L’ombre, un instant, le temps d’un court rayon de soleil


Tout à l’heure, dans le vent frais, la lumière jouait avec l’ombre des feuilles de l’arbre sur la petite maison que j’aime bien… Au bout de l’avenue, ils vendaient du muguet et moi je regardais cette ombre en mouvement sur la pierre : aucun musée n’arrivera jamais à me procurer autant de joie intérieure que la beauté de la lumière qui tombe sur le monde…
Chaque fois j’entends intérieurement la phrase de la Bible où, aux premiers jours de la Genèse, il est dit : Il y eut un soir, puis il eut un matin… Et Dieu vit que c’était bon.


Quelques ombres…
L’arbre aussi fait du tai-chi
Feather of a raven
Ombres et briques
Ombres superposées…
Si c’est mon ombre qui décide…
Si c’est mon ombre qui décide maintenant…
L’ombre du bel arbre de Willy Ronis


Quelques autres arbres…
L’arbre parle. Approche, tu l’entends ?
J’aime bien cet honneur fait à l’arbre
Voir des poissons dans les arbres, ça me rassure en fait !
Comme quoi, quand ils veulent ils peuvent
Et le petit rameau cria : “pourquoi me mutiles-tu ?”
Le vieil arbre du Luxembourg en soins palliatifs
Arbres et arbres peints

Cette femme est incroyablement ponctuelle

femme.jpg

Tous les soirs je vais faire mes courses. Tous les soirs je descend l’avenue bordée des plus beaux platanes de Paris. Et tous les soirs je passe sous ce porche. Tous les soirs elle est là, incroyablement ponctuelle : pas un soir elle ne m’a fait faux bond, et surtout pas un soir elle ne m’a demandé “alors Eric comment ça va ?”. J’aime bien son regard lointain et son sourire mystérieux. J’aurais pu la nommer Antigone mais je l’ai appelée Caroline. Voilà, comme ça vous savez tout.

%d bloggers like this: