Iktsuarpok !

Inuit_IKTSUARPOK
.
En langue Inuit, le mot Iktsuarpok exprime le sentiment d’anticipation qui vous conduit à sortir pour aller vérifier si quelqu’un arrive – et marque probablement également comme une sorte d’impatience … Un peu comme moi en ce moment, à l’approche de 2014… J’ai comme le sentiment que peut-être quelque chose va arriver ? Mais bon, pour l’instant je ne vois rien, et comme il fait froid je rentre vite dans mon igloo me préparer un bon gratin dauphinois ! Mais je vais m’acheter un dictionnaire Inuit : ils sont bien ces gens :-)

Et puis cet après-midi j’irai voir l’igloo tout là bas au bout du glacier…(*) Continue reading

Va falloir supprimer les témoins des courses de relais

relai.jpg
.
Dans une course de relais, chacun commence à courir avec un petit décalage, passe le témoin à celui qui est devant, qui le passe lui-même à celui qui est devant, etc… Et c’est comme ça que le témoin passe de main en main jusqu’à ligne d’arrivée. C’est comme ça que tous les projets avancent dans la vie.
A mon bureau (mais pas seulement), on a une autre technique pour les projets qui impliquent plusieurs départements. Il y en a un qui part le premier mais les autres ne suivent pas. Alors on s’arrête et on fait une réunion pour dire aux autres que c’est une course collective et qu’ils doivent également commencer à courir, qu’on ne peut avancer que s’ils font leur part du boulot en amont et transmettent le témoin à celui qui est devant…
Tout le monde repart donc mais exactement au même endroit sur la ligne de départ. On s’arrête et on fait une réunion pour préciser qu’il faut certes tous partir en même temps, mais en se décalant sur la piste (pour les projet du bureau, ce décalage dans le temps permet permet aux dossiers de bien avancer avant de passer à l’étape suivante).
Et on recommence : tout le monde se décale physiquement sur la piste mais tout le monde part à la même vitesse, donc personne ne peut passer le témoin à celui qui est devant parce qu’il est déjà beaucoup trop loin devant ! Donc on fait une nouvelle réunion pour dire qu’il faut s’espacer sur la piste mais avec une zone d’élan de 10 mètres pour le receveur, pour qu’il ait le temps d’acquérir une bonne vitesse au moment où on va lui passer le témoin (ou le dossier dans le cas du bureau).
Tout le monde s’espace donc et tout le monde repart avec léger décalage. Mais au bout d’un moment on voit que le témoin est dans la main du premier : il n’a donc personne devant lui à qui le transmettre… Alors on fait une réunion pour dire qu’il faut que le témoin soit dans la main du dernier qui doit le transmettre à celui qui est juste devant…
Et on recommence et ça peut continuer comme ça pendant des mois. Mais il ne faut surtout pas dire qu’on s’y prend mal parce que ce n’est pas “positif”.

PS. Et j’ai oublié de préciser qu’entre le moment où le premier coureur était prêt pour la première course et le moment où (après les vingt réunions) on annonce que la course repart, tout le monde est découragé, plus personne n’a envie de courir et le premier coureur – qui s’était échauffé et était prêt à foncer – eh bien il est tellement écoeuré qu’il n’a même plus envie de courir !

–Autres aspects de la vie au bureau (au bureau mais pas seulement) Continue reading

Faut que j’interroge une chauve-souris !

titanic1.jpg C’est clair, je dois avoir un problème avec l’anticipation. Personne ne s’en soucie et, à mon bureau, je passe pour un emmerdeur parce que j’ai le malheur de dire qu’on travaillerait mieux si on n’attendait pas d’avoir ne nez sur l’événement pour réagir. Mais bon, je sens bien que je leur tape sur système et je vais arrêter parcequ’ils croient que je conteste leur travail alors que je ne parle que d’un défaut d’anticipation et de prévision. Même les chauves-souris anticipent alors je pensais que ça pouvait être une activité indispensable et pas seulement un truc superfu. Mais, bon, là où je bosse, la parade c’est de dire : “écoute éric, tu nous emmerdes, on travaille en flux tendus”…etc. Donc le Commandant du Titanic devait très certainement vivre en “flux tendu” ! C’est bête tout de même non ?

Pour les choses importantes, heureusemennt, ils anticipent tout de même : quand ils vont à un concert ou une pièce de théâtre, ils s’y prennent à l’avance pour ne pas arriver en retard ! (ce serait trop bête n’est ce pas). Donc ils savent ce que c’est. Cela me rassure parce que, pendant un moment, j’ai pensé qu’ils ne savaient pas et qu’ils pensaient que n’émettant pas d’ultrasons, ils ne pouvaient pas faire ce que fait la plus nulle des chauve-souris ! ;-)

NB. N’importe comment, avec Maman, je suis carrément sur le Titanic-Alzheimer. Anticiper n’a même plus de sens et la catastrophe est inévitable. C’est peut-être pour ça que je suis hyper sensible question anticipation !

Faut pas pousser …

dominos.jpg

En fait maintenant, j’en suis sûr : le monde du travail est divisé en deux catégories de gens :

(1) Ceux qui savent que lorsqu’on pousse le premier domino le 345e tombera nécessairement au bout d’un certain temps (calculable d’ailleurs avec précision) et qu’on peut donc prévoir, anticiper et s’organiser pour éviter le sauve-qui-peut.

(2) Et ceux (majoritaires en France) qui continuent à dire que ce n’est pas sûr ; que les deux choses ne sont pas forcément liées ; que l’effet ne dépend pas toujours de la cause ; qu’on peut en discuter… Et qu’en tout cas, comme dans la fable du Loup et de l’agneau, le dernier domino qui en prend plein le dos n’est pas en droit de râler contre ceux de l’amont : ils n’y sont absolument pour rien et vous êtes de mauvaise foi de voir un effet et une conséquence. Et pas sympa d’accuser les petits copains. Voilà la conclusion à laquelle j’arrive aujourd’hui après une journée de bureau. (oui, vous l’avez compris : je travaille en France).

La logique de Maman en ce moment, avec Alzheimer, c’est encore une autre chose. On est lundi, je lui dis que je veux enregistrer une émission de clavecin mercredi soir. Elle me demande quel jour on est est et je réponds : lundi. Et elle : “alors on a déjà enregistré l’émission”. Alzheimer me fracasse la tête et brise le coeur. À mon bureau en tout cas elle ne serait pas dépaysée.

Vous avez dit “systèmes d’alerte” ?

alerte.jpg

Dans les journaux et à la radio ils parlent du Gouvernement qui n’a su ni anticiper, ni prévoir ni mettre en place des systèmes de veille… Mais c’est tout à fait normal, pour anticiper faut être formaté pour ça ; faut que la fonction ait crée l’organe. Tenez, par exemple, hier matin j’était au Luxembourg à une expo d’aquarelles d’orchidées et d’insectes de Gilles Bosquet (entrée du Lux. côté abeilles). Dans un cadre, il y avait ce magnifique Capricorne d’europe. Eh bien, lui sait ce que c’est que l’alerte et l’anticipation ! Caligula voulait nommer son cheval au Sénat ; peut-être faudrait-il nommer des Capricornes ministres ?!

Désolé, la photo est prise à travers un cadre qui brillait, donc pas très nette

%d bloggers like this: