“Virgile, faudrait m’étoffer ça”… !

virgile_casque2
.
Je m’émerveille tous les jours — en me balladant au Luco — devant la beauté de ce que je vois : les ciels, les fleurs, les arbres, les nuances de verts, les orages, les oiseaux, les saisons … bref la beauté de la Nature qui m’apparait vraiment sans fin… Comme la pluie ce soir qui sentait bon le tilleul et le chèvrefeuille…

Si Virgile arrivait aujourd’hui et apportait son manuscrit des Bucoliques à un éditeur contemprain : “C’est gentil votre petite affaire, dirait celui-ci, mais il faudrait m’étoffer ça”…. “

(Je crois que j’avais lu ça à l’époque dans le Journal de Gilbert Cesbron)

A propos d’esprit bucolique, j’en profite pour dire que je commence à en avoir marre des écologistes et des verts (qui font de la politique et ne s’ooccupent pas de la nature) et des politiciens (qui font de la politique et se contretapent de la nature). En fait, j’aimerais qu’on donne le droit de vote aux vaches, aux porcs, aux poulets et aux abeilles et qu’on crée un “Tribunal pénal animal international” pour juger et condamner les parlementaires qui n’ont jamais eu le courage de prendre des lois interdisant l’indigne maltraitance animale. Je considère que les abattoirs sont une honte pour notre société. J’ai entendu la ministre de la culture parler récemment d’exception française : qu’elle commence par ce qui est important : l’exception animale ! Et qu’elle dise à son collègue de l’agriculture qu’on devrait le pendre par les pieds avec une chaine dans un abattoir (qu’il puisse voir ce que c’est); et à sa collègue de la justice que les prisons sont une honte également. Au lieu de pondre des textes inutiles ou de faire des grandes “conférences sociales” à la noix, ils feraient mieux de s’occuper des animaux. Y a du boulot ! Le changement, comme disait l’autre, ça devrait être maintenant ! Et voilà, j’étais paisblement avec Virgile et ces politiques m’ont encore fait sortir de mes gonds !

L’urgence de devenir végétarien…
Exiger pour les vaches un acte de repentance de la société !

virgile, nature, écologie, bucoliques, animaux

Les gens de la Ville marchent sur la tête

planates_avenue3.jpg La semaine dernière ils ont taillé-coupé les hautes branches des grands platanes de l’avenue de Breteuil. C’est leur grand truc : arriver avec des grosses machines bruyantes et tout couper à la tronçonneuse mécanique. Qu’ils coupent en haut ne me gène pas, c’est même recommandé ; mais qu’ils ne s’occupent jamais de ce qui est en-dessous me tue. Ces pauvres arbres sont en train de crever : depuis plus de cinquante ans ils n’ont plus rien à manger que des cailloux. En dessous il n’y a plus la moindre motte de bonne terre : juste le métro, des canalisations, du béton, du sable et des cailloux… Avant, les feuilles tombaient et faisaient du bon humus et du compost. Miam miam disaient les platanes. Mais aujourd’hui, dès que les feuilles tombent, des cinglés municipaux équipés de lunettes de ski et d’aspirateurs à mazout viennent tout enlever en faisant un boucan pas possible. Donc, ces pauvres arbres (et les platanes sont pourtant résistants) n’ont plus rien à bouffer. Et ils crèvent la dalle. En fait, ils crèvent tout court : il suffit de les regarder les pauvres – et leurs feuilles tchernobylisées – pour s’en rendre compte. Mais comme les politiciens qui gèrent la ville marchent sur la tête, ils ne le voient pas. Ils taillent en haut parce que ça se voit; mais ce qui est en dessous ils ne le voient pas, donc ça ne les intéresse pas… Peut-être j’aurais du me présenter aux élections ?


A propos de platanes (post de 2004)

A propos de terre et de microbiologie des sols

%d bloggers like this: