Les splendides bénitiers de Saint-Sulpice que personne ne regarde…

Benitier_A
.
C’est drôle parce que, ces derniers jours, je lisais le Journal de 1943 de Ernst Jünger… Et comme il décrivait des bénitiers de Saint-Sulpice que je n’avais jamais remarqués, j’y suis donc retourné hier matin pour faire des photos en allant me ballader au Luco (quasiment jour pour jour d’ailleurs puisque Jünger le note dans son carnet un 12 septembre).

guillemets_noirs-TNR

… Retour par Saint-Sulpice ; je suis entré dans l’église un moment. J’ai remarqué deux coquilles immenses qui servent de bénitiers. Leurs bords ondulés sont ornés d’une baguette de métal, leur nacre a des nuances d’opale blonde. Ils reposaient sur deux socles de marbre blanc, l’un décoré de plantes aquatiques et d’un grand crabe, l’autre d’une seiche. L’esprit des eaux se jouait gracieusement dans tout cet ensemble”.

Continue reading

“Tout concept préformé et détaché du sensible m’est en horreur”

Chiffres_junger

.
Dans son Journal, le 9 mars 1945, Ernst Jünger note ceci :

guillemets_noirs-TNR

STYLE — Ma répugnance envers tout chiffre dans le texte — exception faite des indications chronologiques, de la date et du millésime… Elle vient, en principe, de ce que tout concept préformé et détaché du sensible m’est en horreur, et que le chiffre en est un, sauf, justement, le millésime, où le chiffre prend corps. 1757, 1911, 1914 sont des grandeurs sensibles ; au contraire, il faudrait me forcer pour écrire : 300 chevaux, 256 morts, 100 arbres de Noël. Il ne faut jamais voir les choses avec le regard froid de la statistique.

Continue reading

Et vous, comment parlez-vous aux zèbres ?

Animaux_voix
.
Dans son Journal, Ernst Jünger note le 3 mars 1945 :

guillemets_noirs-TNRNotre voix, lorsque nous appelons les animaux, change selon leur espèce. La poule, le chien, le chat, le moineau, le cheval, le serpent — nous avons pour chacun d’eux des appels particuliers, des sons spéciaux et une mélodie spéciale. Nous parlons alors en langues, dans l’idiome du génie de la vie répandu sur nous comme sur eux.”

J’ai aussi toujours été frappé par la teinte sonore des mots que nous utilisons pour parler aux bébés, aux chats ou aux étrangers par exemple… Nous adoptons des registres de voix très distincts. Avec une modulation très différent de celle que nous utilisons lorsque nous parlons, par exemple, à notre patron, à un répondeur téléphonique, au Pape ou à notre chien… Je me demande d’ailleurs combien nous avons de voix à notre disposition ? Continue reading

Finalement c’est Ernst Jünger et Bob Dyan qui avaient raison !

BobDylan_Changin
.
Dans son Journal, Ernst Jünger notait cette phrase qui m’a frappée le week-end dernier : “J’ai songé aux paroles de mon père : “Rien ne changera avant que ne survienne un grand malheur”… Il notait ça le 10 juillet 1944, avant que tout s’écroule précisément. Bob Dylan, en janvier 1964, disait la même chose aux sénateurs et aux députés dans The Times They Are a-Changin” : “l’eau monte et bientôt vous serez trempés jusqu’aux os. Alors vous feriez mieux de vous mettre à nager ou vous coulerez comme une pierre!”…

C’est exactement notre problème dans la France de 2013 ! Nos politiciens (qui savent qu’ils doivent plaire pour se faire réélire) ont toujours une bonne raison pour nier la réalité, maquiller la gravité des chiffres, reporter les vraies réformes, ne pas s’attaquer en profondeur au mille-feuille des statuts et aux avantages acquis, à telle catégorie, à tel régime particulier etc. On entend ça depuis des décennies. Et c’est pour ça qu’on rame et que personne ne voit jamais la lumière au bout du tunnel ! Continue reading

Tenir un blog et entendre à la radio la rumeur du monde …

ernst_Junger

.
Quand on écoute les nouvelles et qu’on entend la fureur du monde, l’interminable bétise des hommes, les conflits, les meurtres, la violence, la barbarie, les guerres… on se dit qu’écrire un blog futile est non seulement dérisoire mais presque totalement déplacé. Peut-être faudrait-il juste fermer boutique, éteindre son ordinateur et se retirer dans une cellule pour prier avec les moines…

Ce soir, à la radio, c’étaient non pas des bruits de bottes comme on disait à l’époque, mais la fureur annoncée des tomahawks qui allaient bientôt s’abattre sur la Syrie. Curieusement, je lisais aujourd’hui même le Journal d’Ernst Jünger que je m’étais acheté hier. Le 25 juin 1943, il est à Paris, et voici ce qu’il note :

Continue reading

Aller au-delà de la page 137 ?

junger_Journal_A
.

Hier en passant devant chez Gallimard, un bac avec des vieux livres d’occas… Je prends le Journal d’Ernst Jünger, le feuillette et découvre que le précédent lecteur s’était arrêté de découper les pages et donc de lire après la page 137… Bizarre mais bon, il y a sans doute mille et une raison d’arrêter de lire un livre … Continue reading

%d bloggers like this: