Mais les études de médecine sont beaucoup trop longues !

cachets.jpg
Bon, il y a une chose que j’aimerais bien – parce que ça m’agace – c’est comprendre pourquoi les médecins ne sont jamais malades. Ils reçoivent toute la journée des malades de la grippe, du virus de ceci et de cela, des trucs pas possibles où les gens sont couverts de boutons, de croûtes, de plaques, d’herpès, d’eczéma, qui leur toussent à la figure… et eux, rien, nickel-chrome, pas le moindre rhume et la grippe ça ne les concerne pas ! ça me tue carrément de ne pas comprendre. Ou bien ce sont des sur-hommes, ou bien c’est la blouse blanche qui protège. Mais j’ai vu qu’ils avaient des blouses blanches dans les hôpitaux mais pas quand c’est le médecin de quartier du coin de la rue. Donc c’est pas la blouse. Alors c’est quoi ? Les études ? J’aimerais bien comprendre parce que là je sens que je ne vais pas tarder à passer du rhume à la grippe ! Faut que je fasse quoi ? De études de médecine ? Mais c’est beaucoup trop long ! C’est maintenant que j’ai besoin de la solution ! Help !

Une boite pour le huitième jour de la semaine ?

cachets.jpg

C’est marqué sur la boite, mais Maman ne sait plus très bien quel jour on est… Moi non plus d’ailleurs, je ne sais plus très bien. Alors je suis la disparition des cachets dans la boite pour savoir où j’en suis de la journée : quand c’est vide à gauche c’est encore le matin ; quand c’est vide à droite c’est que la journée est finie. Je ne l’ai pas vu passer mais elle est finie et on change de boite. Ma vie s’écoule comme ça, dans l’espace de ces sept boites des sept jours de la semaine qui ne mènent nulle part. Ou plutôt dans ce que Christian Bobin appelle le Huitième jour de la semaine, c’est à dire cette autre dimension du temps, ce pur présent que les sages et les philosophes appellent éternité. Le huitième jour ce n’est pas un jour en plus; mais chaque jour dans sa vérité, dans sa quotidienneté de vivre. Vivre non pas l’attente ou la nostalgie de quelque chose (comment ferait-on d’ailleurs puisqu’on ne se souvient plus de rien) mais la pure présence du présent. Le Huitième jour c’est la vie quotidienne en tant que le présent est là; c’est à dire ce que Spinoza appelle “une expérience d’éternité”. Une éternité douloureuse et accablante mais une expérience d’éternité tout de même. Je finirai bien par arriver au Paradis plus vite que prévu.

——————
Décidément j’ai vraiment un problème avec le temps qui passe ! … et avec mon horloge biologique qui est détraquée ; et aussi avec le temps qui passe !
Et maintenant aussi avec le “temps-alzheimer” aussi : La montre-baromètre ;Explosion de la logique temporelle ;

Message personnel : Julia, c’est grâce à toi que nous avons ces boites de cachets qui, tu le vois, nous servent aussi d’agenda et de calendrier ! Merci.

%d bloggers like this: