiquement au tapis (municipales ou européennes). Ils ne voient pas les manifestations dans les rues (dont la Préfecture de Police minore systématiquement l’importance) …. et ensuite ils s’étonnent que le peuple gronde ! Ils se roulent dans le goudron puis dans les plumes et ensuite ils se plaignent d’être couverts de plumes ? On hallucine.

Ils ne comprennent pas le mécanisme du boomerang !

Après avoir trop longtemps fermé les yeux et bouché leurs oreilles — ils finissent bien sûr par se réveiller et versent des larmes de crocodiles. Mais c’est évidemment trop tard : le mal a été commis et le boomerang leur revient sur le museau. Et ils s’étonnent !

Critiquer l’état de la France ? L’ancien Premier ministre,J-M. Ayrault, découvre aujourd’hui qu’il fallait “dire la vérité sur l’état du pays” ! Et il a le toupet de regretter de n’avoir pas suffisamment “décrit aux Français les difficultés du pays”. Ah bon ? Mais quand il était à Matignon il n’était pas question de critiquer quoi que ce soit. Il fallait à tout prix “garder le cap” ! «Dire la vérité sur l’état exact du pays”, Evidemment ! mais peut-être aurait-il été bien inspiré d’entendre plus tôt ceux qui le critiquaient quand il était à Matignon et lui disaient qu’il allait dans le mur ?

Critiquer ? Rappelez-vous l’épisode de la démission de Montebourg. Est ce qu’il pouvait faire entendre ses idées ? Le 27 juin 2014 il répondait : «Avec François Hollande, on ne peut pas discuter donc on ne discute plus. Ça ne sert à rien, les discussions avec lui sont inutiles. Sympathiques mais inutiles.» Et il ajoutait : «Hollande ment tout le temps et n’écoute pas”. Effectivement, difficile dans ces conditions de faire entendre une autre musique.

Critiquer ? Rappelez-vous l’épisode des députés frondeurs. Ils essayaient de faire entendre leur voix. Cambadélis s’est aussitôt élevé contre “une démarche de sécession”“Il faut savoir terminer une fronde” lançait-il. “Ce ne serait plus une démarche d’opposition, mais de sécession!”. Pareil avec le président du groupe PS à l’Assemblée, Bruno Le Roux qui brandissait des menaces à destination des parlementaires récalcitrants qui “n’appliquent pas une discipline”… Voilà des gens ouverts à la critique et au dialogue !

Critiquer ? le “mariage pour tous”. C’était de l’homophobie !
Critiquer la loi Taubira ? C’était du racisme !
Critiquer la réforme scolaire de Peillon-Hamon ? C’était être réactionnaire !
Critiquer le sectarisme de Najat Belkacem ? C’est de l’anti-féminisme !
Critiquer l’immigration ? Nauséabond, vous faites de l’islamophobie !
Critiquer le CICE ? Vous faites le jeu du Patronat !
Critiquer la loi ALUR ? Vous êtes du côté des nantis !
Critiquer Pôle emploi ? Vous voulez faire la chasse aux chômeurs !
Critiquer les gaspillages ou la dette ? Vous voulez imposer l’austérité !
Critiquer les dépenses publiques ? Vous voulez la mort des services publics !
Critiquer Bruxelles ? vous êtes contre l’Europe et contre la paix !
Critiquer le Président ? Mais c’est de la déstabilisation politique !
Critiquer …. [n’importe quoi de ce que fait le Gouvernement] : vous “faites le jeu du front national”… Et la boucle est bouclée !

Ils ont tout fait pour chloroformer les oies du Capitole !

Pourquoi d’après vous n’ont ils pas vu arriver la montée de la colère ? Pourquoi personne n’a dit aux Français la vérité sur les dangers qui arrivaient ? Pourquoi, pendant des années, leur a-t-on caché la vérité du déclin et les vrais chiffres de la faillite : ceux de la dette, ceux du chômage, ceux des prélèvements, ceux de leur retraite qu’ils ne percevront jamais, ceux des systèmes sociaux qui s’effondrent, ceux de l’insécurité, ceux de l’immigration, ceux de l’échec scolaire, ceux de faillite de la politique de la ville…

Tout simplement parce que les médias SSS (serviles, soumis et subventionnés) avaient intérêt à faire régner ce silence terrifiant. Le livre de V. Trierweiler décrit ces relations malsaines. Avec la complicité de l’AFP ils ont anesthésié et chloroformé les gens, en les empêchant de comprendre ce qui se passait vraiment. Les journalistes ont choisi leur camp et préféré s’attacher les privilèges des gens du régime et les faveurs des politiques haut-placés et surtout préserver leurs carrières bien rémunérées ! C’est eux qui ont choisi d’entretenir le Peuple de fadaises en tout genre et de l’endormir au moment même où il aurait fallu l’éveiller pour lui permettre de comprendre ce qui était en jeu, de se lever et de réagir … Mais ce ne sont pas les “sans-dents” qui vous décernent la Légion d’Honneur alors il faut bien cirer les pompes de ceux qui vous remettront le ruban tant désiré !

oies_capitole-A
.
Tout le monde connait les oies du Capitole qui ont donné l’alerte et sauvé Rome de l’invasion gauloise menée par Brennos… Pour commémorer cet événement, les Romains organisaient tous les ans une procession où une oie sacrée était transportée sur une litière luxueuse (j’aime bien ça) pendant que des chiens étaient crucifiés vivants sur des poteaux de sureau (ça je n’aime pas du tout mais bon, c’est la légende) : les chiens payaient pour leur négligence et n’avoir pas aboyé quand le Capitole était menacé…

Où sont nos oies du Capitole aujourd’hui ?

Qui aujourd’hui actionne les gyrophares sur tous les problèmes dramatiques qu’il faudrait affronter les yeux grand ouverts au lieu de roupiller comme des marmottes ?

Les politiques ? La bonne blague : ils n’osent même pas avouer la vérité aux Français sur leur naufrage économique et financier : ils continuent de mentir sur la dette, sur le chômage, sur la ruine des retraites, sur l’échec de la formation professionnelle, sur l’effondrement des systèmes de protection, l’avancée du communautarisme religieux, l’insécurité, l’immigration etc … Allez je n’allonge pas la liste vous l’avez tous en tête et elle donne la migraine ; ils mentent même sur leurs déclarations fiscales !

Les journalistes ? Allons donc : depuis des annnées, ils ne font que relayer complaisemment les mensonges du pouvoir, quel qu’il soit, pour continuer à exister sous les projecteurs avec les avantages attachés à leur carte de presse. L’univers des médias est un monde de gens serviles et couchés et de limaces tendant leur micro à celui qui renverra le mieux l’ascenseur.

Les lanceurs d’alerte ? vous avez vu ce qu’ils ont fait de Snowden et des autres. Donc rien à attendre de ce côté là non plus. Les dirigeants-collabos préfèreront toujours un mensonge qui rassure à une vérité qui dérange ! Ils n’aiment ni les whistle-blowers, ni les Cassandres, ni ceux qui disent simplement la vérité. “Hollande ment tout le temps”, comme le disait Montebourg récemment. Les défenseurs de la liberté réfugiés sur internet (ou en Russie comme Snowden) sont pour nos dirigeants des empêcheurs de tourner en rond qu’il faut faire taire et éliminer. C’est le cas en politique : si vous n’êtes pas conforme à la pensée unique, vous êtes qualifié de nauséabond , et donc disqualifié : interdit de plateau-TV ; pratiquement une balle dans la nuque ; c’est aussi le cas en économie (si on vous dit que la dette abyssale ne coûtera pas un centime, il ne faut surtout pas poser la question et demander une explication. Vous risquez un contrôle fiscal).

Alors qui ? … Eh oui, c’est bien ce que je pensais : vous ne pouvez pas m’indiquer une seule oie à l’horizon. Et donc, peut-être que comme chez les Romains, on va crever comme des chiens et payer pour n’avoir pas aboyé quand le Capitole était menacé.

Peut-être y aura-t-il un dernier sursaut qui réveillera les consciences ? Sinon c’est à désespérer car il ne faut pas s’imaginer que la déroute économique et sociale qui s’annonce fera danser les gens dans les rues : je pense que ce sera plutôt dur, et que les CRS et les pompiers auront du boulot pour protéger les vitrines et éteindre les bus auxquels ils auront mis le feu. Bob Dylan it’s a hard rain’s a gonna fall comme disait Bob Dylan… Ce déluge aura au moins du bon s’il permet de nettoyer un peu les écuries d’Augias. Peut-être dans le sang, mais bon, au moins ça nettoiera…

Ne perdez tout de même pas courage (puisqu’ils vous assurent que “tout va bien”, il faut les croire, non ?). Et puis il y a toujours l’espérance que le discrédit des politiques accélérera la prise de conscience et permettra enfin de rendre la parole au Peuple Souverain ! Car lui a compris beaucoup plus vite que les politiques qu’il y avait quelque chose de pourri dans ce qu’ils font et qui nous même droit dans le mur.

*

La stratégie FN de François Hollande
Petite théorie électromagnétique des présidentielles 2017
Hollande n’a visiblement pas étudié la trajectoire du Titanic !
Quand Valls annoncera la fin de l’Etat-providence
Mode d’emploi pour désamorcer les critiques
Ils me pompent avec leur histoire de verre à moitié plein…

mensonge_verite
.

beige

7 responses to ““L’extrême-droite aux portes du pouvoir” ? Ah bon ? Et les oies du Capitole n’ont pas crié ?

  1. Christian54

    Excellent ! Tout y est.

    Juste un petit regret : que ne soit pas évoqué le naufrage moral des zélus (tous bords confondus), journaleux et autres. Ce naufrage là est sans doute le pire car il est la cause de tous les autres.

  2. Les oies n’ont pas cancarde
    Les chiens de garde, eux, ont peur d’être crucifié
    Ils aboient, donc
    Logique

  3. Bonjour, je ne vous connaissais pas, je vous mets en lien.

  4. blh

    Le plus important n’est pas qu’elle soit à la porte du pouvoir, mais qu’elle ouvre la porte, prenne ce pouvoir et referme la porte à quadruple tour. Après, chi lo sa !

  5. Pingback: Charlie Hebdo : « Rien ne sera plus comme avant » Sans blague ? | Contrepoints

  6. Pingback: Charlie Hebdo : rien ne sera plus comme avant. Chiche ? | Rassemblement des Français Libres

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: