Les étourneaux sont de retour à la BNF !

Josué vient de me signaler que les étourneaux étaient revenus à la Bibliothèque François Mitterrand…

bnf_etourneaux.jpg

C’est une veille histoire dont j’avais déjà parlé il y a quatre ans en janvier et février… 2004 :
Il va y avoir du rififi dans les rues de Paris
La mauvaise monnaie chasse toujours la bonne

La mauvaise monnaie chasse toujours la bonne

etourneauxx.gif Comme vous n’avez peut-être pas accès à l’intranet de la BN, je continue de vous tenir informés de la grande épopée des étourneaux du jardin de la bibliothèque François Mitterrand. Si vous avez suivi l’épisode précédent (24 janvier 2004 – “Va y avoir du rififi dans les rues de Paris !”), vous savez que nous en étions à 25 000 étourneaux qui, après le passage des fauconniers en janvier, auraient quitté définitivement le jardin. Manque de pot, ils auraient en partant laissé la place à 900 pigeons ramiers qui continueraient à foutre la merde dans le jardin en chiant leurs déjections et en torpillant la bio-diversité du site ! C’est le communiqué de la BN qui le dit, pas moi qui trouve plutôt sympathiques les étourneaux et les pigeons ramiers, mais bon, à la BnF ils n’aiment pas ça et aujourd’hui (25 février) la brigade infernale composée du faucon Lanier et des trois buses de Harris a encore du intervenir à la tombée de la nuit pour les mettre en fuite…

C’était “Attendez-vous à savoir”, la chronique régulière de Geneviève Tabouis, notre correspondante permanente sur le site François Mitterrand.

Va y avoir du rififi dans les rues de Paris
Les étourneaux sont de retour à la BNF

Va y avoir du rififi dans les rues de Paris !

faucon.jpg Josué, qui est conservateur à la BnF, me raconte que depuis quelques semaines, après s’être nourris toute la journée dans les plaines de Seine et Marne, quelques 25 000 immigrés venus d’Europe de l’Est envahissaient chaque soir à la tombée de la nuit le jardin de la Bibliothèque de France. Moi, qui aime bien les oiseaux, je trouvais cette arrivée d’étourneaux plutôt sympathique. Mais leur fiente très acide abîmait, parait-il, les arbres et le sol du jardin du site François Mitterrand. Donc, après avoir essayé de chasser ces nuées d’immigrés indésirables en tirant des petites fusées d’alarme, les équipes dirigeantes de la BnF ont décidé de faire intervenir une équipe de fauconniers : trois buses de Harris et le Faucon Lannier ont ainsi été lâchés à plusieurs reprises pour effaroucher et éloigner les pauvres étourneaux qui, vu la tête des faucons, se sont cassés vite fait sans demander leur reste. On ne dit pas où ils sont passés. C’est comme Sarkozy avec les prostituées : on lâche les faucons et les 25 000 étourneaux détalent ailleurs, mais on ne dit pas où. Mais bon, voyant que cette politique répressive obtenait des résultats, la Bibliothèque de France a fait savoir qu’elle allait installer un nichoir permanent pour garder les faucons pèlerins sur le site. C’est vrai, quand on a les Kapos sur place on est plus en sécurité sous les miradors ! Quand ils vont lâcher les faucons sur les pigeons dans les rues de Paris va y avoir du rififi ! Et puis ils lâcheront des crocodiles dans les égouts, et aussi des loups après le couvre feu. On va être super tranquilles !

– L La mauvaise monnaie chasse la bonne
Les étourneaux sont de retour à la BNF

%d bloggers like this: