Le vote du budget, j’adore : un “moment fort” comme ils disent !

budget_2014
.
Vous savez quoi ? J’adore quand arrive octobre : c’est l’époque où le Gouvernement fait voter son budget pour l’année suivante. Ça revient tous les ans, à la même époque, un peu comme le Beaujolais nouveau ou le Carnaval de Venise : les ministres mettent des masques pour mentir à leur aise à la tribune, et les députés se jettent des sacs de farine dans l’hémicycle… Bref, un grand “moment fort” comme ils disent : un rituel qui occupe les journalistes pendant quelques jours. Et ensuite, évidemment, on passe très vite à autre chose. Parce que, forcément, tout est déjà pré-emballé et on ne va tout de même pas y passer l’hiver ! Continue reading

Youpi, depuis hier je sais parler ours !

ours_1
.
J’appréhendais vraiment un voyage que je dois faire cet automne dans les Pyrennées. On m’avait dit : “surtout fais très attention avec les ours. Ils sont très, très dangereux”.

Et hier, par chance, je lis un tweet de notre ministre des Affaires étrangères qui va m’aider au plus haut point si je vois un ours déchiqueter mes amis, là sous mes yeux. Il parait qu’il faut regarder l’ours de loin, froncer les sourcils, prendre un air solennel et lui lancer :

Continue reading

Et si on écoutait enfin les sourds-muets ?


.
Bon, je ne sais pas si c’est le Chablis ou la discussion avec Krim ce soir sur l’utilité des discours à l’ONU quand personne n’écoute plus, mais il est clair que les hommes politiques, les diplomates, les journalistes et les médias ont usé jusqu’à la corde tout ce qu’on pouvait dire avec des mots. Ils en ont fait des tonnes et créé des ravages en ouvrant le robinet à blabla du matin au soir, vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

Plus un moment de silence : ils parlent à n’en plus finir et jacassent tout le temps, sans interruption, partout : à l’assemblée nationale, à l’ONU, dans les commissions, dans les conseils, dans les hauts comités, dans les réunions, dans les journaux, au conseil des ministres, aux journaux télévisés… Partout ; ils parlent partout et tout le temps. Ils empilent les mots, et des mots sur des mots, et des phrases et encore des phrases sur des phrases, jusqu’à plus soif… Et moi ça m’épuise car on voit bien qu’ils n’ont même plus le temps de penser et de réfléchir.. Depuis des années, ils ont tout dit et le contraire de tout, à tort et à travers et dans tous les sens. Ils sont au bout de ce qu’ils ont à dire et n’arrivent même plus à convaincre personne.

Vous je ne sais pas, mais moi je suis carrément mort de les entendre parler. Je n’ai plus qu’une envie : apprendre le langage des signes. Comme ça je pourrai parler aux sourds muets. Peut-être EUX n’ont pas encore usé les mots jusqu’à la corde. Peut-être ce sont EUX les derniers qui ont encore des choses intéressantes à nous dire sur le monde ? Mais pour le savoir il faut évidemment que j’apprenne leur langue. Car on ne les entend ni à la radio, ni à la télé…

PS : Oui je sais… je sais que la bouche est faite pour parler ! Qu’ils parlent ne me gène pas ; mais la tête est faite pour penser. Et les oreilles pour écouter. Donc ce que je demande finalement c’est juste ceci : qu’ils écoutent davantage, pensent un peu plus, et parlent un peu moins ! Ne serait ce que pour entendre (c’était le début de ma conversation avec Krim ce soir) ce qu’avait à dire cette jeune fille de 13 ans à la tribune de la Conférence des Nations Unies en 1992 ? Personne n’a écouté, personne n’a entendu. Ils ont tellement usé les mots que maintenant tout le monde s’en fout. [Severn Suzuki, ECO (Environment Children Organisation) ONU, Rio de Janeiro, 1992]

Quelques petits bouts de silence, en vrac… Continue reading

“Marquise vos beaux yeux d’amour me font…”

Tout à l’heure, à la radio, je les entendais faire des contorsions verbales et jouer les Marquises-vos-beaux-yeux pour savoir si, pour le prochain budget, ils devaient dire : “plan de rigueur” ou “mesures d’austérité” ou bien “mesures d’économie” ou peut-être “tenue ferme des dépenses” ou encore “mesures volontaristes” à moins que ça ne soit “effort ambitieux”…. Décidément les politiques ont vraiment un problème pour appeler un chat un chat. Heureusement, parait-il ces…. allez, disons “mesures”, ont pour objectif de – ne riez pas – réduire la pauvreté.

clochard3.jpg

Photo prise aujourd’hui même, au coin de l’avenue, juste en bas de chez moi. J’ai honte pour les hommes politiques.

Ah la langue de bois !

%d bloggers like this: