Et si, d’ici 2017, les Français devenaient tout à coup irrationnels ?

Barometre_electoral
.
Que se passerait-il si les Français totalement désabusés cessaient d’être Cartésiens et piquaient une grave crise d’irrationalité électorale d’ici 2017 ? Il faut dire qu’ils ont de sacrés motifs pour faire une belle embardée politique : ils sont déçus par les leurs dirigeants, désabusés par les promesses non-tenues, dépités par les Partis politiques, exaspérés par la multiplication des affaires ; Ils sont effondrés par l’absence de solutions apportées à leurs problèmes et effarés de voir que tout va de plus en plus mal aussi bien en France qu’en Europe …. Et donc ils pourraient très bien adopter aux prochaines présidentielles un comportement complètement irrationnel, échappant aux radars de la “logique politique” telle qu’elle est traditionnellement définie par les instituts de sondages et les experts en science-politique. On risque bien de ne pas être déçus !

Regardez ce qui leur est proposé pour sortir de la crise : les uns leur proposent de maintenir à tout prix les interventions d’un État-providence en faillite (rebaptisé “État Stratège” pour faire plus joli) ; les autres proposent au contraire de diminuer résolument les dépenses de la sphère publique ; d’autres encore de lutter farouchement contre l’immigration pour sauver une “identité nationale” qu’ils craignent de voir se dissoudre dans un islam de plus en plus visible et jugé — à tort ou à raison — comme de plus en plus dominateur et conquérant ….

Les défenseurs de “l’État stratège” se retrouvent curieusement aux deux bouts de l’échiquier Droite/Gauche : Marine Le Pen et Arnaud Montebourg (qui va bientôt monter au créneau de 2017) s’en font tous les deux les porte-parole enthousiastes. Pareil pour tout ce qui tourne autour de l’idéologie du “made in France” : là encore Montebourg et M. le Pen marchent sur les mêmes plate-bandes du “franco-français” et du “patriotisme économique” … Il n’y a finalement qu’une thématique qui risque de faire vraiment la différence entre la Gauche et la Droite (et même entre les candidats de la Droite) : tout ce qui tourne autour de “l’identité nationale” et du rejet de l’immigration. Si Marine Le Pen monte si haut dans les sondages d’opinion, c’est très vraissemblablement en raison cette thématique identitaire où tout se mélange : l’immigration, Schengen, les sans-papiers, les prières dans les rues, les mosquées, l’AME, la préférence nationale etc….. Il faut avouer que les islamistes qui coupent des têtes au nom de l’Etat Islamique ne contribuent pas vraiment à persuader les Français que l’islam puisse être une religion d’amour et de paix…

“L’irrationalité identitaire”…

Que se passerait-il en cas de brusque poussée d’irrationalité ? Si les Français — déçus par la rationalité strictement “économique” — décidaient, sur un coup de tête, de se réfugier dans les solutions purement “identitaires” et “nationalistes” ? En gros s’ils se disaient en leur for intérieur : “côté économique, c’est n’importe comment foutu. Quels que soient les Partis au pouvoir, la pauvreté augmentera et le chômage aussi. Alors — perdu pour perdu — autant choisir un candidat qui limitera la pression de l’immigration et protégera au moins notre identité …” ?

Je ne dis évidemment pas que j’approuve cette hypothèse… Je dis simplement qu’il se pourrait bien que cette irrationalité l’emporte dans les esprits d’ici 2017. Le moral des Français — tous les sondages le confirment — est tombé au plus bas. Ils sont totalement désillusionnés et n’ont plus confiance ni dans leurs hommes politiques ni, ce qui est bien pire, dans l’avenir de leur pays. Quand des citoyens sont à ce point désabusés et n’ont vraiment plus rien à perdre, il est difficile d’attendre d’eux un raisonnement logique ou rationnel. Ils savent bien que les solutions économiques de Marine Le Pen ne sont pas bonnes et ils le disent. Mais s’ils pensent que le pire est du côté d’une identité nationale menacée, alors là, ça risque de faire mal car même les sondeurs n’ont pas été préparés à anticiper cette “irrationalité identitaire” !

C’est pour cela que j’ose poser la question : que se passera-t-il si émergeait dans la campagne présidentielle le thème de “l’identité” et que le sujet de l’immigration soit jugé trop “nauséabond” pour être évoqué par les élites politiciennes des partis dits républicains ? Qu’arriverait-il si, devant les Français atterrés, l’élite politique ne se disputait que sur des points de PIB ou des pourcentages de recettes fiscales sans oser aborder de front la thématique diabolique et “populiste” de l’identité Française ? Oui, je sais, ce débat sur l’identité a déjà été ouvert à l’époque et avait été jugé nauséabond… Mais je pose tout de même la question car je sens que ce “retour du refoulé” risque de remonter brutalement à la surface et que beaucoup de candidats — à Droite comme à Gauche — ne sont pas vraiment préparés à aborder, avec des arguments solides et convaincants, cette thématique de l’immigration devant des Français exaspérés. Un boulevard immense s’ouvrirait alors devant qui vous savez. C’est marrant mais je la sens vraiment très mal cette élection présidentielle !

*

PS. Je précise évidemment qu’en parlant “d’irrationalité”, je cherche nullement à diminuer ou minimiser la revendication “identitaire”. Je l’oppose uniquement à la “rationalité” que prétendent mesurer les experts économiques et les sondeurs d’opinion qui vivent généralement hors sol, loin du Peuple et ont donc beaucoup de peine à comprendre ce qui peut le bouger dans les profondeurs. On a l’habitude de ces oppositions : à propos des chiffres de l’insécurité, par exemple, on sait comment les préfets de Police s’arrangent pour opposer leurs mesures soit disant “rationnelles” à ce qu’ils qualifient — pour le discréditer — de “sentiment d’insécurité” jugé comme étant lui irrationnel alors qu’il est de toute évidence bien réel. Ce dernier peut s’avérer déterminant politiquement au moment d’un vote, mais ils refusent d’en tenir compte au nom de sa non-rationalité chiffrée ou statistique. C’est de ce travers dont je voulais parler en précisant que s’ils continuent à faire cette distinction stupide, ils risquent d’avoir des surprises le jour de l’élection et de se réveiller avec une sacrée gueule de bois. Dans ces domaines (sécurité, immigration, identité… etc) un sentiment faut un fait. Et donc si l’aiguille part à droite sur le baromètre politique, il ne faudra pas qu’ils s’étonnent de ne rien avoir compris à ce qu’ils qualifiaient de façon péjorative “d’irrationalité identitaire”…

“L’extrême-droite aux portes du pouvoir” ? Ah bon ?
Les partis, l’omelette électorale et l’assiette de sushis
L’obsession “FN” de Hollande en vue de sa réélection en 2017

Barometre_electoral

beige

One response to “Et si, d’ici 2017, les Français devenaient tout à coup irrationnels ?

  1. Pingback: Élections 2017 : et si les Français devenaient tout à coup irrationnels ? | Contrepoints

%d bloggers like this: