Et tout à coup un ressort a sauté comme un diable …

agrafeuse_Paulhan

.
J’aime beaucoup cette lettre de Jean Dubuffet à Jean Paulhan que je viens de relire — et surtout cette expérience que j’ai très bien connue des petits ressorts et roulements à bille qui sautent dans tous les sens !

Cher Jean. J’ai toujours oublié de te donner des nouvelles de ta petite machine à agrafer que tu m’avais prêtée. Elle avait un tic de toujours se coincer; j’ai voulu arranger un peu cela.

J’ai démonté avec grand soin les petites vis en les posant à mesure sur une feuille de papier blanc avec des numéros pour les remonter avec facilité quand, tout à coup un ressort a sauté comme un diable et, est tombée par terre une pluie d’objets bizarres : petites billes de métal, fils de fer curieusement tordus, petites goupilles…

J’ai passé toute une soirée, à partir de ces éléments, à réinventer le principe de cette machine mais j’ai dû abandonner sans trouver l’ombre d’une voie. Tu t’imagines dans quelle confusion j’étais. Le spécialiste marchand d’agrafeuses avait mauvaise opinion de l’affaire vu que c’est une machine allemande (ça m’étonnait que tu emploies des agrafeuses allemandes vu tes opinions patriotiques mais maintenant que je te sais cosmopolite ça ne m’étonne plus), il a dit qu’il entreprendrait des démarches. Elles viennent d’aboutir : l’agrafeuse est remise sur pied en parfaite forme. Elle vient de revenir à la maison. Je ne te la porte pas ce soir. Je ne veux pas te déranger pour cela. J’ai remarqué que tu as une autre agrafeuse. Je te la donnerai à mon retour de Suisse. Je t’embrasse.

Samedi 11 décembre [1948].

%d bloggers like this: