Ah qu’il est joyeux et coquet notre urbanisme contemporain !

Généralement, je fais deux sortes de promenades : soit le Luco – évidemment. Soit carrément dans mes musées numériques, dans des toiles que j’agrandis à 200% jusqu’à ce que, hop, la tête bascule et que je passe de l’autre côté, pour tomber dans la peinture elle-même, dans le petit paysage

Aujourd’hui tenez, je suis reparti dans une petite ville que j’aime bien parce qu’elle est tout le contraire de ce que tous ces crétins d’idéologues de l’urbanisme contemporain nous ont fourgué depuis la Charte d’Athène.

ville2Corbusier
.
A propos de Charte d’Athènes, j’écoutais récemment une conférence Pierre-Robert Pitte sur Le Corbusier et il n’y allait pas avec le dos de la cuiller !

Il évoquait notamment les quelques 170 “grands ensembles” – mais oui, vous savez, ces ZUP de merde qu’on appelle aujourd’hui “quartiers”. Vous vous demandez d’où ils viennent ? Pas seulement de l’urgence de l’après-guerre où il a fallu reconstruire, mais surtout d’un vrai projet idéologique exprimé précisément dans cette fameuse Charte d’Athène. Ce petit livre terrifiant a été la bible de pratiquement tous les architectes qui ont dessiné l’urbanisme contemporain.

Continue reading

%d bloggers like this: