Des ailes (d’ange ?) pour planer au-dessus de la mort …

Muriel, qui a beaucoup de courage, me parle de son père qui vient de mourir et me montre une carte avec cette belle aile de Dürer, presque celle d’un ange… En rentrant chez moi, je feuillette les lettres de Van Gogh à Théo et trouve ces quelques phrases :

“Des ailes pour planer au-dessus de la vie!
“Des ailes pour planer au-dessus de la tombe et de la mort!”

(12 septembre 1875)

“Une lettre de mon père m’a appris ce matin la mort de l’oncle Jan. Une nouvelle de ce genre nous incite à répéter : Seigneur, attachez-nous intimement les uns aux autres et que notre Amour pour Vous rende ce lien de plus en plus solide”. [1er septembre 1875]

“Je lutte avec une toile commencée quelque jours avant mon indisposition ; un faucheur, l’étude est toute jaune, terriblement empâtée, mais le motif est beau et simple. Je vis alors dans ce faucheur l’image de la mort (…). Mais dans cette mort rien de triste, cela se passe en pleine lumière avec un soleil qui inonde tout d’une lumière d’or fin”… [septembre 1889]

Courage Muriel… Tu sais qu’il n’y a pas que les anges qui ont des ailes pour planer au-dessus de la mort. Et que ta vie continue d’être inondée de cette belle lumière d’or fin…

Albrecht Dürer – Aile. 1512. Aquarelle et gouache sur vélin. Graphische Sammlung Albertina, Vienne.

.
D’autres anges…
L’ange de l’histoire de Klee
J’aime bien ces anges…
L’ange voleur d’étoiles,
Sûrement j’exagère
Wer wenn ich schreiee
L’ange des ruines de Dresden…
J’aimerais bien que Dieu m’accorde 3 secondes !
Pourquoi Fra Angélico a t-il peint ce trou ?

Les simples de Dürer
Une chauve-souris de Dürer
Les petits tonnelets de Dürer
Le magnifique lièvre de Dürer…

Un surplace de plus en plus immobile…

oiseau_trailor2
.
Des journées entières à protéger maman contre cette sale maladie d’alzheimer que je ne suis pas en mesure d’empêcher… Je me tiens à sa verticale, immobile dans les airs, comme ces oiseaux qui se soutiennent sur place par un très infime et quasi imperceptible mouvement d’aile… Je me rends compte que je deviens tellement immobile à force d’être attentif à la moindre évolution que je ne sais même plus si un jour je pourrai recommencer à battre des ailes comme avant… A quoi auront servi toutes ces journées d’immobilité et toutes ces années d’attention quand les ailes se replieront ? The answer is blowing in the wind comme disait Bob Zimmerman.

Oiseau en vol, peinture de Bill Traylor

J’aurais l’air de quoi si j’étais un oiseau ?
Mon autoportrait en petit singe enchaîné…
Immobilité et méditation…
Quelle est la durée de vie des oiseaux ?

%d bloggers like this: