On ne tourne pas le dos à Dieu !

pape.jpg
Ce dimanche, les médias ont remarqué que, revenant sur une tradition introduite par le concile de Vatican II, le Pape Benoît XVI avait célébré la messe non pas depuis l’autel situé face à l’Assemblée mais depuis celui plus ancien qui se trouve contre un mur, sous la fresque du Jugement dernier de Michel-Ange… Il a donc (rendez-vous compte braves gens imprégnés d’idéologie démocratique), …”tourné à plusieurs reprises le dos à l’assemblée” (sic !). Ce juste retournement, qui fait hurler les médias laïcs et obligatoires (pour qui la honte est de tourner le dos au Peuple) me comble littéralement de joie : c’est évidemment à Dieu qu’il ne faut pas tourner pas le dos ! Le renversement opéré par le Pape n’est donc pas une offense au peuple mais un égard envers Dieu. Comme le dit très bien le nouveau maître des célébrations liturgiques pontificales, Guido Marini, dans une interview accordée le 20 janvier à Radio Vatican, “… il ne s’agit pas tant de tourner le dos aux fidèles que de s’orienter avec eux vers le Seigneur. De ce point de vue, on ne ferme pas les portes à l’assemblée mais on les lui ouvre, pour la conduire vers le Seigneur. Dans la liturgie eucharistique, on ne se regarde pas mais on regarde Celui qui est notre Orient, le Sauveur”. 
Lors des concerts, il ne vient à l’idée de personne de dire que le chef d’orchestre “offense le public en lui tournant le dos” lorsqu’il fait face à l’orchestre ! Il en faut décidément très peu désormais à ce pauvre Peuple (appelé public dans le métro et baptisé assistance lorsqu’il s’agit de la messe) pour qu’il ait le sentiment qu’on lui fait injure si on préfère faire face à Dieu ! Pauvre Peuple qui a exigé et obtenu que les prêtres ne se tiennent plus devant l’autel, mais derrière, comme derrière un comptoir et qu’ils tournent le dos à Dieu pour les regarder eux comme un public à séduire alors qu’il s’agit de liturgie et pas d’audimat ! On n’est plus très loin des plateaux de télévision : les prêtres sont déjà descendus de leur chaires et se sont emparés de micros pour pousser la chansonnette… L’idéologie démocratique – qui confond dramatiquement les Ordres (politique et religieux) – exigera bientôt d’eux qu’ils prêchent en jeans et qu’ils s’asseyent sur l’autel pour faire plus “potes” : ceux qui préfèrent Matthieu tapez 1 ; ceux qui préfèrent Luc tapez 2…. Ceux qui préfèrent la collection Harlequin tapez 3 ; Ceux qui veulent que l’organiste soit remplacé par un synthétiseur tapez 4… Ceux qui veulent qu’on remplace la messe par un barbecue citoyen, tapez 5… Et ceux qui préfèrent qu’on arrête la liturgie pour passer un DVD tapez 6…
(crédit photos : Associated press)

Appliquer le Décalogue
L’architecture cistertienne et les prisons révolutionnaires
Dans le même genre d’idée

La tête qui pivote

ipod_eglise.jpg

Expérience très bizarre récemment avec mon iPod. J’écoutais la cantate de Bach “Wie Schön Leuchtet Der Morgenstern” et je m’étais trompé d’oreillette. J’avais mis celle de droite dans l’oreille gauche et celle de gauche dans l’oreille droite. … Et tout à coup panique, l’église avait pivoté dans ma tête, je n’étais plus assis face au choeur mais face au narthex…. Bon, vous me direz que ce n’est peut-être pas grave que les haubois soient à gauche ou à droite, mais panique musicale et architecturale tout de même. J’aime pas les torticolis musicaux.

L’Occident est malade dans sa tête

Sur Radio Notre dame, ils parlaient des églises qui se vendent en hollande ou en angleterre parce que la chrétienté s’effondre et qu’il n’y a plus d’argent pour les entetenir ! En Hollande ils les transforment en supermarchés et ils parlaient même d’une église, en France, qui avait été transformée en champ de tir ! Il fallait vraiment oser. – Plus ça va et plus je suis pour le retour de la marine à voile, de la monarchie à cheval et de la viellle chrétienté du moyen-âge. Marre des supermarchés et des caisses enregistreuses.

Une joie qui m’attend dans l’éternité…

Bach_stamps_
.
Vendredi dernier, concert à Saint-Roch avec le Collegium vocale de Gent et Philippe Herrewegue. Trois Cantates de Bach (12, 38 et 146), magnifiques et bouleversantes évidemment :

BWV 12 :
Weinen, Klagen, / Sorgen, Zagen, / Angst und Not…
Pleurs, Lamentations / Tourments, Découragement/ Angoisse et détresse.

et la BWV 146 :
Aus Trübsal und grossem Leid / Sollst du fahren in die Freud / Die kein Ohre hat gehöret / Und in Ewigkeit auch währt.
A travers douleur et grande peine / Tu dois voyager pour atteindre une joie / Qui n’appartient à nul lieu / Et attend dans l’éternité.

PS. Comme d’habitude, la même réflexion :
• Le dimanche : églises vides, musique lamentable, prédications dérisoires…
• Le soir : concert de musique sacrée, église bondée de gens qui payent leur place, et une transmission de la spiritualité qui touche au coeur…

Dans un cas, des prètres sans enthousiame ; dans l’autre des musiciens laiques mais passionnés. Or je pense que, paradoxalement, ce sont ces derniers qui transmettent le mieux la foi véritable en chantant les cantates de Bach ou les messes de Byrd, de Josquin ou de Tallis … Comment la hiérarchie de l’Eglise ne se rend-elle pas compte qu’en chassant la musique religieuse qui avait fait l’honneur et la grandeur de la civilisation chrétienne des derniers siècles pour la remplacer par des chansonnettes dérisoires, elle s’est condamnée à vider les églises. Voilà quelque chose que n’avait pas prévu Vatican II : des fidèles qui désertent les églises le dimanche mais reviennent le soir en semaine, allant même jusqu’à payer leur place pour écouter des chanteurs laiques devenus prédicateurs (un comble !) leur transmettre une forme de foi et de spiritualité … Mysterium bullaque gommi ! Pathétique.

Heureusement je me suis construit ma petite Arche de Noé spirituelle et fabriqué mon “kit musical de survie” pour temps de crise : j’emporterai donc sur mon Arche mentale toutes les passions et cantates et oratorios du Kantor, mais aussi les messes de Josquin des Prés, de Roland de Lassus, celles d’Alonso Lobo, de Christobal de Morales et de Jacob Obrecht, celles de Thomas Tallis, de William Byrd et aussi celles de Ockeghem et Palestrina … (oui, oui, mon Arche numérique est assez grande et j’ai de la place pour tous !). Tant pis pour le Vatican : je le laisse à ses guitares désuètes et ses églises vides… Il est trop bête. Entre Jean-Sébastien et François, je n’hésite pas une seconde. Et je choisis celui qu’on a appelé le cinquième évangéliste !


PS. Je suis protestant mais je suis le Pape sur twitter @Pontifex et je pourrais lui dire qu’aucun de ses tweet ne remplacera la réintroduction des cantates de Bach. Mais ça non plus ils ne l’ont pas compris. Je suis aussi le @DalaiLama mais lui c’est une toute autre histoire :-)

Heureusement que ça existe
Structure et organisation le week-end, désordre et désorganisation le lundi matin

%d bloggers like this: