En cas de nécessité !

Mais moi, en ce moment, j’appuie quand ils veulent !

Avec Alzheimer, mon “cas de nécessité” c’est tout le temps : je peux presser à sept heures du matin, à dix heures, à onze heures, à midi, à deux heures, à quinze heures, à vingt heures… Toute la journée, jusqu’à minuit, je peux presser sur ce bouton.
Alors ce qu’il faudrait qu’ils disent c’est :
(1) ce qu’ils entendent par “nécessité” ;
(2) qui vient quand on presse (moi ce sont des anges dont j’ai besoin en ce moment).

Photo prise hier à la Salpétrière (j’ai failli presser pour voir ce qui arrivait : des gendarmes en uniforme ? de la mousse carbonique sur ma tête ? des psys avec des camisoles de force ?)

A propos d’aide en cas de nécessité…

%d bloggers like this: