Ce que j’ai fait de mes vacances ?


[octobre 2004]
Pas fait grand chose justement.
1 – Trop mangé
2 – Marché sur la plage (pas assez)
3 – Lu Cioran (beaucoup)
4 – Trop mangé
5 – Ecrit à Jacqueline de Romilly
6 – Ramassé des coquillages (roses, striés et nacrés)
7 – Trop mangé (crabes)
8 – Promené Ruffle et Baba
9 – Réfléchi à l’avenir (trop)
10 – Pesté contre le Gouvernement (à propos du lamentable couac des pensions de reconversion des veuves. Pitoyable d’être aussi nul)
11 – Lu (Claude Roy)
12 – Pensé que Dieu est grand (la mer, les vagues, les mouettes, les coquillages, les ciels immenses… Carrément grand d’avoir créé tout ça)
13 – Trop mangé
14 – Regardé les vagues pendant des heures (on m’explique depuis que je suis pétit que les marées c’est la lune mais je ne le crois pas :-)
15 – Lu (des CSS pour le web)
16 – Trop mangé
17 – Pesté contre les hôtels sans bornes WiFi
18 – Réfléchi à une lubie financière de mon père
19 – Décidé de ne plus manger autant
20 – Regardé le ciel et les nuages pendant des heures
21 – Réfléchi à un scénario de film
22 – Trop mangé
23 – Lu
24 – Cherché partout un cordon USB pour mon appareil de photo
25 – Fait couler du sable entre mes doigts (jamais vu un sable aussi fin).
26 – Lu (Aragon)
27 – Pensé que les églises devraient être pleines de gens à genoux rendant grâce pour la beauté du monde et de la Création.
28 – Trop mangé
29 – Marché sur la plage (pas assez).
30 – Décidé d’écrire une nouvelle Antigone (ou un “Polynice & Etéocle”)
32 – Pensé que Dieu était grand (les bleus, les verts, les gris, les vagues, les ciels d’orage…)
32 – Lu (Philippe Jaccottet)
33 – Regardé les cerfs-volant et trouvé que le vent était immense lui aussi
34 – Trouvé que les curés parlaient trop mais pas assez de la Création
35 – Fait plein de photos nulles, dont (sais pas pourquoi) l’armoire et la fenêtre de la chambre d’hôtel…
36 – Trop mangé …
… da Capo

Ce que j’aurais aimé faire de mes vacances sans maman et sans alzheimer :
– marcher (beaucoup plus)
– courir (beaucoup)
– manger moins (beaucoup moins)
– ne penser à rien… (“retombe, retombe, ma tête, assez joué au bilboquet”)
… da Capo

Mon imagination me perdra (1)
Mon imagination me perdra (2)
Mon imagination me perdra (3)
Les voyages imaginaires dans mon assiette

Liste des choses que j’aimerais bien…

J’aimerais bien avoir une baguette magique et arranger les choses dans tous les domaines. A l’insu des gens, en passant comme ça, et hop, et leurs problèmes seraient règlés !

………………..

J’aimerais bien être avant l’opération de ma cataracte et que mon chirurgien ne loupe pas le positionnement de l’implant de droite…

………………..

J’aimerais bien être très fort en physique et comprendre quelque chose à la mécanique quantique

………………..

J’aimerais bien avoir de l’admiration pour les dirigeants de mon pays.[Depuis 30 ans j’ai carrément honte pour eux].

………………..

J’aimerais bien que certaines durées soient modifiées : que la durée de vie des gens qu’on aime soit plus longue, celle des chiens aussi… Et que les nuit soient plus longues. J’ai tellement sommeil en ce moment !

………………..

J’aimerais bien que la vie se déroule dans l’autre sens. On sortirait de la tombe, puis on retrouverait ses grands-parents, ses amis, on retomberait amoureux, on reviendrait à l’université, on serait de plus en plus jeune… Quoi ? faudrait aussi recommencer à boire des biberons et à marcher à quatre pattes ? Ah ça non !

………………..

J’aimerais bien, dans les musées, on puisse rentrer dans les tableaux et faire partie des petits personnages de certaines toiles du XVe ou XVIe siècles italien. Rentrer dans un coin d’une annonciation de Fra Angelico ?

………………..

J’aimerais bien qu’on ne perde pas la mémoire en vieillissant !

………………..

J’aimerais bien comprendre pourquoi, si la terre tourne autour du soleil à une elle vitesse, quand je mets le bras dehors je ne sens pas le vent. Oui, bon, je connais la translation uniforme de Galilée mais je ne demande pas grand chose : juste un petit souffle. A la vitesse où tourne la terre, c’est possible, non ?

………………..

J’aimerais bien savoir jouer les 48 préludes et fugues du clavecin bien tempéré. Et les Variations Goldberg pendant qu’on y est !

………………..

J’aimerais bien connaître tous les mots du dictionnaire et arrêter de dire bêtement “rouge” quand il y a des nuances subtiles : carmin, pourpre, cramoisi, rubis, garance, incarnat, rutilant, vermillon, écarlate, cinabre, corallin, nacarat, grenat etc… J’suis vraiment trop nul. Qu’est ce qu’on a bien pu m’apprendre à l’école ?

Qu’est ce qui nous ouvre le ciel ?

dante.jpg

Hier soir, encore les moustiques. Comme je ne vois pas bien, je n’arrive plus à les écrabouiller. Alors j’écoute France-Culture la nuit et tombe sur un entretien entre Richard Millet et Pascale Lismonde (dont j’aime beaucoup la voix joyeuse). Richard Millet pose cette question très belle:

“qu’est ce qui nous ouvre le ciel ?”

Et il parle de la Neuvième symphonie de Anton Bruckner dédiée à Dieu (Dem lieben Gott). Importante cette question de savoir “ce qui nous ouvre le ciel” ? Moi je mettrais, dans l’ordre : la musique (dont les mouvements lents des dernières sonates de J. Haydn que j’écoute carrément en boucle !), la beauté de la Création (presque tout ce que Dieu a créé sauf les moustiques), la peinture (certaines toiles dont il faut d’ailleurs que je fasse la liste mais des Annonciations pour l’essentiel) la philosophie (taoiste), la littérature ? (oui bien sûr mais peu de livres m’ont finalement vraiment “ouvert le ciel” à part deux ou trois dont la Divine Comédie, les Haïku de Basho et le Tao te king (*), certains lieux magiques (en italie notamment mais peut-être aussi n’importe où), les saisons (toutes), la physique, les mathématiques, l’astrophysique (auxquelles je ne comprends rien mais qui sans doute ouvrent aussi le ciel à ceux qui les maîtrisent), certains parfums (les pivoines surtout), la beauté de certaines femmes (bien-sûr), la lumière (ah oui, je devrais la placer en tout premier tellement elle est belle le matin sur les croissants dorés mais aussi le soir, au printemps et aussi en été, et l’hiver quand il y a de la neige et en automne surtout)…. bon j’arrête c’est impossible de faire cette liste de ce “qui ouvre le ciel”. D’ailleurs il faut que j’ajoute les moineaux qui piaillent dans la cour ce matin pendant que je tape ces lignes. C’est sans fin… J’arrête pour ce matin. Gloria patri et filio et spiritui sancto, sicut erat in principio et nunc et semper et in saecula saeculorum ! Amen.

* quelques autres évidemment dont ceux de Jorge Luis Borgès, Hermann Hesse, Kazantzaki (etc) Mais si je ne les mets pas dans la liste du haut, c’est qu’ils ne m’ont pas exactement ouvert le ciel – comme une secousse spirituelle et un coup de tonnerre existentiel.
.
A quoi ça sert ?

Autres bouts de ciels …
Un job parfait pour moi : dérouleur du ciel !
Le ciel comme … issue de secours !
Un petit balcon dans le ciel…
Penser à mettre le ciel dans une enveloppe
L’art quand il nous tombe directement du ciel
A riveder le stelle…
Il faut que le hasard renverse la fourmi…
Le ciel dans le caniveau
Regarder le ciel en bas…
J’aime les nuages qui passent
Le jour n’est pas plus beau…

%d bloggers like this: