Des siècles qu’on monte ce pauvre chameau en épingle !

chameau_aiguille3
.
J’ai encore entendu aujourd’hui un abruti dire qu’il “détestait les riches” et que n’importe comment ils iraient en Enfer… (si, vous savez bien, c’est cette vieille histoire biblique qui dit qu’il est “plus facile à un chameau de passer par le chas d’un aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu”. (Pour les nouveaux nés, je précise que c’est dans Matthieu 19:24, Marc 10:25, et Luc 18:25.).

Et, depuis des siècles, tout les abrutis gauchisants répètent cette ânerie en convoquant un pauvre chameau qu’on aurait mieux fait de laisser brouter en paix dans le désert.

Le problème c’est que l’araméen a été traduit en grec par des gens très approximatifs et que – comme les mots se ressemblent – (à l’écrit comme à l’oral), ils se sont carrément mélangé les pinceaux : kamelos1 kamélos veut en effet dire chameau ; et kamilos veut dire câble (genre grosse corde de navire)

Donc c’est super simple : il est plus difficile à un riche qu’à un gros câble de navire de passer par le trou d’une aiguille. C’est tout et c’est très clair. Mais il n’y a pas et il n’y a jamais eu de chameau ! Et on ne voit d’ailleurs pas ce que viendrait faire ce malheureux chameau dans cette affaire de couture et pourquoi cet abruti voudrait passer par le chas d’une aiguille en plein désert… Mais bon, les deux mots grecs sont très proches et donc les gens racontent des conneries sur les riches et répètent inlassablement cette annerie qui ne semble avoir gêné personne depuis des siècles et des siècles. Les gens broutent vraiment n’importe quoi. Mais moi ils commencent à me pomper l’air sérieusement.


C’est mon cher oncle le pasteur Pierre C. qui m’a mis sur la piste et précisé que cette traduction était confirmée par le Dictionnaire grec-français de Maurice Carrez et François Morel. Je suis donc heureux de pouvoir corriger cette ânerie qu’on répète depuis des siècles. Ouf, ça fait du bien :-)

———
[j’en avais déjà parlé dans un vieux post de 2004 mais l’abruti de midi m’incite à le remettre dans le circuit].

Le bonheur c’est les autres…

lustiger_chartres.jpg Dimanche des Rameaux. Je regarde KTO et le cardinal Lustiger dans la cathédrale de Chartre bondée de quelques 3000 jeunes pèlerins venus de toute l’ile-de-france pour écouter la dernière conférence de carême sur le thème du bonheur. Faisant un pied de nez à Jean-Sol Partre, (“l’enfer c’est les autres”) il lance en souriant que “le bonheur c’est les autres”. Devant 3000 jeunes, il parle du don de soi, d’aimer son prochain, de pardonner à ses ennemis, il parle d’amour, de respect de l’autre, il lit les Béatitudes… Carrément réconfortant de voir ces 3000 jeunes assis par terre dans la cathédrale, recueillis, attentifs, fervents… Pendant ce temps là, l’autre France qui ne sait même pas que le christianisme existe avait droit à du vidéo gag débile sur TF1 et une sous-série B américaine sur France 2. Pas pire sourds que ceux qui ne veulent pas entendre. Et merci à ceux, religieux ou laïques (ce n’est pas le problème), qui travaillent à redonner du sens et à saisir la profondeur géologique de ce que nous appelons encore, par abus de langage, la civilisation !

Oui, oui, je sais, de temps en temps je fais ma crise judéo-chrétienne ! Surtout en ces temps sombres de violence (je vais arrêter d’écouter les nouvelles le matin sinon je fais me couper en me rasant) et d’effondrement des valeurs du décalogue !

%d bloggers like this: