L’IRM cervicale a fait d’immenses progrès

[Ce post est un vieux post de 2007 mais comme je parlais de cet ANGE hier à Sabrina, je le remonte ici juste pour lui montrer la photo. Mais ça date d’il y a six ans : mon cerveau est pire aujourd’hui :-]
.
L’imagerie par résonance magnétique (IRM) a fait d’immense progrès au cours des dernières années. Grâce à une résolution spatiale et temporelle extraordinaire, elle révèle maintenant les moindres détails du fonctionnement du cerveau. La vue du mien est édifiante de précision (voir photo ci-dessous). Pratiquement plus de zones activées, plus de mouvement, des gravats… Heureusement il y a un ange là-haut … Peut-être va-t-il finir par faire quelque chose ?

dresden1945_2.jpg
Mon cerveau en 2008 après Alzheimer ou Dresde après les bombardements de février 1945 : c’est pareil !

L’ange de l’histoire de Klee
Liste des villes à protéger
Les journées avec Alzheimer
.
D’autres anges…
J’aime bien ces anges…
j’aime tellement cette Annonciation…
L’ange voleur d’étoiles,
Sûrement j’exagère
Wer wenn ich schreiee
L’ange des ruines de Dresden…
J’aimerais bien que Dieu m’accorde 3 secondes !
Pourquoi Fra Angélico a t-il peint ce trou ?
Des ailes (d’ange?) pour planer au-dessus de la mort …

Je comprends tellement cet ange…

Image

me fait penser à celui-là

Posted in sensible

Tags: , ,

Permalink

L’ange du Pont Alexandre III…

J’aimerais bien que Dieu m’accorde 3 secondes !


.
J’aimerais bien que Dieu m’accorde 3 secondes. Trois secondes pour remonter le temps. 3 secondes pas plus, mais à répétition. Et qu’il me confie la mission, comme à un ange, de parcourir le monde pour intervenir trois secondes avant les erreurs que les hommes peuvent commettre. Arrêter le bras des gens pile au moment où ils vont commettre l’erreur fatale, ce genre de truc…
Ça ne me ferait pas seulement une belle carte de visite “d’envoyé spécial ailé” ; ça me ferait surtout du bien de remettre un peu d’ordre dans toute cette détresse du monde. Oui, je sais, il y a du boulot.. Et moi-même, pour vous dire, je ne me sens pas très bien, mais bon, je veux bien essayer… Continue reading

Question : pourquoi Fra Angélico a t-il peint ce trou ?

angelico_aile_trou.jpg

Il y a longtemps que ça ne m’était pas arrivé mais avant-hier j’ai fait un rêve bizarre.

Je volais très haut dans le ciel [allez, soyez gentils, ne me tapotez pas tout de suite sur l’épaule pour me dire que je devrais peut-être consulter un psychiatre…] je disais donc que je volais très haut dans le ciel comme une hirondelle planant sur les courants d’air chauds et tout à coup, paf, un énorme trou dans l’aile droite : je tombais en vrille comme les avions japonais au-dessus de Pearl Harbour ou dans je ne sais plus quelle BD de Buck Danny ou de la collection Biggles où les avions se fracassent sur des porte-avions en explosant en d’énormes boules de feu.

Je ne sais pas si vous l’avez vu à Florence, mais le trou était exactement comme sur l’aile de l’ange de l’Annonciation qui est au Musée San Marco. Ce trou bien découpé m’a toujours sidéré et je n’ai jamais bien compris ce qu’il signifiait, ni pourquoi Fra Angélico l’avait peint ainsi [je vous jure que ce n’est pas fait dans Photoshop]. Donc j’avais un trou identique dans l’aile droite et je tombais en vrille dans l’immensité du ciel. Mais ce qui était plutôt jouissif c’était que la chute n’en finissait pas : l’air était printanier, ça sentait bon la jacinthe, je planais doucement entre les galaxies et tombais dans le vide en tournoyant lentement dans la lumière éblouissante de la voie lactée … Mais je ne m’écrasais pas, ce qui – par rapport à ma vie diurne où je m’écrabouille lamentablement comme un oeuf qui vous échappe des doigts et tombe sur le carrelage de la cuisine – était plutôt agréable.

Surtout les étoiles : les étoiles qui tournaient à toute vitesse autour de moi en traçant de grandes orbes brillantes autour de mes bras écartés. C’était totalement hallucinant. Pourquoi est ce que je vous raconte ce rêve totalement perso ? Ah oui, parce que j’aimerais bien que quelqu’un de cultivé me dise enfin pourquoi Fra Angélico a peint ce trou sur l’aile de l’ange.

.
D’autres anges…
L’ange de l’histoire de Klee
J’aime bien ces anges…
L’ange voleur d’étoiles,
Sûrement j’exagère
Wer wenn ich schreiee
L’ange des ruines de Dresden…
J’aimerais bien que Dieu m’accorde 3 secondes !
Des ailes (d’ange?) pour planer au-dessus de la mort …

La grenouille du bénitier et le grand ange de Saint Sulpice

saint_sulpice2
.
Je ne suis vraiment pas une grenouille de bénitier mais hier soir je suis tombé en arrêt devant cet immense ange illuminé qui me tournait le dos. (j’ai du couper la photo et donc vous ne vous rendez peut-être pas compte de la taille, mais ceux qui sont passés rue Saint-Sulpice savent que ces vitraux sont carrément immenses).

Ce que je voulais dire c’est que généralement quand on longe des églises le soir, on ne voit rien : la rue saint-sulpice est plongée dans la pénombre et comme l’église est d’une laideur à pleurer, c’est carrément lugubre. Mais là, ce grand saint tutélaire derrière ces vitraux illuminés de l’intérieur ça avait un côté surnaturel qui m’a presque rassuré. Je sais qu’on va dire que j’ai un côté Saint-sulpicien, mais bon, c’est comme ça : à une époque où ça fait bien d’être “laïque et obligatoire” ou matérialiste, moi ça ne me fait absolument rien de dire que j’aime les églises (cisterciennes de préférence ; Saint-Sulpice étant ce qu’il y a de pire dans le genre), que j’adore les cloches (surtout en italie), que j’aime la liturgie (celle d’avant Vatican II bien entendu), que si j’étais catholique je serais un adepte de la messe en latin (forcément parce que si je vais en espagne ou ailleurs je veux comprendre un truc qui se veut universel), que je suis pour le retour de la grande musique sacrée (évidemment) et l’abandon des petites chansonnettes nunuches avec accompagnement navrant de guitare scout…

Bon OK, j’arrête la liste sinon vous allez m’envoyer dans un camp de rééducation. N’importe comment vous savez quoi ? je m’en moque complètement : j’ai toutes les cantates de Bach sur mon iPod, j’écoute en boucle William Byrd, Thomas Tallis, Josquin Desprez ou Roland de Lassus et ils peuvent bien chantonner ce qu’il veulent dans leurs églises ou gratouiller leurs guitares, ça m’est totalement indifférent : il y a belle lurette que je n’y vais plus le dimanche tellement leur musique est indigente. Je vais encore à Saint-Roch le jeudi soir quand il y a des grands concerts de musique sacrée. Mais je n’y retournerai le dimanche (avec sans doute des milliers d’autres gens) que lorsque les évêques auront réintroduit une musique qui élève l’âme !

– D’ici là les églises seront mon iPod !

Sûrement j’exagère

Bon, c’est sûr, j’exagère toujours un peu. Mais quand je vois les petits lapins de la Dame à la Licorne, je pense aussitôt à une Annonciation de Fra Anglélico… C’est comme ça que ça se passe dans ma tête. Je vois une chose et je pense à une autre chose… Souvent je mélange aussi un peu le rêve et la réalité mais ça m’aide parfois à supporter cette dernière …

angelicolicorne.jpg

L’ange voleur d’étoile
J’aime bien ces anges

Wer wenn ich schriee, hörte mich denn aus der Engel Ordnung

angelico_marco10.jpg J’ai remarqué que lorsque la vie était trop difficile – depuis alzheimer notamment mais déjà avant – , il y avait peut-être trois choses qui me procuraient une paix intérieure quasi instantanée et une fraîcheur presque immédiate : le chant des merles, certaines pièces de Bach et cette Annonciation de Fra Angélico, en haut de l’escalier du couvent San Marco à Florence… Je l’appelle souvent intérieurement à la rescousse quand les choses vont mal et que je m’approche de ce degré de détresse dont parle R-M. Rilke : “un degré de détresse qu’entendent les anges, des ultra-rayonnements de détresse que les humains ne perçoivent pas, qui traversent leur monde épais et ne peuvent faire retentir qu’au-delà, dans la lumière d’un ange, un violet sourd, douloureux, comme l’améthyste dans sa géode”…
Quand on entend ces ultra rayonnements violets de détresse c’est évidemment que les choses ne vont plus très bien ici bas. On sait qu’on aura beau crier intérieurement, l’aide ne viendra de nulle part, comme dans la première phrase de la première Elégie de Duino : “Wer wenn ich schriee, hörte mich denn aus der Engel Ordnungen” ? (Si je criais, qui donc entendrait mon cri parmi les hiérarchies des anges ?).

L’Annonciation en entier.

angelicomarco500_347.jpg

En y réfléchissant, je me rends compte qu’il n’y a pas que ces trois choses qui me calment. Il faut que j’ajoute les hirondelles dans les ciels d’été, les cloches en italie, l’Aria des Goldberg, la lumière des petits matins d’été, la couleur des champs de blé dans la lumière du soir et … bon il va falloir que je fasse une liste exhaustive. J’avais commencé la liste de petits bonheurs mais il faut que je la complète sérieusement.

Wer wenn ich schriee…
Peut-être que Dieu en a assez…
.
D’autres anges…
L’ange de l’histoire de Klee
J’aime bien ces anges…
L’ange voleur d’étoiles,
Sûrement j’exagère
L’ange des ruines de Dresden…
J’aimerais bien que Dieu m’accorde 3 secondes !
Pourquoi Fra Angélico a t-il peint ce trou ?
Des ailes (d’ange?) pour planer au-dessus de la mort …

%d bloggers like this: