Les merles chantaient ce soir, c’était bien !

cielbbr3.jpg C’est drôle, nous sommes en février, c’est l’hiver, il devrait neiger et ce soir il y avait dans l’air comme une douce impression de printemps. Les merles de l’avenue chantaient et le ciel était comme j’aime et comme le décrit Dante au chant XXX du Purgatoire : “à l’orient tout rose et le restant orné de bel azur limpide…”
Si les hommes étaient moins bêtes, on vivrait carrément au Paradis et la vie serait belle. J’ai acheté des Véroniques chez la fleuriste qui s’appelle Aurore (je le sais parce que c’est marqué sur son badge); Josué me signale qu’à la BnF, sur le site Tolbiac, la buse (dite de Harris) est venue remplacer le faucon (Lanier) qui monte la garde contre les étourneaux. Fred m’envoit un mail pour me dire qu’il a la tête dans les ordinateurs et qu’il n’a pas vu le ciel de toute la journée (il ne voit pas non plus la nuit car quand à deux heures du matin je lui demande un truc sur mon système X, il me répond dans les trois secondes). Sur TF1, Alain Juppé parlait de son avenir. Maman ne sait plus très bien qui est Juppé. J’écoute Tamerlano de G.F. Haendel. Depuis trois jours, j’ai sous ma porte un avis de passage laissé par l’agent recenseur (et que je laisse sous le paillasson car ça me casse la tête d’avoir à répondre à des questions stupides inventées par une bureaucratie idiote). Ce soir à 0:40 j’écouterai Daniel Arasse parler des Annonciations du XVe siècle florentin (le petite de Cortone que j’aime bien). Et ainsi va ma vie, faite de [petits] riens et aussi d’une immense fatigue.

Ce soir les oiseaux jouent à chat perché !

dome_birds.gif Ce soir en rentrant, je regardais les oiseaux qui tournaient autour du Dôme des Invalides. Je ne peux pas bien vous montrer ce qu’ils faisaient (parce que je ne sais pas si vous avez une ADSL ou un mauvais modem) mais je peux vous dire qu’ils jouaient carrément à chat perché ! C’était à celui qui tenait le plus longtemps, tout là haut, sur la plus haute branche de la croix. Il y en a qui tenaient une dizaine de secondes, et hop, un autre arrivait et prenait sa place ! Ils s’amusaient comme des fous et à chaque fois c’était un oiseau différent qui se perchait tout en haut ! Je les ai regardés plus d’une demi-heure et je suis rentré : j’étais crevé et ça m’a fait du bien de les voir s’amuser comme des enfants. Je ne sais plus si ça s’appelle chat perché ou les chaises musicales ?

Mes petites soeurs les hirondelles
Un surplace de plus en plus immobile

Regarder le ciel en bas…

flaque_dome.jpg Hier encore, profitant d’un rayon de soleil après la pluie, tous les touristes japonais, hollandais, italiens, allemands prenaient des photos du Dôme des Invalides… Il devaient se demander pourquoi moi, accroupi par terre, je prenais des photos de la flaque d’eau. Ils pensaient sans doute que j’étais cinglé ? Mais peut-être c’est eux qui ont raison : je ne suis pas arrivé à avoir de Dôme en entier, ces flaques trop petites c’est vraiment agaçant ! Et d’ailleurs pourquoi diable vouloir chercher le ciel en bas, dans les flaques d’eau ?

Voir des poissons dans les arbres, ça me rassure en fait
Le ciel comme … issue de secours !
Un petit balcon dans le ciel…
Penser à mettre le ciel dans une enveloppe
L’art quand il nous tombe directement du ciel
Qu’est ce qui nous ouvre le ciel
A riveder le stelle…
Il faut que le hasard renverse la fourmi…
Le ciel dans le caniveau
Regarder le ciel en bas…
J’aime les nuages qui passent
Le jour n’est pas plus beau…

Mars en plein mois d’août !

tintin_mars.jpg C’est la première fois depuis 73 000 ans que mars sera, en août, aussi proche de la terre. Et ils disent que l’événement ne se reproduira pas avant 2287 ! Donc moi je me dis : pas question de louper une occas pareille d’admirer la planète rouge ! Dans Sciences et Vie ils me confirment d’ailleurs que c’est exceptionnel, que le spectacle promet d’être magnifique et que l’éclat de la planète sera irréel ! La période la plus favorable pour admirer la planète se situant entre minuit et trois heures du matin, je ne dors pas et scrute le ciel … Bon, vous je ne sais pas mais moi je ne vois rien : vue trop mauvaise d’accord, mais surtout pollution pas possible du ciel ! J’ai honte de vivre dans un pays où le ciel est si sale !

Qu’est ce qui nous ouvre le ciel ?

dante.jpg

Hier soir, encore les moustiques. Comme je ne vois pas bien, je n’arrive plus à les écrabouiller. Alors j’écoute France-Culture la nuit et tombe sur un entretien entre Richard Millet et Pascale Lismonde (dont j’aime beaucoup la voix joyeuse). Richard Millet pose cette question très belle:

“qu’est ce qui nous ouvre le ciel ?”

Et il parle de la Neuvième symphonie de Anton Bruckner dédiée à Dieu (Dem lieben Gott). Importante cette question de savoir “ce qui nous ouvre le ciel” ? Moi je mettrais, dans l’ordre : la musique (dont les mouvements lents des dernières sonates de J. Haydn que j’écoute carrément en boucle !), la beauté de la Création (presque tout ce que Dieu a créé sauf les moustiques), la peinture (certaines toiles dont il faut d’ailleurs que je fasse la liste mais des Annonciations pour l’essentiel) la philosophie (taoiste), la littérature ? (oui bien sûr mais peu de livres m’ont finalement vraiment “ouvert le ciel” à part deux ou trois dont la Divine Comédie, les Haïku de Basho et le Tao te king (*), certains lieux magiques (en italie notamment mais peut-être aussi n’importe où), les saisons (toutes), la physique, les mathématiques, l’astrophysique (auxquelles je ne comprends rien mais qui sans doute ouvrent aussi le ciel à ceux qui les maîtrisent), certains parfums (les pivoines surtout), la beauté de certaines femmes (bien-sûr), la lumière (ah oui, je devrais la placer en tout premier tellement elle est belle le matin sur les croissants dorés mais aussi le soir, au printemps et aussi en été, et l’hiver quand il y a de la neige et en automne surtout)…. bon j’arrête c’est impossible de faire cette liste de ce “qui ouvre le ciel”. D’ailleurs il faut que j’ajoute les moineaux qui piaillent dans la cour ce matin pendant que je tape ces lignes. C’est sans fin… J’arrête pour ce matin. Gloria patri et filio et spiritui sancto, sicut erat in principio et nunc et semper et in saecula saeculorum ! Amen.

* quelques autres évidemment dont ceux de Jorge Luis Borgès, Hermann Hesse, Kazantzaki (etc) Mais si je ne les mets pas dans la liste du haut, c’est qu’ils ne m’ont pas exactement ouvert le ciel – comme une secousse spirituelle et un coup de tonnerre existentiel.
.
A quoi ça sert ?

Autres bouts de ciels …
Un job parfait pour moi : dérouleur du ciel !
Le ciel comme … issue de secours !
Un petit balcon dans le ciel…
Penser à mettre le ciel dans une enveloppe
L’art quand il nous tombe directement du ciel
A riveder le stelle…
Il faut que le hasard renverse la fourmi…
Le ciel dans le caniveau
Regarder le ciel en bas…
J’aime les nuages qui passent
Le jour n’est pas plus beau…

Le voile de la cataracte

mask2
.
Depuis des mois, une petite brume grise tombait sur mes yeux. Comme un voile cachant progressivement la vue et donc le monde. En quatre ou cinq mois tout s’est brusqument assombri. A Venise, où j’étais en mai, c’était comme si Canaletto avait pris les pinceaux de Monet : les traits étaient moins nets et tout devenait un peu brouillé. Et je ne suis pas certains d’avoir bien reconnu toutes mes Madones de Bellini auxquelles j’étais venu rendre visite. Mais bon, ça y est, je me suis fait opérer par le professeur THX à Rothschild. Qu’il soit béni pour sa dextérité et son humour ! Et de permettre ce nouveau regard sur le monde. L’oeil droit est désormais d’une luminosité étonnante, tout est incroyablement propre, les rues, les trottoirs, les murs. Comme si tout avait été lavé et ravalé pendant la nuit. Sorte de loi Malraux pour les yeux. Même le frigidaire est désormais vraiment blanc. Plus besoin de femme de ménage : tout est propre ! Le plafond aussi. Stupéfiant. Mais bon, il y a encore l’autre oeil à faire. Et ensuite on verra. Il parait que le ciel aussi sera plus bleu. Pour l’instant la gamme pantone est un peu bousculée : le ciel est un peu trop mauve à mon goût et les murs un peu trop blancs. Mais les merles sont restés noirs et ils chantent toujours aussi bien le soir sur la pelouse. Verte ?

(Masque Makonde, Tanzanie, bois, patine ocre rouge, rehauts de pigments noirs).

Ce soir les hirondelles gribouillent le ciel au fusain

Cécile, qui est une grande artiste, m’écrit: “…lorsque je ne pourrai plus graver…”.

et je pense aux hirondelles qui ce soir s’amusent comme des folles dans le ciel au-dessus de la cour. “Quand vous ne graverez plus, Cécile, vous regarderez les oiseaux graver le ciel et tracer au fusain des lignes d’une précision et d’une finesse étonnantes”. C’est drôle mais il y a quelque chose dans la Création qui me submerge tellement elle est belle. Quand je rentre le soir, il y a ce ciel immence qui surplombe l’Esplanade, les oiseaux qui font des conférences bruyantes dans les platanes le long des Invalides, le parfum ennivrant des tilleuls vers le métro Latour-Laubourg, et parfois des cols verts qui foncent droit en direction du musée Rodin…. Si un jour la lumière disparaissait, je ne sais pas si nous serions capables – pour essayer de la recréer – de la décrire à des hommes venus d’une autre planète ? Comment leur dire que c’était lumineux mais pas épais puisque les oiseaux volaient dedans, que la lumière du matin était bordée de bel azur limpide, que celle du soir était à l’orient tout rose, et que celle qui tombe certains soirs sur les tilleuls de la cour est tellement parfumée qu’on est presque heureux de vivre encore pour voir cela et y entendre jouer les hirondelles… Nous n’aurions même pas les mots pour dire qu’on avançait dans la lumière avec une ombre à nos côtés et que l’air parfois miroitait comme sur une toile de Monet. Dieu est grand !

Mes petites soeurs les hirondelles

%d bloggers like this: