De combien de centimètres un platane pousse-t-il en 60 ans ?

guehenno7.jpg Dans le Journal des années noires de Jean Guéhenno que je viens de lire sur la plage (magnifique journal où l’honneur et la dignité claquent à toutes les pages) je lis à la date du 20 avril 1942 :
“Tout le long de la Seine, entre la porte du Carrousel et la Concorde, tous les platanes montrent, gravé profondément dans leur écorce, un grand V encadrant une croix de Lorraine. J’admire l’audace d’un tel travail. Il y a fallu dans doute toute une équipe. L’autorité occupante a fait passer au goudron ces inscriptions, mais cela les rend seulement plus visibles. Ces taches noires tirent l’oeil. Et ces inscriptions vont grandir pendant des années avec les arbres.”
Je me demande bien – soixante ans après – à quelle hauteur sont maintenant ces marques que je n’ai pas réussi à voir hier matin en remontant du Carousel à la Concorde. Tiens, je vais écrire au Maire de Paris pour lui demander d’envoyer aux Tuileries des observateurs avec des grandes échelles de jardiniers pour voir si ces inscriptions résitantes sont encore visibles en haut des platanes. Pour qu’on fasse des photos : il y a des arbres qui sont aussi des “lieux de mémoire” comme on dit aujourd’hui, non ?

Guéhenno, Journal des années noires (1940-1944). Folio Gallimard n° 517

%d bloggers like this: